Compagnie D’Entreprises CFE S A : Rapport intermdiaire au 30 juin 2020 – Championnat d’Europe 2020

18
Compagnie D'Entreprises CFE S A : Rapport intermdiaire au 30 juin 2020 - Championnat d'Europe 2020

28/08/2020 | 10:33

RAPPORT INTERMÉDIAIRE

AU 30 JUIN 2020

RAPPORT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Le 24 août 2020, le conseil d’administration de CFE s’est réuni pour arrêter les comptes semestriels au 30 juin 2020.

1. Chiffres clés du 1er semestre 2020

En millions d’euros

1er semestre 2020

1er semestre 2019

Variation

Chiffre d’affaires

1.491,2

1.847,7

-19,3%

Capacité d’autofinancement (EBITDA) (*)

159,8

207,0

-22,8%

En % du chiffre d’affaires

10,7%

11,2%

Résultat opérationnel sur activités (*)

2,6

50,5

-94,8%

En % du chiffre d’affaires

0,2%

2,7%

Résultat opérationnel (EBIT) (*)

19,3

61,2

-68,5%

En % du chiffre d’affaires

1,3%

3,3%

Résultat net part du groupe

8,4

42,7

-80,3%

En % du chiffre d’affaires

0,6%

2,3%

Résultat net part du groupe par action (en euro)

0,33

1,69

-80,5%

En millions d’euros

30 juin 2020

31 décembre 2019

Variation

Fonds propres part du groupe

1.742,4

1.748,7

-0,4%

Endettement financier net (*)

803,0

798,1

+0,6%

Carnet de commandes (*)

5.636,6

5.182,9

+8,8%

  1. Les définitions sont reprises dans la section « Etats financiers consolidés » du rapport intermédiaire.

EXPOSÉ GÉNÉRAL

Le chiffre d’affaires du premier semestre 2020 s’élève à 1.491,2 millions d’euros en recul de 19,3% par rapport

  • celui du premier semestre 2019. La baisse d’activité s’observe tant chez DEME qu’en Contracting qui ont été affectés par les effets de la crise sanitaire.

L’EBITDA qui tient compte de la plus-value de cession de la participation dans le parc éolien Merkur (63,9 millions d’euros), ressort à 159,8 millions d’euros. Il représente 10,7% du chiffre d’affaires.

Le résultat opérationnel qui inclut la contribution positive des résultats des participations consolidées par mise en équivalence, s’établit à 19,3 millions d’euros contre 61,2 millions d’euros au premier semestre 2019. La baisse du résultat opérationnel s’explique en grande partie par les effets tant directs qu’indirects de la pandémie.

CFE a néanmoins réussi à dégager un résultat net positif au premier semestre 2020. Cela démontre une fois de plus la pertinence de sa stratégie basée sur le développement et la diversification de ses activités au sein de ses trois pôles opérationnels.

Les fonds propres part du groupe s’établissent à 1.742,4 millions d’euros au 30 juin 2020, montant stable par rapport au 31 décembre 2019.

L’endettement financier net ressort à 803 millions d’euros au 30 juin 2020 à un niveau proche de celui du

31 décembre 2019. Alors qu’il s’affiche en baisse chez DEME, l’endettement progresse en Promotion Immo- bilière (BPI) à la suite de l’acquisition de plusieurs positions foncières en Belgique, Luxembourg et Pologne.

La trésorerie du groupe CFE s’est encore fortement renforcée au cours du premier semestre 2020 : celle-ci s’établit à 805,3 millions d’euros contre 612,2 millions d’euros au 31 décembre 219. CFE a par ailleurs mis en place de nouvelles lignes de crédit confirmées. Au 30 juin 2020, 183 millions d’euros sont disponibles sur les lignes de crédit confirmées du groupe.

L’ensemble des covenants financiers sont respectés au 30 juin 2020.

2. Analyse par pôle de l’activité, des résultats et du carnet de commandes

Pôle Dragage, Environnement, Offshore et Infra

Grâce à sa stratégie de diversification à long terme, DEME parvient à dégager des résultats positifs malgré la pandémie du Covid-19, la baisse du prix du pétrole et l’accident de l’Orion.

