Assurance auto : comment réduire la facture – Championnat d’Europe 2020

13
Découvrez la méthode incroyable des Gains aux paris sportifs qui peut atteindre jusqu'à 1.800€ en 18 jours en jouant toujours la même mise sur chaque match ! Pas de martingale ! Pas d'artifice ! Que du simple et vrai ! Accédez à la méthode

Comment réduire le coût de son assurance automobile? Entre 2015 et 2019, les primes auto ont bondi de 12 %, selon le baromètre du comparateur Lelynx.fr. « Selon les professionnels de l’assurance traditionnelle, le coût des réparations sur des voitures, de plus en plus sophistiquées technologiquement, et les événements climatiques, de plus en plus fréquents, expliquent cette augmentation », résume Christophe Dandois, cofondateur de la néoassurance Leocare.

Résultat : assurer sa voiture coûte en moyenne 632 euros (toutes formules confondues) en 2020, selon ce professionnel. Un budget en réalité très variable selon votre profil et vos besoins. Nos conseils pour faire baisser la facture.

Le B.A.-BA : comparez ! « En assurance, la fidélité ne paie pas, prévient Olivier Moustacakis, cofondateur du comparateur Assurland.com. Il est donc intéressant de se repositionner tous les deux à trois ans pour profiter des gestes commerciaux réservés aux nouveaux clients ou de tarifs à l’entrée souvent plus avantageux. » Votre contrat date d’un peu plus d’un an ? « Passé la première année de contrat, vous êtes en droit de changer de compagnie à tout moment. Et c’est la nouvelle qui s’occupera de toutes les démarches de résiliation. Comparer les tarifs sur un site spécialisé permet de se faire une idée des économies réalisables qui peuvent atteindre jusqu’à 40 % », assure-t-il.

Source  : Assurland.com
Source : Assurland.com  

Sachez ce que vous ne voulez pas. Pour bien comparer les offres des assureurs, encore faut-il connaître ses besoins. De plus en plus de néoassureurs proposent des garanties flexibles avec un plafond et un niveau de franchise modifiables par l’assuré lui-même directement depuis son application mobile. C’est le cas de Leocare par exemple, où l’assuré décide en quelques clics d’ajouter ou de retirer un second conducteur le temps d’un week-end pour éviter d’alourdir sa note inutilement. Pesez chaque garantie. Avez-vous vraiment besoin d’une assistance zéro kilomètre ? Rassurante, « elle coûte une cinquantaine d’euros par an et n’est pas franchement indispensable si on n’utilise pas son véhicule tous les jours ou à des fins professionnelles, note le cofondateur d’Assurland. Il vaut mieux partir sur une garantie dépannage aux frais réels qui couvrira le montant majoré par le dépanneur, a fortiori si vous tombez en panne la nuit, le week-end ou un jour férié. »

Misez sur la franchise. Cette somme qui reste à la charge de l’assuré peut être modulée. Elle pourrait bien vous permettre de faire des économies si vous décidez de… l’augmenter. Car plus la franchise est élevée, moins la prime est chère. Si vous êtes bon conducteur et que vous disposez d’un garage, pensez-y. Accepter une franchise plus élevée que celle proposée initialement par votre assureur réduira le montant de votre prime annuelle. Mais gare aux accidents…

Jeunes, anticipez ! Passer son permis en conduite accompagnée ou supervisée permet de réaliser des économies car l’assureur vous considère alors comme moins à risque car plus expérimenté. « Le conducteur novice voit sa prime annuelle réduite en moyenne de 5 % par an s’il n’est à l’origine d’aucun sinistre responsable », indique Christophe Dandois. De même, « si le jeune conducteur n’a pas besoin d’acheter une voiture dans l’immédiat, il a intérêt à s’ajouter au contrat d’assurance auto de ses parents en tant que second conducteur en prenant soin d’y être inscrit nominativement durant ses trois premières années de permis », ajoute-t-il. Le moment venu, lorsqu’il voudra souscrire sa propre assurance comme conducteur principal, « il profitera d’un bonus plus avantageux et de cotisations mensuelles moins élevées ».

S’assurer au kilomètre. Les conducteurs réalisant moins de 5 000 km par an peuvent avoir intérêt à souscrire une assurance au kilomètre. Cela permet de payer moins cher la prime d’assurance auto dont le montant est alors fixé en fonction du nombre de kilomètres déclarés parcourus dans l’année. Pour ceux qui roulent un peu plus, il existe aussi le forfait kilométrique où l’assuré s’engage à ne pas dépasser un nombre annuel de kilomètres déterminé par avance avec l’assureur.

S’assurer à l’usage. Vous prenez peu la voiture (moins de 15 jours par mois) et souhaitez ne pas vous prendre la tête avec les options? Depuis fin 2017, Wilov propose une assurance tous risques en fonction du nombre de jours où vous roulez. « Nos contrats sont simplifiés sans rogner sur les garanties qui sont complètes : nos clients sont assurés tous risques avec une assistance dès 0 km, un second conducteur et sans engagement », résume son cofondateur Pierre Stanislas. La souscription prévoit un abonnement mensuel de 15 euros à 35 euros (20 euros en moyenne) selon la voiture et le profil de l’assuré et un forfait 24 heures de conduite entre 0,5 euro à 2 euros (1 euro en moyenne). « La voiture est assurée à l’arrêt et, dès qu’elle roule, le forfait 24 heures démarre, ce qui permet d’économiser entre 30 % à 50 % du montant d’une prime mensuelle », note le professionnel. Une solution pratique pour assurer une deuxième voiture à l’usage ponctuel.

Tous risques ou au tiers ? Passé un certain âge (entre 8 à 10 ans en fonction des modèles) ou passé une certaine valeur (7 000 euros), votre véhicule peut être assuré seulement au tiers et non plus tous risques. En cas de sinistre, l’assurance vous dédommagera en fonction de la vétusté de votre auto, or le prix des réparations pourrait coûter bien plus cher que l’indemnisation proposée par l’assureur. C’est de plus en plus le cas avec l’essor des technologies embarquées dans les voitures, qui pèsent sur le prix des réparations. « Faire une estimation de la cote sur l’Argus ou la Centrale permet de savoir à quel moment passer au tiers », note Olivier Moustacakis.