Comment le Portugal a préparé à la fois le présent et l’avenir – Championnat d’Europe 2020

215

C’est un sacré choc qu’offre la troisième journée de Ligue des Nations avec un choc entre d’un côté la France championne du monde en titre et le Portugal tenant en titre de la compétition ainsi que de l’Euro. Un statut particulier pour le Portugal qui a souvent souffert de son étiquette de “perdant magnifique”. Très pragmatique, mais pas fermé au beau jeu, Fernando Santos a d’abord constitué un groupe solide mêlant les anciens (Rui Patricio, Pepe, José Fonte, Joao Moutinho, Cristiano Ronaldo) avec la jeune génération montante (Bernardo Silva, Raphaël Guerreiro, Renato Sanches) ce qui a conduit au succès lors de l’Euro 2016. Huitième de finaliste de la Coupe du monde 2018, le Portugal a alors mis l’accent un peu plus sur la jeunesse. Tout juste transféré à la Juventus, Cristiano Ronaldo avait mis pendant quelques mois la sélection sur pause et cela a bien aidé Fernando Santos dans son processus de rajeunissement de l’équipe. Ainsi, Bruno Fernandes, Joao Felix, Joao Cancelo, Nelson Semedo, Ruben Neves ou encore Diogo Jota ont apporté leur touche à l’effectif vainqueur 1-0 de la Ligue des Nations contre les Pays-Bas. Un peu plus d’un an plus tard force est de constater que le Portugal est sur la bonne voie. Qualifiée pour l’Euro 2020 qui se déroulera en 2021, la Seleção das Quinas a aussi idéalement débuté contre la Croatie (4-1) et la Suède (2-0) en Ligue des Nations. Affinant son groupe, Fernando Santos a défini une hiérarchie.

La suite après cette publicité

Dans les buts, Rui Patricio (32 ans) fait figure d’indiscutable depuis l’Euro 2012. Le portier de Wolverhampton est bien accompagné puisque sa doublure Anthony Lopes (30 ans) ne manque pas de référence et dispose d’un niveau similaire. Pour le troisième poste, deux éléments plus jeunes sont en concurrence, Rui Silva (Grenade, 26 ans) et José Sà (Olympiakos, 27 ans). Tous les deux sur de bonnes dynamiques, ils composent un secteur très concurrentiel. Surtout que le jeune Luís Maximiano (Sporting CP, 21 ans) ne devrait pas tarder à taper à la porte. Au poste de latéral droit on peut difficilement faire mieux avec Nelson Semedo (Wolverhampton, 26 ans), Joao Cancelo (Manchester City, 26 ans) et Ricardo Pereira (Leicester City, 27 ans) qui se battent pour les deux places. Trois joueurs très talentueux qui font partie des références mondiales à ce poste et qui ont encore de belles années devant eux. Avantage sur les derniers rassemblements à Joao Cancelo qui reste sur de belles performances et a profité de la longue blessure de Ricardo Pereira. Derrière, Diogo Dalot (AC Milan, 21 ans), Tomás Tavares (Hertha BSC, 19 ans) et Thierry Correia (Valencia CF, 21 ans) ont également de très beaux potentiels.

Un vivier de grande qualité

Sur le flanc gauche, Raphaël Guerreiro (Borussia Dortmund, 26 ans) est indiscutable depuis plusieurs années et dispose d’une solide doublure avec Mario Rui (Napoli, 29 ans). Certes, Nuno Sequeira (Braga, 30 ans) a suppléé ce dernier pour ce rassemblement d’octobre, mais la hiérarchie ne semble pas en mesure d’évoluer. Le seul qui pourrait changer les choses à court ou moyen terme est Ruben Vinagre (Olympiakos, 21 ans). Intéressant à Wolverhampton avant d’être prêté en Grèce, il pourrait toquer à la porte des A dans le futur comme Nuno Mendes (Sporting CP, 18 ans) et Nuno Tavares (Benfica, 20 ans). Il ne faut pas oublier aussi Kévin Rodrigues (26 ans, Eibar) qui a déjà connu plusieurs rassemblements et 3 capes. La défense centrale semble offrir de son côté moins de perspectives d’avenir avec Pepe (FC Porto, 37 ans) qui semble arriver sur la fin de sa carrière. Certes, Ruben Dias (Manchester City, 23 ans) est un joueur fiable, mais il devra continuer de s’affirmer et montrer qu’il peut être un patron en l’absence de l’ancien joueur du Real Madrid. José Fonte (Lille, 36 ans) fait toujours partie du groupe, mais ne devrait pas rester encore très longtemps compte tenu de son âge. Daniel Carriço (Wuhan Zall, 32 ans) et Pedro Mendes (Montpellier, 30 ans) ont été récemment appelés, mais n’auront certainement pas trop de perspectives. Ferro (Benfica, 23 ans), Domingos Duarte (Grenade, 25 ans) et Ruben Semedo (Olympiakos, 26 ans) se battront pour une place dans le groupe et pourquoi pas épauler à terme Ruben Dias après les retraites de Pepe et José Fonte. Cependant, ces trois éléments démontrent des limites à un certain niveau. Eduardo Quaresma (Sporting CP, 18 ans) et Diogo Leite (FC Porto, 21 ans) pourraient aussi s’insérer dans la lutte à terme.