CHIFFRES CLÉS(*)

En millions d’euros

1er semestre 2020

1er semestre 2019

Variation

Chiffre d’affaires

1.047,9

1.349,3

-22,3%

EBITDA

153,8

199,1

-22,8%

Résultat opérationnel

21,9

58,5

-62,6%

Résultat net part du groupe

15,5

44,3

-65,0%

En millions d’euros

30 juin 2020

31 décembre 2019

Variation

Carnet de commandes

4.300,0

3.750,0

+14,7%

Endettement financier net

665,4

708,5

-6,1%

  1. A l’exclusion des montants retraités conformément à la comptabilisation des actifs et passifs identifiables de DEME à leur juste valeur suite à l’acquisition de 50% complémentaires des titres DEME au 24 décembre 2013.

CHIFFRE D’AFFAIRES

Le chiffre d’affaires de DEME s’élève à 1.047,9 millions d’euros au premier semestre 2020, en baisse de 301,4 millions d’euros par rapport au premier semestre 2019. Environ la moitié de cette baisse est imputable à la crise sanitaire et à ses effets collatéraux sur le secteur du pétrole et du gaz. Un impact du même ordre de grandeur est attendu pour le second semestre.

Les conséquences de la pandémie sont multiples mais en particulier, elle entraîne des difficultés à effectuer les rotations d’équipages et de personnel, des retards dans l’avancement des chantiers du fait d’une productivité amoindrie ainsi que des reports de certains projets en phase d’adjudication. Dès le début de la crise, DEME a résolument placé le bien-être et la sécurité de ses travailleurs au premier plan et n’a donc pas ménagé ses efforts pour assurer les changements d’équipages et de personnel dans le monde entier.

Au premier semestre 2020, la division Dragage, la plus touchée par les effets de la pandémie, a réalisé un chiffre d’affaires de 429,0 millions d’euros contre 572,1 millions d’euros au premier semestre 2019. Les principaux projets en cours d’exécution se situent en Europe (Belgique, Allemagne, Russie et Pologne), en Afrique et en Inde. Alors que le taux d’occupation de la flotte de dragues (hoppers) se maintient à un niveau correct, l’activité des cutters a été faible au premier semestre 2020.

Le chiffre d’affaires de DEME Offshore s’élève à 434,6 millions d’euros au premier semestre 2020 (582,9 millions d’euros au premier semestre 2019). La baisse s’explique essentiellement par un faible montant de fournitures (procurement) comparé à celui du premier semestre 2019. Les travaux du contrat EPCI-fondations du parc éolien écossais Moray East progressent à un rythme soutenu, DEME ayant réussi à louer en un temps record des navires de substitution pour remplacer l’Orion. A la mi-août 2020, deux sous-stations électriques ainsi que 20 fondations de type « jackets » avaient déjà été installées.

DEME Offshore a également terminé la pose des turbines du parc East Anglia One et poursuit l’installation des turbines d’éoliennes des parcs SeaMade (Belgique) et Borssele 1&2 (Pays-Bas) après avoir finalisé avec succès la pose des fondations. Le taux d’occupation de la flotte de DEME Offshore se maintient à un haut niveau.

Chez DIMCO (division Infra) dont l’activité progresse d’environ 10% par rapport au premier semestre 2019, les trois projets néerlandais (écluse de Terneuzen, RijnlandRoute et la connexion Blankenburg) se sont poursuivis malgré la crise sanitaire mais avec une productivité légèrement amoindrie du fait de la mise en place des mesures de distanciation sociale. Au Danemark, DEME et ses partenaires préparent le démarrage du chantier de la liaison Fehmarnbelt.

EVOLUTION DE L’ACTIVITÉ PAR MÉTIER

En %

1er semestre 2020

1er semestre 2019

Capital dredging

28%

32%

Maintenance dredging

13%

10%

Offshore

41%

43%

Infra / génie civil maritime

10%

7%

Environnement

6%

6%

Autres

2%

2%

Total

100%

100%

EVOLUTION DE L’ACTIVITÉ PAR ZONE GÉOGRAPHIQUE

En %

1er semestre 2020

1er semestre 2019

Europe (EU)

73%

66%

Europe (non EU)

3%

2%

Afrique

7%

10%

Amériques

3%

4%

Asie et Océanie

9%

9%

Moyen-Orient

1%

5%

Sous-continent indien

4%

4%

Total

100%

100%

EBITDA ET RÉSULTAT OPÉRATIONNEL

L’EBITDA ressort à 153,8 millions d’euros au premier semestre 2020, soit 14,7% du chiffre d’affaires.

