Affaire de la dédicace de Claude Onesta : le ministère veut des explications – Hand – Foot 2020

10
Découvrez la méthode incroyable des Gains aux paris sportifs qui peut atteindre jusqu'à 1.800€ en 18 jours en jouant toujours la même mise sur chaque match ! Pas de martingale ! Pas d'artifice ! Que du simple et vrai ! Accédez à la méthode

« Assez étonnée ». C’est ainsi que le ministère chargé des Sports a qualifié la réaction de la ministre déléguée Roxana Maracineanu à la découverte de l’affaire de la dédicace de Claude Onesta. L’actuel manager de la cellule haute performance de l’Agence nationale du sport (ANS), avait, en 2014, à la sortie de son livre Le règne des affranchis, adressé un exemplaire signé à son adjoint Didier Dinart, usant du terme d’ « esclave » pour évoquer son ancien joueur, d’origine guadeloupéenne. L’ancien sélectionneur aux 12 médailles internationales s’en est depuis expliqué, niant toute forme de racisme dans ses propos et plaidant qu’il s’agissait d’une affaire privée qui aurait dû le rester.

Le ministère des Sports a fait savoir que Mme Maracineanu avait été « assez étonnée », donc, « à la lecture de l’article rapportant la fameuse dédicace. » « Les mots paraissent pour le moins maladroits. Ne connaissant pas le contexte dans lequel ils ont été écrits, et comme l’on parle de deux grands professionnels du sport, qui ont longtemps travaillé ensemble, la ministre a l’intention de s’entretenir avec l’un et l’autre pour éclaircir les circonstances de cette affaire. »

« Des propos inacceptables en soi »

Joël Delplanque, président de la Fédération de hand

Dans le contexte des élections fédérales, qui doivent se tenir le 20 novembre, la Fédération française, contactée, a indiqué, par la voix de son président Joël Delplanque, se sentir visée.

« Pour moi, ce sont des propos inacceptables en soi, que Claude a eu la maladresse de reprendre dans cette malheureuse dédicace. Après, je pense qu’ils relèvent de codes de langage privés que Claude et Didier devaient avoir entre eux. Maintenant, l’histoire ne dit pas comment Didier qualifiait Claude… On peut peut-être aussi mettre ça sur le compte de la période électorale, mais sans que je puisse en comprendre les tenants et aboutissants. Au-delà, je suis malheureux de cette situation, parce qu’on en arrive au point où vous m’interrogez là-dessus, où on se demande ce qu’il se passe derrière, et où certains se demanderont peut-être : “mais c’est une fédération raciste ?”, alors que ça n’a évidemment pas de sens. Je suis le responsable de tout, donc forcément également des propos de celui qui était mon entraîneur à l’époque. Je prends cette attaque aussi pour moi. Je la prends comme un coup de pied de l’âne, et ce n’est pas agréable », ajoute Delplanque, qui, une nouvelle fois, a répété « assumer sa décision de s’être séparé de Didier Dinart » après l’Euro 2020 raté des Bleus (éliminés au 1er tour).

« Je ne l’ai pas reconduit compte tenu des résultats sportifs et des difficultés qui s’étaient installées entre les athlètes et lui. »