Ce qui bouge en 2021 – Euro 2020

26

Outre les vœux de bonne, ou de meilleure année, le 1er janvier s’accompagne de quelques changements pour le porte-monnaie des particuliers.

Ce qui bouge en 2021 - iStock-asbe

Ce qui bouge en 2021 – iStock-asbe

Impôts et revenus

Le barème de l’impôt sur le revenu étant indexé sur l’inflation, l’année 2021 apportera d’abord avec elle une revalorisation de 0,2 %. Une personne seule et sans enfants devra donc s’acquitter de cet impôt à partir de 10 084 euros et non plus 10 064 euros, qui est le seuil actuel d’entrée dans la première tranche du barème. Les limites de chacune des cinq tranches seront par ailleurs ajustées en fonction de l’évolution du barème de l’impôt. Cette mesure concernera les revenus réalisés à partir du 1er janvier 2021. Du côté du SMIC, on annonce une augmentation de 15 euros par mois par rapport à 2020, soit 0,99 % de plus. En brut, le SMIC atteindra 1554,58 euros par mois et 10,25 euros par heure. Cette revalorisation représente, selon la ministre du Travail Elisabeth Borne au micro de LCI le 16 décembre dernier, “la plus forte hausse de pouvoir d’achat depuis les dix dernières années”. À noter qu’il s’agit d’une revalorisation automatique. Au 1er janvier, les pensions de base versée par la Caisse nationale d’assurance vieillesse seront quant à elle revalorisées de 0,4 %. Cette année, celle appliquée sur les retraites de base variait en fonction des ressources. Pour les étudiants, la réduction du ticket restaurant du CROUS sera maintenue pour la rentrée 2021. Cette année, il est passé de 3,30 euros à 1 euro, avec pour but de lutter contre la précarité étudiante.

Le logement

2021 sera l’année de la réforme des aides au logement. Prévue pour 2020, l’épidémie de COVID-19 a entraîné son report. Le gouvernement évoque la mise en place d’un calcul et un versement des aides en temps réel. Elles ne seront donc plus estimées en fonction des ressources d’il y a deux ans mais des revenus actuels. Les APL seront dorénavant calculées tous les trois mois sur la base des revenus des douze derniers mois. Jusqu’à maintenant, elles étaient réévaluées chaque année en fonction des revenus d’il y a deux ans. Dans le cadre du plan “Logement d’abord”, inauguré en septembre 2017, 8850 places d’intermédiation locative et 2 000 places en maison-relais seront créées à destination des sans-abris. En parallèle, 1000 place seront ouvertes pour les femmes victimes de violences.

Pour une année un peu plus verte

À partir de 2021, MaPrimeRénov sera étendue à tous les ménages, propriétaires de leur lieu de vie ou d’une habitation mise en location. Jusqu’à maintenant, la mesure lancée en janvier 2020 ne s’appliquait qu’aux propriétaires occupant leurs logements et dotés de revenus modestes. Si le montant dépend de la localisation du bien et du type de travaux à réaliser, il sera également dégressif en fonction du niveau de revenu. Par ailleurs, un barème particulier s’appliquera à l’Île-de-France. Une bonification de 1 500 euros pourra être accordée pour la rénovation des passoires thermiques et un soutien sera fourni aux rénovations générales. En ce qui concerne l’automobile, le barème des aides octroyées pour l’achat d’un véhicule électrique gardera son nouveau montant maximum de 7000 euros en 2021. Et pour accompagner le véhicule, l’installation de bornes de recharge sur des places résidentielles pourra faire l’objet d’un crédit d’impôt.