Athlétisme: le grand Lavillenie est de retour, juste avant l’Euro – Foot 2020

68
Athlétisme: le grand Lavillenie est de retour, juste avant l'Euro

Renaud Lavillenie vainqueur du All Star Perche avec une barre à 6,06 m, à Aubière, le 27 février 2021THIERRY ZOCCOLAN

Renaud Lavillenie a frappé très fort juste avant les Championnats d’Europe d’athlétisme en salle (4-7 mars à Torun en Pologne) en remportant le All Star Perche avec une barre à 6,06 m, samedi à Aubière, une hauteur qu’il n’avait plus connue depuis 2014.

Armand Duplantis est prévenu. Le prodige suédois (21 ans) aura en face de lui un adversaire des plus redoutables, revenu à son meilleur niveau. A 34 ans, Lavillenie vit une seconde jeunesse et il l’a prouvé en renouant avec des barres que les blessures avaient mises hors de sa portée ces dernières années.

Le champion olympique 2012 avait pourtant besoin de se rassurer avant de s’envoler pour l’Euro. Auteur d’un début d’année en fanfare et d’un saut à plus de 6 m (6,02 m, le 31 janvier à Tourcoing), le premier depuis mars 2016, Lavillenie restait sur deux contre-performances consécutives, dont une décevante 3e place aux Championnats de France indoor. Il repart d’Aubière le moral au plus haut, prêt à en découdre avec Duplantis, qui lui a chipé le record du monde en 2020 (6,18 m).

Pour une fois, le Français était bien seul à devoir assurer le spectacle, le Suédois et le double champion du monde Sam Kendricks ayant fait défection pour ce grand rendez-vous des perchistes, que Lavillenie organise depuis 2016 sur ses terres. Il a certes trouvé un rival inattendu avec le Néerlandais Menno Vloon, qui a pulvérisé son record national (5,96 m) pour finir 2e du concours, mais il a rapidement éclipsé le reste du plateau.

Après avoir effacé des barres à 5,70 m et 5,86 m au premier essai, le Clermontois a passé 5,96 m à sa 2e tentative puis 6,06 m à sa 3e. Il s’est ensuite payé le luxe de s’attaquer au record du monde (6,18 m) mais a échoué à 6,20 m. Un message clair envoyé à Duplantis avant l’Euro où il essaiera de décrocher une 5e couronne continentale en salle.

– “Emmerder Mondo” –

“Je savais qu’aujourd’hui, il y avait un gros truc à jouer, a déclaré Lavillenie. C’est un énorme plaisir et un énorme soulagement. Je voulais préparer les +Europe+ de la meilleure des manières possibles. Avec 6,06 m juste avant de partir, c’est difficile de faire mieux. Cela va être excitant, c’est une compétition qui m’a toujours réussi. Je ne serai pas le favori mais l’objectif sera d’emmerder Mondo (Duplantis, ndlr) le plus possible. Je n’ai jamais été aussi près de pouvoir le battre, même s’il a une marge devant moi.”

Et le voilà qui se remet de nouveau à penser au record du monde.

“J’ai retrouvé le potentiel pour y arriver, alors que je n’y pensais plus il y a quelques mois, a-t-il expliqué. Mais ce n’est pas une fin en soi de le récupérer. Si je peux faire plusieurs fois 6 m dans l’année, ça me met déjà en bonne position pour les Championnats d’Europe et le gros objectif des JO cet été.”

Son entraîneur Philippe d’Encausse est lui persuadé que son poulain peut retrouver des altitudes encore plus élevées que celles qu’il côtoie cet hiver.

“Il fait un vrai saut à 6,06 m avec de la marge, a indiqué le technicien. Depuis le début de l’année, il est sur de très hauts standards, il n’a plus de pépin et on a pu faire des choses que l’on ne faisait plus à l’entraînement. Quand on met tout ça bout à bout, ça fait un résultat sympathique. Je pense qu’il peut sauter plus haut que ce qu’il n’a jamais sauté dans sa vie. J’en suis convaincu.” Le duel Lavillenie-Duplantis est lancé.