Basket-ball. Pour préparer l’Euro et les JO, les Bleues entrent dans leur bulle. Sport – Championnat d’Europe 2020

14
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

On les avait quittées sur un succès, des sourires et des promesses. C’était un 9 février 2020 à Bourges, les Bleues venaient de se qualifier sans problème pour les Jeux olympiques de l’été suivant, et rien ne semblait pouvoir stopper leur dynamique. Sauf cette pandémie qui a mis le monde du sport, le monde tout court à l’arrêt. Elles se sont donc retrouvées lundi, neuf mois jour pour jour plus tard, un 9 novembre à Paris, sans avoir joué les JO, décalés à 2021.

Dans leur bulle

La donne a changé. Masques sur le visage, elles ont démarré leur semaine de stage dans un fonctionnement qui correspond à un huis clos, dans un état d’esprit de bulle. Le protocole détaillé par Jacques Commères, directeur des équipes de France, n’a pas altéré la joie des retrouvailles pour ce groupe réputé soudé, prêt à enclencher un nouveau cycle. Ce rassemblement a une valeur encore plus grande, apprécie la capitaine Endy Miyem. C’est vraiment une petite parenthèse qui vient changer notre routine. Les matches préparatoires prévus face à l’Espagne ayant été reportés à février prochain, il ne s’agira que d’une semaine d’entraînement. L’occasion, d’une part, de continuer à opérer le mélange des trois générations du

groupe France. Chacune va avoir des responsabilités, chacune va avoir sa fiche de poste, promet Valérie Garnier, qui a appelé pour la première fois les jeunes Kendra Chery, Tima Pouye ou encore Ana Tadic.

La sélectionneuse aura besoin de tout le monde pour préparer 2021, exercice complètement inédit pour les Bleues qui vont enchaîner pour la première fois de leur histoire deux compétitions majeures : l’Euro en juin et les Jeux olympiques en juillet. Deux mi-temps en somme, pour lesquelles Valérie Garnier a fixé la barre haut, podium minimum. On est dans l’obligation de réussir cette première mi-temps afin de pouvoir performer sur la deuxième. Hors de question de choisir. Aux coéquipières de la doyenne Sandrine Gruda, quatorze ans de plus que les benjamines du groupe, de trouver ensemble le chemin de la performance, en dépit des incertitudes qui planent sur la tenue des rendez-vous futurs.

Le groupe France sur ce stage. Bankole, Bernies, Chartereau, Chery, Ciak, Djaldi-Tabdi, Duchet, Fauthoux, Gruda, Johannes, Michel, Milapie, Miyem, Pouye, Tadic, Tchatchouang, Vukosavljevic. Blessées : Epoupa, Rupert.