Avant l’Euro 2020, quels ont été les grands reports dans l’histoire du football international ? – Foot 2020

37

LE SCAN SPORT – Repoussé d’un en raison de l’épidémie de coronavirus, l’Euro de football 2020 n’est pas la seule compétition ayant connu un report de date ou de lieu par le passé.

En pleine crise sanitaire mondiale, l’UEFA a reporté d’un an l’Euro 2020 dont le coup d’envoi était programmé le 12 juin prochain à Rome. Une décision historique pour cette compétition européenne mais d’autres reports de date et/ou de lieu ont déjà eu lieu dans l’histoire du football international.

La Coupe du monde féminine en 2003

Pour sa quatrième édition en 2003, le Mondial féminin devait se dérouler en Chine, mais c’était sans compter sur une épidémie de coronavirus. Avant le Covid-19, c’est le Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) qui a causé une épidémie mondiale au printemps 2003. Face à cette menace, le tirage au sort prévu à Wuhan a été annulé et la Fifa avait décidé de retirer l’attribution de l’événement à la Chine.

Finalement, les Etats-Unis se sont portés candidats pour accueillir la compétition et l’attribution leur a été donnée par l’instance internationale. Mais le Mondial 2003 n’aura pas connu le même succès que celui de 1999, qui avait déjà été disputé outre-Atlantique. La Chine a tout de même récupéré l’attribution de la Coupe du monde suivante en 2007.

Le Mondial masculin de 1986

En 1986, la Coupe du monde 1986 s’était tenue au Mexique. Mais l’organisation avait initialement était confiée à la Colombie avant que le président Belisario Betancur annonce le désistement de son pays en proie à des difficultés financières.

Alors que le Mexique vivait lui aussi une période économique difficile, le Mondial lui a été attribué. Et moins d’un an avant la compétition, un important tremblement de terre d’une magnitude de 8,2 touchait le pays et semait le doute sur sa capacité à organiser l’événement. Finalement, les stades n’ont pas été touchés et la Coupe du monde a été maintenue. 

La Coupe d’Afrique des Nations à plusieurs reprises 

La Coupe d’Afrique des Nations (CAN) a connu de nombreux rebondissements depuis sa création en 1957, suite à l’instabilité politique et économique du continent. Alors que la compétition a lieu tous les deux ans, en 1961, elle a dû être reportée d’une année à cause d’un coup d’Etat manqué en Ethiopie, pays organisateur. Le retard qui avait été pris dans les travaux de rénovation des stades a poussé les organisateurs à jouer la CAN en 1962. 

La compétition africaine a également dû changer de pays lors de plusieurs éditions, suite à des raisons économiques et de retards d’organisation. C’était le cas en 1996 où la CAN devait se dérouler au Kenya et s’est finalement jouée en Afrique du Sud. De même en 2000, le Zimbabwe a dû renoncer en raison des retards constatés dans la construction ou la rénovation de stades. Finalement le Ghana et le Nigeria l’ont conjointement organisée, c’était la première fois de l’histoire qu’une compétition majeure de football était organisée par deux nations en même temps.

La CAN a été attribuée une nouvelle fois à l’Afrique du Sud en 2013, en raison des révoltes du printemps arabes qui a provoqué un désistement de la Lybie. En 2015, le Maroc s’est vu retirer la compétition à cause de l’épidémie du virus Ebola et c’est en Guinée équatoriale qu’elle s’est jouée. Le dernier rebondissement en date remonte à l’an dernier : l’édition 2019 est passée du Cameroun à l’Egypte suite aux retards dans les travaux.

En France, le championnat arrêté entre guerres et grèves

La semaine dernière, la Ligue de football professionnel (LFP) a suspendu la Ligue jusqu’à nouvel ordre en raison de l’épidémie de coronavirus. Mais ce n’est pas la première fois que le championnat de football français est arrêté en pleine saison. En effet, lors de la Seconde Guerre Mondiale, différents événements ont interrompu la compétition et entre 1939 et 1945, aucun titre national n’a été décerné.

La puissante vague de contestation de mai 1968 n’a pas épargnée le football. Alors que les Français occupaient les facs et les usines, les footballeurs ont pris d’assaut la Fédération française de football et sont restés à l’intérieur pendant quelques jours. Cette année-là, en raison des difficultés de circulation dans la capitale et dans le pays, la première division françaises a été perturbée et plusieurs rencontres ont été reportées.