La stratégie à long terme de diversification de DEME porte clairement ses fruits, notamment au sein de la division Concessions. En 2019, le processus de vente de la participation de 12,5% dans Merkur Offshore GmbH avait été lancé. La cession qui eut lieu le 12 mai 2020 a dégagé une plus-value de 63,9 millions d’euros. Celle-ci a permis de compenser l’impact de la pandémie du Covid-19, de la crise pétrolière et de l’accident de l’Orion, estimé au total à environ -60 millions d’euros au premier semestre 2020. Pour l’ensemble de l’année, DEME estime que l’impact de ces trois éléments sur le résultat opérationnel devrait avoisiner les -100 millions d’euros.

Les effets de la crise sanitaire auraient été encore plus importants si le management de DEME n’avait pas immédiatement pris toutes les mesures nécessaires afin de réduire les frais généraux.

Le résultat opérationnel s’élève à 21,9 millions d’euros, soit 2,1% du chiffre d’affaires. Outre les effets de la pandémie, les marges restent sous pression dans la division Dragage du fait de conditions de marché difficiles.

CARNET DE COMMANDES

Le carnet de commandes s’établit à son plus haut niveau historique : 4,3 milliards d’euros au 30 juin 2020 contre 3,75 milliards d’euros au 31 décembre 2019.

La ventilation du carnet de commandes entre les divisions opérationnelles se résume comme suit :

• Dragage

1,8 milliard d’euros

• Offshore

1,2 milliard d’euros

• Infra

1,0 milliard d’euros

• Environnement

0,2 milliard d’euros

• Autres

0,1 milliard d’euros

Au cours du premier semestre, DEME a engrangé trois commandes majeures :

  • la liaison Fehmarnbelt. Pour rappel, il s’agit d’un contrat d’une valeur de 700 millions d’euros pour DEME portant sur la conception et la construction du plus long tunnel routier et ferroviaire immergé du monde qui reliera le Danemark à l’Allemagne. Les travaux de construction démarreront le 1er janvier 2021;
  • le tunnel de la liaison Oosterweel. Il s’agit d’un contrat d’une valeur de 140 millions d’euros pour DEME portant sur la réalisation d’un tunnel immergé sous l’Escaut à Anvers d’une longueur de 1.800 m. Les travaux préparatoires sont planifiés à l’automne 2020 alors que les travaux proprement dit débuteront après l’été 2021;
  • le projet Sea Channel au Nord de la Russie, dans l’estuaire du fleuve Ob. Il s’agit d’un contrat de dragage portant sur 60 millions de m³. Les travaux seront réalisés durant les étés 2020, 2021 et 2022.

Le 20 août 2020, DEME Offshore a remporté le contrat EPCI portant sur la conception, la fabrication et l’installation des 650 km de câbles d’interconnection des parcs éoliens Dogger Bank A et Dogger Bank B situés

  • plus de 130 km des côtes du Nord-Est de l’Angleterre. Le projet démarrera en 2021 par la production des câbles sous-marins. Ce contrat sera repris dans le carnet de commandes au troisième trimestre 2020.

Pour rappel, DEME a le statut de soumissionnaire privilégié pour la réalisation des parcs éoliens Hai Long 2, Hai Long 3 et Zhong Neng situés au large des côtes de Taiwan. Ces projets d’une valeur de plus d’un milliard d’euros (quote-part DEME) n’entreront en carnet de commandes que lorsque l’ensemble des conditions préalables au démarrage des travaux auront été satisfaites.

INVESTISSEMENTS DANS LA FLOTTE

Les investissements du premier semestre 2020 s’établissent à 128,4 millions d’euros contre 252,9 millions d’euros au cours du premier semestre 2019. Ils se composent principalement d’acomptes versés pour les navires en construction.

Les dragues aspiratrices en marche « Thames River » et « River Meuse » d’une capacité de respectivement 2.500 et 8.300 m³ ont rejoint la flotte de DEME durant le deuxième trimestre 2020.

