Bleus : le bronze à aller chercher – Foot 2020

26

Trop perméable en défense, affaiblie par plusieurs absences, l’équipe de France a vu son rêve de titre s’envoler en égypte, battue en demi-finale par une Suède jeune et talentueuse. Demain, elle défiera l’Espagne, défaite elle 33-35 par le Danemark, pour décrocher une médaille.

Si l’on excepte l’Euro-2020, c’est la 3e fois de suite, après l’Euro- 2018 et le Mondial-2019, que les Français échouent largement en demi-finale. “On va dire que ça fait partie de l’apprentissage et qu’on reviendra plus fort”, a positivé Dika Mem, en berne dans la grande salle vide du Caire (3 buts sur 8 tirs). Mais une 3e pla-ce ne serait pas un échec pour le premier tournoi de Guillaume Gille, nommé sélectionneur en janvier 2020 dans la foulée de l’élimination historique au premier tour de l’Euro. “Ce serait une lueur d’espoir pour les années futures, et à court terme pour le TQO (Tournoi de qualification olympique) et potentiellement les Jeux si on se qualifie”, a souligné Ludovic Fabregas.

La marche était peut-être trop haute pour un groupe venu en égypte sans l’icône Nikola Karabatic ni Elohim Prandi, et qui a perdu en cours de route le gardien Wesley Pardin, ainsi que l’arrière gauche Timothey N’Guessan et le pivot Luka Karabatic, touchés en quarts contre la Hongrie.

Sans Karabatic ni grand gardien au rendez-vous, les Bleus ont d’abord coulé en défense. En attaque, ils sont tombés face à un grand Andreas Palicka (11 arrêts à 31 %) quand Vincent Gérard et Yann Genty terminent avec 4 arrêts à eux deux. “Au niveau des gardiens, on est derrière, mais aussi des jets francs, des exclusions, des shoots”, les a défendus Fabregas.

Dans un début de match de haut vol comme sur le kung-fu de Michaël Guigou pour Dika Mem (3-4), les Suédois ont rapidement pris l’avantage pour ne le relâcher qu’une seule fois de tout le match, quand Luc Abalo a inscrit deux buts coup sur coup (7-6 ; puis 16/17 à la pause).

Souvent dans ce Mondial, les Bleus étaient parvenus à prendre le dessus en début de seconde période. Pas cette fois. Palicka n’a pas baissé le rythme, Wanne non plus (11 buts en tout) et Jim Gottfridsson a porté l’avance scandinave à 5 buts (18-23).

Les Suédois jouaient à leur rythme. Et avec le carton rouge d’Adrien Dipanda, un marcher de Claire et un tir raté de Mem, leur chance était passée (24-28, 54e). “C’est peut-être la première fois que je joue un match où on abandonne longtemps avant la fin”, a déploré Abalo.

demain

14h30, FRANCE-Espagne (beIN3)

17h30, Suède-Danemark (beIN3).

france 26 – suède 32

Au CAIRE (Cairo Stadium Hall 1, huis-clos), mi-temps : 13-16.

Arbitres : MM. Robert Schulze et Tobias Tönnies (ALL).

France.- Buteurs : Remili (4 buts sur 7 tirs), Lagarde (0/2), Richardson (0/1),

Mem (3/8), Tournat (2/2), Mahé (2/5, dont 2 penalties), Abalo (2/2), Guigou (1/2),

Fabregas (3/4), Descat (5/5), Claire (2/2), Porte (1/3), Acquevillo (1/1).

Gardiens : Gérard (1 arrêt/20 tirs), Genty (3/16).

2min : Abalo (3:57), Dipanda (29:28), Acquevillo (36:49), Dipanda (44:52) ;

Carton rouge : Dipanda (50:57)./

Sélectionneur : Guillaume Gille.

Suède.- Buteurs : Carlsbogard (4 buts sur 4 tirs), Darj (0/0), D. Pettersson (6/6), Wanne (11/13, dont 4 penalties), F. Pettersson (0/1), Claar (3/4), Lagergren (3/3), Gottfridsson (3/4), Sandell (2/2).

Gardiens : Palicka (11 arrêts sur 35 tirs), Aggefors (1/3).

2min : Sandell (8:35), F. Pettersson (27:59), Darj (42:49), F. Pettersson (55:32)./

Sélectionneur : Glenn Solberg.

Michaël GUIGOU (capitaine) : “Cette défaite fait mal, on n’a pas réussi à avoir la bonne énergie. Les deux blessures sur le dernier match ont changé les plans, avec la perte d’une des deux tours jumelles (Luka Karabatic) sur lesquelles on s’appuyait énormément depuis le début, plus Tim (N’Guessan), ça faisait beaucoup – surtout qu’on sortait d’un match après prolongation après un début de partie encore raté. C’était peut-être un peu trop haut et on n’a pas réussi à revenir, à se donner les bons ballons, à faire les bons stops, les bons arrêts, la bonne efficacité sur les prises de décision. C’est un ensemble de choses…”

Luc ABALO (ailier droit) : “Je ne peux même pas en vouloir à l’équipe : aujourd’hui, on a joué à notre niveau, malheureusemen ; et très clairement, ils ont été meilleurs que nous ! Ils ont dominé

tout le match.”

Guillaume GILLE (sélectionneur) : “On a pas été en mesure de livrer ce dont on est capables. On a souvent été en difficulté dans beaucoup de secteurs. Et on a pas réussi à empiler les phases positives, à trouver notre rythme, notre carburation.”