Camavinga, une saison à défis multiples avec Rennes – Championnat d’Europe de Football 2020

19

Le Real Madrid en avait fait une priorité selon la presse espagnole ? D’autres grands clubs sont sur les rangs ? “Je ne vais pas le répéter, Eduardo est parmi nous, il fait partie des joueurs qui comptent dans l’effectif”, a réaffirmé lundi le président de Rennes, Nicolas Holveck. “Il sera parmi nous cette saison.”

Son entraîneur Julien Stéphan aussi n’a cessé de répéter que le milieu de 17 ans, révélation de la saison dernière en Ligue 1, sous contrat en Bretagne jusqu’en 2022, avait tout intérêt à rester dans son club formateur pour cette année, souvent délicate, de la confirmation.

L’intéressé, extrêmement rare dans les médias, était resté vague dans un entretien accordé au quotidien ‘Ouest France’ en mai : “Ça fait plaisir que de grands clubs comme ceux cités s’intéressent à moi, mais à l’inverse, je ne m’intéresse pas trop à ça. Surtout que je suis bien à Rennes. On verra la suite… Je laisse mes parents et mes agents gérer cela”.

Lui qui avait souffert cet hiver de l’enchaînement des matches a beaucoup travaillé à l’intersaison, le plus souvent chez lui au milieu de ses frères et soeurs, mais aussi lors d’un séjour un rien bling-bling dans une villa près d’Antibes où son agent Moussa Sissoko a réuni des espoirs du foot français pendant 10 jours en juin.

Cependant, s’il a suivi toute la préparation rennaise depuis fin juin, il a été handicapé par une légère blessure aux adducteurs et n’a joué cet été qu’une mi-temps contre Châteauroux mi-juillet (victoire 3-0) et une autre samedi à Nice (défaite 3-2).

Camavinga, une saison à défis multiples avec Rennes - Championnat d'Europe de Football 2020

“Il a tout compris” 

A chaque fois, “Edu” a montré qu’il n’avait rien perdu de son assurance, de sa vivacité et de sa vision du jeu. D’autant que la présence du champion du monde Steven Nzonzi, force tranquille en sentinelle, lui donne une plus grande liberté de projection en attaque.

“Lui, il a tout compris”, déclarait son coéquipier Benjamin Bourigeaud en mai à l’AFP, louant aussi son humilité dans le vestiaire. “Je ne suis vraiment pas étonné de sa progression et il a encore beaucoup de marge parce qu’il est très jeune. Je n’ai aucun doute sur le fait que ça va devenir un très grand joueur”.

Il a d’ailleurs déjà changé de dimension: il figure parmi les neuf stars européennes sur la publicité de la nouvelle chaîne Téléfoot et les autorités sanitaires ont fait appel à lui pour un clip rappelant aux jeunes les gestes barrière contre le coronavirus.

Les supporters rennais brûlent de le voir briller à nouveau sur les terrains de Ligue 1, et désormais dans cette Ligue des champions que le club breton découvrira en octobre. Camavinga est aussi très attendu en Bleu.

Le jeune prodige, né en Angola de parents congolais et arrivé en France avec sa famille à l’âge de 2 ans, a été naturalisé en novembre et convoqué dans la foulée en équipe de France Espoirs.

Les Jeux olympiques lui semblaient promis cet été, mais le report des grands rendez-vous pourrait lui permettre de franchir une marche supplémentaire à temps pour l’Euro 2020, repoussé à 2021.

En mai, Ouest-France lui a demandé s’il en rêvait : “Ce n’est pas vraiment un rêve. Dans mon esprit, il y a la Coupe du monde, qui est la plus grande compétition et pour laquelle je peux vraiment parler de rêve. Les JO ou l’Euro, c’est plutôt un objectif. Et oui, j’espère y être. Il faudra m’en donner les moyens la saison prochaine, travailler dur.”

Camavinga, une saison à défis multiples avec Rennes - Championnat d'Europe de Football 2020