Green Jade

Le 25 juin 2020, la co-entreprise taiwanaise DEME CSBC Wind Engineering (CDWE) a approuvé la commande portant sur la construction d’un navire d’installation d’éoliennes offshore. La navire dénommé Green Jade sera construit par CSBC à Taiwan pour une livraison prévue en 2022. Long de 216,5 mètres, le navire sera doté d’une grue d’une capacité de levage de 4.000 tonnes, disposera de la technologie DP3 et pourra accueillir 160 membres d’équipage.

Orion

Un accident grave s’est produit le 2 mai 2020 à bord du navire d’installation Offshore Orion durant les essais de mise en charge de la grue. Celle-ci devra être démantelée et remplacée entraînant une indisponibilité du navire pendant de nombreux mois : l’Orion ne devrait être opérationnel qu’à la fin de l’année 2021.

Spartacus

La recapitalisation du chantier naval Royal IHC a eu lieu au deuxième trimestre 2020. Cette opération qui bénéficie du support de l’Etat néerlandais devrait permettre à Royal IHC d’être en capacité de terminer la construction du Megacutter Spartacus. La livraison est prévue pour fin 2020.

ENDETTEMENT FINANCIER NET

DEME a réussi, malgré les coûts supplémentaires et la baisse des revenus liés à la pandémie, à générer des cash flows opérationnels importants au premier semestre 2020 et a sensiblement renforcé le niveau de sa trésorerie disponible (672,4 millions d’euros au 30 juin 2020).

L’endettement financier net de DEME s’élève à 665,4 millions au 30 juin 2020 en baisse de respectivement 6,1% et 17,4 % par rapport au 31 décembre 2019 et 30 juin 2019. Le report du paiement du solde du prix d’acquisition de l’Orion contribue à cette baisse tout comme l’amélioration du besoin en fonds de roulement (grâce notamment à l’encaissement d’avances de démarrage).

Au cours du semestre, DEME a réactivé avec succès son programme de billets de trésorerie. L’encours s’élève à 125 millions d’euros au 30 juin 2020.

DEME respecte l’ensemble de ses covenants au 30 juin 2020.

Pôle Contracting

CHIFFRES CLÉS

En millions d’euros

1er semestre 2020

1er semestre 2019

Variation

Chiffre d’affaires

423,2

501,4

-15,6%

Résultat opérationnel

-5,6

1,4

n.s.

Résultat net part du groupe

-7,6

-2,9

n.s.

En millions d’euros

30 juin 2020

31 décembre 2019

Variation

Carnet de commandes

1.298,3

-6,3%

1.385,5

Excédent financier net

88,0

106,1

-17,1%

CHIFFRE D’AFFAIRES

En millions d’euros

1er semestre 2020

1er semestre 2019

Variation

Construction

300,3

383,6

-21,7%

Bâtiment Belgique

215,9

289,8

-25,5%

Bâtiment International

84,4

93,8

-10,0%

Multitechnique (VMA)

78,1

79,8

-2,1%

Rail & Utilities (Mobix)

44,8

38,0

+17,9%

Total Contracting

423,2

501,4

-15,6%

Le chiffre d’affaires de CFE Contracting s’élève à 423,2 millions d’euros.

Alors que les activités en Pologne n’ont été que marginalement affectées par la pandémie du Covid-19, l’impact de cette dernière en Belgique et au Luxembourg a été significatif. En effet, en raison des mesures de confinement, la plupart des chantiers ont été à l’arrêt du 18 mars à début mai 2020 et ont ensuite redémarré graduellement. Cependant, depuis le mois de juin, la plupart des chantiers ont retrouvé leur niveau de productivité d’avant crise malgré la mise en place des mesures de distanciation sociale. CFE Contracting estime que l’impact de la crise sanitaire sur son activité du premier semestre 2020 s’élève à environ 70 millions d’euros dont plus des trois-quarts pour la division Construction en Belgique qui a été la plus durement affectée. L’effet pour l’ensemble de l’exercice 2020 est évalué à environ 100 millions d’euros.

RÉSULTAT OPÉRATIONNEL

Le résultat opérationnel s’établit à – 5,6 millions d’euros contre + 1,4 millions d’euros au premier semestre 2019.

