Axel Witsel désigne ses favoris pour l’Euro 2020: “Les Français sont toujours aussi costauds” – Championnat d’Europe de Football 2020

10
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

Axel Witsel, le milieu de terrain des Diables Rouges, a répondu aux questions d’Emiliano Bonfigli. Alors que l’Euro 2020 se profil, Witsel préfère rester prudent sur les chances de notre sélection.

L’Euro 2020 se joue dans un peu plus de six mois. Une échéance attendue pas les Diables Rouges, qui veulent surfer sur leur bon Mondial pour tenter d’atteindre le Graal: un trophée sur la scène internationale.

Pour autant, Axel Witsel refuse l’étiquette de grand favori. Selon lui, la Belgique aura besoin d’être à son maximum pour l’emporter. “Il faudra se baser sur la dernière Coupe du Monde. Après ça dépend toujours de petits détails”, explique le milieu de terrain. “La France, c’était une phase arrêtée par exemple. Des fois cela se joue à pas grand-chose, il faudra prendre match par match et rester concentré jusqu’au bout. Une fois que tu passes les poules, c’est un autre tournoi. Soit tu restes, soit tu rentres chez toi. On est costauds, on l’a prouvé à la dernière Coupe du Monde, donc pourquoi pas le refaire maintenant ?”.

Selon lui, d’autres favoris se dégagent actuellement. “La France a déjà gagné la Coupe du Monde, ils ont prouvé qu’ils étaient toujours aussi costauds. Les Anglais aussi reviennent bien, avec leur nouvelle génération et les jeunes qu’ils ont. L’Allemagne a pas été trop bien ces dernières années, mais ça reste les Allemands, en général quand il y a un grand tournoi ils sont présents. Il y a pas mal de grosses nations, ça ne va pas être un Euro facile, il y a pas mal d’équipes qui peuvent prétendre à aller jusqu’au bout”. Dont la Belgique, reconnaît-il tout de même.