Au milieu de terrain, il y a pléthore de talent, si bien que Bernardo Silva doit évoluer un cran plus haut en tant qu’ailier. En tant que sentinelle, ils sont trois à régulièrement jouer, Ruben Neves (Wolverhampton, 23 ans), Danilo Pereira (Paris Saint-Germain, 29 ans) et William Carvalho (Real Betis Balompié, 28 ans). Si le dernier a plus ou moins perdu sa place suite aux blessures et à ses prestations décevantes en Espagne, les deux autres sont des titulaires importants. On pourrait aussi compter Florentino Luis (AS Monaco, 21 ans) et Joao Palhinha (Sporting CP, 25 ans) comme de potentiels apports à la sélection pour le futur. Dans des postes de relayeur, il y a déjà le vétéran Joao Moutinho (Wolverhampton, 34 ans) et Renato Sanches (Lille OSC, 23 ans) qui sont présents dans les derniers rassemblements. André Gomes (Everton, 27 ans), Gedson Fernandes (Tottenham, 22 ans) et Sergio Oliveira (FC Porto, 28 ans) sont également des joueurs pouvant faire partie des 23 de la sélection de Fernando Santos. Pouvant évoluer plus haut, mais indiscutable au milieu du terrain, Bruno Fernandes (Manchester United, 26 ans) est l’un des maîtres à jouer de cette équipe et prend de plus en plus d’importance.

En attaque, le Portugal ne manque pas de talent avec un trio savoureux constitué de Cristiano Ronaldo (Juventus, 35 ans), Bernardo Silva (Manchester City, 26 ans) et Joao Felix (Atlético de Madrid, 20 ans). Les trois hommes ont certes encore besoin de travailler certains automatismes, mais ce trio offensif devient de plus en plus solide. Installée lors du Final Four de la Ligue des Nations 2019, cette ligne offensive a pour vocation de durer. L’avantage c’est que le banc est assez fourni en individualités et encore une fois ce sont des éléments assez jeunes avec une belle marge de progression. Sur les ailes on retrouve donc Rafa Silva (Benfica, 27 ans), Gonçalo Guedes (Valence, 23 ans), Daniel Podence (Wolverhampton, 24 ans), Pedro Neto (Wolverhampton, 20 ans), Ricardo Horta (Braga, 26 ans), Francisco Trincao (Barcelone, 20 ans), Gelson Martins (Monaco, 25 ans), Rony Lopes (Nice, 24 ans) ou encore Helder Costa (Leeds, 26 ans). Tant d’éléments qui témoignent d’une belle profondeur d’effectif. Seul point noir, l’absence d’un véritable avant-centre de métier pouvant être titulaire puisque André Silva (Eintracht, 24 ans) alterne souvent le chaud et le froid. Prometteurs, Fabio Silva (Wolverhampton, 18 ans) et Rafael Leao (AC Milan, 21 ans) semblent encore trop tendres pour assumer ce rôle. Avec un effectif jeune et fourni, le Portugal n’a jamais été aussi bien armé avant d’aborder des compétitions internationales. Comme si la victoire lors de l’Euro 2016 avait enfin libérer un grand pays football à qui on a longtemps collé l’étiquette de perdant magnifique.