Analyse AOF clôture France/Europe – Les Bourses européennes sortent de leur torpeur et finissent dans le vert – Euro 2020

27


Publié le

Analyse AOF clôture France/Europe - Les Bourses européennes sortent de leur torpeur et finissent dans le vert
Pixabay

(AOF) – Malgré une matinée maussade, les Bourses européennes ont achevé la séance en hausse vendredi. Si les investisseurs se sont interrogés sur les désaccords à venir entre les Etats-Unis et la Chine, ils ont espéré que le nouveau plan de relance américain soit rapidement adopté. Le recul surprise de la confiance des consommateurs américains représente un aiguillon de plus en ce sens. Au son de la cloche, le CAC 40 a gagné 0,60 % à 5 703,67 points et l’EuroStoxx 50, +0,66 % à 3 695,78 points. Sur la semaine écoulée, ces indices ont enregistré des gains respectifs de 0,78% et 1,05%.

Si le scénario des résultats des banques européennes pour le quatrième est désormais bien rodé, les investisseurs continuent de l’apprécier. L’action ING a gagné 6,48% à 8,33 euros) grâce à une performance moins dégradée que prévu. La banque a en effet fait part d’un recul inattendu des provisions pour créances douteuses. Les investisseurs apprécient également la perspective du retour des dividendes malgré les contraintes imposées par la Banque centrale européenne.

L’Oréal a progressé de 3,01% à 318,30 euros pour signer l’une des plus fortes hausses du CAC 40. Le numéro un mondial des cosmétiques a dévoilé des résultats annuels épatants à tout point de vue. Le groupe recueille les fruits de sa vaste exposition au marché chinois et de ses investissements majeurs dans le numérique. Ainsi, l’e-commerce est devenu le premier “pays” du groupe. Il représente 26% du chiffre d’affaires 2020 grâce à une croissance de 62%. En Chine, l’e-commerce représente plus de la moitié des ventes ce qui permet au pays de croître de 27% contre +4% pour le marché chinois des cosmétiques.

Face à la crise du Covid-19, la Française des jeux (FDJ) a trouvé sa martingale. L’opérateur de jeux d’argent et de paris sportifs en ligne est ainsi parvenu à faire progresser sa rentabilité en 2020 malgré la chute de son activité. Le groupe a bénéficié de de la reprise observée lors du second semestre, d’un solide plan d’économies de coûts et du bond des mises digitales (+40 % l’an dernier). Devant une telle performance, l’action FDJ s’est offerte un nouveau plus haut historique à 40,51 euros en début de séance, avant de redescendre à 38,56 euros, soit un gain de 3,24 %.

Eutelsat a gagné 6,12% à 10,31 euros, un solide début d’exercice ayant permis à l’opérateur de satellites de relever son objectif moyen de revenus annuels. Dans le contexte de la pandémie actuelle et du manque de visibilité au niveau économique, un tel relèvement est rare parmi les sociétés. L’objectif de chiffre d’affaires pour l’exercice 2020-21 est désormais compris entre 1,190 milliard d’euros et 1,22 milliard d’euros contre entre 1,180 milliard d’euros et 1,220 milliard d’euros auparavant

Les chiffres macroéconomiques du jour

Aux Etats-Unis, l’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan est ressorti à 76,2 en février 2021, selon une estimation préliminaire. Le consensus Briefing.com visait 80,8 après 79 en janvier.

Vers 17h45, l’euro cède 0,09% à 1,2125 dollar.