Cinq défenseurs qui ont brillé à l’EURO | UEFA EURO 2020 – Euro 2020

7

Le 1er juillet 2004, le but en argent de Traianos Dellas qualifiait la Grèce pour sa première finale. UEFA.com en profite pour revenir sur cinq performances énormes de défenseurs en phase finale de l’EURO.

Traianos Dellas (Grèce 1-0 République tchèque, 2004)

En marquant le dernier but en argent de l’Histoire de l’EURO, le “Colosse de Rhodes” a envoyé les siens en finale, grâce à une tête inscrite sur un corner de Vassilios Tsiartas. Homme-clé du dispositif très défensif d’Otto Rehhagel et ses outsiders, son endurance et sa dévotion sont le symbole de l’état d’esprit grec. À quelques secondes de la fin de la première mi-temps de la prolongation, et tandis que les Tchèques semblaient “très fatigués”, l’Homme du Match se souvient : “C’était maintenant ou jamais.” C’est ainsi qu’il s’est élancé sur un mur de maillots blancs pour catapulter ce ballon décisif au fond des filets.

Dellas contre la République tchèque

Dellas contre la République tchèque

Ashley Cole (Portugal 2-2 Angleterre, victoire du Portugal aux tirs au but 6-5, 2004)

Au cours d’un match brillant face à un jeune Cristiano Ronaldo, l’audace et les tacles parfaitement chronométrés de Cole ont mené la vie dure à la pépite de Manchester United. Cette rencontre reste certainement l’une des plus belles de Cole avec les Three Lions. Il a parfaitement combiné avec Sol Campbell pour contrer les offensives portugaises. Lors de la séance de tirs au but, Cole, 23 ans, a couronné son match exceptionnel en inscrivant une tentative pleine de sang froid.

Philipp Lahm (Allemagne 3-2 Turquie, 2008)

Le but de Lahm face à la Turquie

Le but de Lahm face à la Turquie

Au terme d’une fin de demi-finale suffocante, le but de Lahm envoyait les hommes de Joachim Löw en finale. Tandis qu’on approchait la fin du temps réglementaire, le but égalisateur tardif de Semih Şentürk permettait aux Turcs d’espérer filer en prolongation. Mais ce n’était pas du goût du latéral gauche allemand. Celui-ci s’élançait dans une superbe combinaison avec Thomas Hitzlsperger sur le flanc gauche, pour finalement prendre la profondeur et envoyer la Mannschaft en finale.

Sergio Ramos (Portugal 0-0 Espagne, victoire de l’Espagne 2-4 aux tirs au but, 2012)

“J’avoue, c’était préparé”, confiera l’Homme du Match au sujet de sa Panenka lors des tirs au but. “Oui, c’était risqué, mais cela s’est bien passé.” Durant 120 minutes tendues en demi-finale, à Donetsk, Ramos, qui était associé à Gerard Piqué en défense centrale, a réussi à bloquer Ronaldo et Nani pour préserver la cage espagnole. En prolongation, il manque le but de peu sur une frappe de loin. Alvaro Arbeloa dira du tir au but de son coéquipier qu’il n’était “pas étonné. Quant au capitaine Iker Casillas, il n’ira pas par quatre chemins : “Il en a dans le bide.”

Pepe (Portugal 1-0 France, 2016)

Après avoir manqué la demi-finale à cause d’une blessure à la cuisse, Pepe est revenu en force en finale, empêchant Antoine Griezmann, Olivier Giroud et Dimitri Payet de briller au Stade de France. “Nous nous sommes comportés en guerriers sur le terrain”, a déclaré le défenseur central. Incontournable au sein de la défense portugaise, les deux tacles de Pepe sur André-Pierre Gignac ont pu gêner l’attaquant, qui a touché le poteau en fin de rencontre. “Nous venons d’écrire une grande page de l’Histoire du football portugais”, dira l’Homme du Match. Cristiano Ronaldo ajoutera : “Pour moi, Pepe a été le meilleur joueur de cet EURO.”

Téléchargez l’app de l’EURO