À l’US Open, plaintes concernant le ballon avant que le 1er ne frappe

32

Le père de Coco Gauff peaufine parfois sa raquette, et l’Américaine de 18 ans ne le remarque jamais.

Mais une variation dans les balles de tennis, comme il y en a entre celles utilisées par les femmes et les hommes à l’US Open, est une autre histoire.

« Ouais, je peux certainement dire qu’il y a une différence », a déclaré Gauff.

Et certaines des autres meilleures femmes du jeu sont assez agacées par l’écart.

Quelques jours avant que le premier ne soit frappé dans le tournoi, les balles de l’US Open ont fait l’objet de discussions vendredi. C’est le seul événement du Grand Chelem où les femmes utilisent une version légèrement modifiée du ballon, et Iga Swiatek, la mieux classée, fait partie de ceux qui sont frustrés que leur plus léger ne soit pas aussi performant.

« Après quelques matchs, vraiment, les conditions changent totalement, car elles deviennent de plus en plus légères. Ils perdent leur duvet », a déclaré le double champion de Roland-Garros et tête de série de l’US Open. « C’est parfois difficile de s’adapter. » Selon la US Tennis Association, les hommes et les femmes utilisent les mêmes balles en termes de taille, de pression et de design. Le guide des médias du tournoi note que la seule distinction est que les hommes utilisent une balle en feutre « extra duty », tandis que les femmes utilisent une balle en feutre « regular duty ».

Ils jouent avec les différents types depuis des décennies, donc ce n’est pas un nouveau sujet. Il est revenu cette année, en partie à cause des commentaires de Swiatek. Même les joueurs qui n’y prêtent généralement que peu d’attention se demandent s’il est temps de changer.

A lire :  Open du Mexique : Nadal remporte le premier match depuis le titre du Grand Chelem

« Je suis quelqu’un qui ne se soucie pas vraiment de ces choses, parce que d’habitude j’adapte (mon jeu) », a déclaré Ons Jabeur, vice-champion de Wimbledon. « Je suis la pire personne à qui demander, parce que d’habitude, si vous me donnez n’importe quelle (balle), je jouerai avec. Mais cela aurait du sens si nous jouions avec les mêmes ballons que les hommes, car c’est ce que nous faisons dans d’autres tournois du Grand Chelem. Je vois leur point de vue. Swiatek s’en est plaint la semaine dernière lors du tournoi sur terrain dur de Cincinnati qui utilise le même type de balle pour les femmes que l’US Open. Paula Badosa, quatrième, est une autre critique, et Swiatek a déclaré qu’ils s’en tenaient à leur position.

Ils auraient dû commencer à en faire un problème beaucoup plus tôt s’ils voulaient avoir une chance de changer cette année. L’USTA consulte les tournées et le fournisseur Wilson pour obtenir des recommandations sur le type de balles à utiliser dans le tournoi, mais cela doit être fait avec suffisamment de temps pour qu’elles soient prêtes à l’arrivée des joueurs.

« Ces décisions sont prises des mois à l’avance afin de stocker les près de 100 000 ballons de compétition utilisés chaque année à l’US Open », a déclaré l’USTA dans un communiqué.

Les balles en feutre régulières ont été mises en jeu il y a longtemps pour les femmes afin de limiter les risques de blessures, mais les joueuses d’aujourd’hui disent pouvoir manier une balle plus lourde. De plus, même le site Web de Wilson note que la balle extra-robuste est idéale pour les terrains durs – la surface de Flushing Meadows – tandis que la balle de service régulier convient mieux aux terrains souples, en terre battue et en salle.

A lire :  Indian Wells : Sakkari bat Rybalina pour se qualifier en demi-finale contre Badosa

« La WTA a toujours utilisé des balles en feutre régulières pour le jeu sur terrain dur et nous avons maintenant commencé à entendre d’un certain nombre de nos athlètes qu’ils aimeraient envisager de changer l’utilisation de la balle supplémentaire », a écrit la porte-parole de la WTA, Amy Binder. un e-mail à l’Associated Press. « La base derrière l’utilisation de la balle en feutre régulière était qu’elle limitait le potentiel de blessures au bras, à l’épaule, au coude et au poignet. C’est quelque chose que nous continuerons à surveiller et à discuter davantage avec nos athlètes et nos Les équipes de Sciences du Sport. » Certains joueurs disent qu’ils ne se soucient pas beaucoup des balles ; même Swiatek a noté qu’ils sont les mêmes pour toutes les femmes, donc ce n’est pas quelque chose auquel seuls certains athlètes doivent s’adapter.

« En ce moment, je suis juste heureux que nous ayons (n’importe quelle) balle de tennis », a plaisanté Leylah Fernandez, finaliste de l’US Open 2021.

« Je me souviens qu’il y a des années, je ne pouvais même pas obtenir une balle de tennis, alors je devais jouer avec l’une de ces petites balles colorées ou avec la balle de ping-pong contre le mur. » Le champion en titre masculin Daniil Medvedev, cependant, a souligné que les matchs de tennis peuvent parfois être décidés par une question de centimètres, de sorte que les joueurs sont sensibles à tout, de l’équipement aux conditions.

« J’aime les ballons de l’US Open Wilson. En même temps, je serai honnête – par exemple, je déteste (les) balles à Indian Wells et à Miami », a-t-il déclaré.

A lire :  Novak Djokovic manquera la Coupe Davis pour des raisons personnelles

«Je suis ouvert à ce sujet. J’aimerais qu’ils changent ces balles, mais ça ne marche pas comme ça. S’ils m’entendent : s’il vous plaît, changez les balles pour l’année prochaine. Si Swiatek et d’autres femmes réussissent, peut-être que l’US Open le fera.

« Je sais que beaucoup de joueurs veulent changer de ballon », a déclaré Gauff. « Ça me va. Peu importe. Je veux dire, quoi que veuille la majorité, je suis d’accord avec ça.