L’impact de la crise sanitaire sur le résultat opérationnel du premier semestre 2020 est estimé à -20 millions d’euros. Il s’agit principalement de la sous-couverture des frais généraux consécutive à la baisse et au report d’activité, une productivité amoindrie et des surcoûts au niveau des chantiers (contrats de locations qui continuent à courir en période de confinement, aménagements des locaux, services de nettoyage renforcés, achat d’équipements de protection, gardiennage …). Ceux-ci ont été partiellement compensés au cours du

premier semestre par les mesures de chômage temporaire mises en place par les gouvernements belge et luxembourgeois pour un montant légèrement supérieur à 5 millions d’euros.

Peu affectée par la crise sanitaire, CFE Polska a réalisé de très belles performances au premier semestre, tout comme le cluster Multitechnique (VMA). A l’inverse, les autres entités de la division Construction affichent des résultats en baisse par rapport au premier semestre 2019 principalement à cause des effets de la pandémie du Covid-19.

CARNET DE COMMANDES

En millions d’euros

30 juin 2020

31 décembre 2019

Variation

Construction

921,3

1.016,8

-9,4%

Bâtiment Belgique

782,6

833,5

-6,1%

Bâtiment International

138,7

183,3

-24,3%

Multitechnique (VMA)

186,9

188,5

-0,8%

Rail & Utilities (Mobix)

190,1

180,2

+5,5%

Total Contracting

1.298,3

1.385,5

-6,3%

Le carnet de commandes s’inscrit en baisse de 6,3% à 1.298,3 millions d’euros au 30 juin 2020.

Alors que le carnet des clusters Multitechnique (VMA) et Rail & Utilities (MOBIX) se maintient à des niveaux historiquement élevés, la baisse est sensible en Construction, principalement en Flandre et en Pologne. Les conditions de marché se sont dégradées au cours des derniers mois : la réduction des volumes d’affaires mis en adjudication par les clients tant privés que publics augmente encore la pression sur les prix. Une sélectivité accrue des projets est plus que jamais de mise.

Parmi les succès commerciaux du premier semestre 2020, les plus significatifs sont les suivants :

  • la commande du nouveau palais de justice de Namur décrochée par BPC Wallonie et ses partenaires. Il s’agit de la réalisation d’un immeuble de 35.000 m² qui hébergera les services du SPF Justice et de la Police Fédérale. Les travaux démarreront en septembre 2020 pour une durée de 3 ans;
  • le contrat de construction d’immeubles résidentiels et de maisons individuelles en structure bois situés à Mertert (Luxembourg) pour BPI;
  • le contrat de construction d’immeubles résidentiels à Vilvoorde (Flandre) pour le promoteur Matexi.

EXCÉDENT FINANCIER NET

La trésorerie nette du pôle Contracting s’élève à 88 millions d’euros, en baisse de 18,1 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2019 mais en amélioration sensible (+ 34,1 millions d’euros) par rapport au 30 juin 2019. Le besoin en fonds de roulement a légèrement augmenté au cours du premier semestre 2020.

Pôle Promotion Immobilière

CHIFFRES CLÉS

En millions d’euros

1er semestre 2020

1er semestre 2019

Variation

Chiffre d’affaires

33,4

24,0

+39,2%

Résultat opérationnel

5,7

5,7

0,0%

Résultat net part du groupe

3,2

4,5

-28,9%

EVOLUTION DE L’ENCOURS IMMOBILIER (*)

L’encours immobilier s’établit à 177 millions d’euros au 30 juin 2020, en progression de 34 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2019.

Les encours construits non vendus représentent 5,6 % de l’encours total.

Le portefeuille immobilier de BPI compte actuellement 557.000 m² en développement (545.000 m² au 31 décembre 2019) dont 129.000 m² sont en cours de construction (103.000 m² au 31 décembre 2019).

VENTILATION SUIVANT LE STADE DE DÉVELOPPEMENT DU PROJET

En millions d’euros

30 juin 2020

31 décembre 2019

Projets construits non vendus

10

4

Projets en cours de construction

52

58

Projets à l’étude

115

81

Total de l’encours

177

143

(*) L’encours immobilier est égal à la somme des fonds propres et de l’endettement financier net du pôle immobilier.

VENTILATION PAR PAYS

En millions d’euros

30 juin 2020

31 décembre 2019

Belgique

120

97

Luxembourg

35

21

Pologne

22

25

Total de l’encours

177

143

ACQUISITIONS

Au cours du premier semestre 2020, BPI a acquis six nouveaux projets :

  • le projet Brouck’R situé au cœur de Bruxelles. BPI redéveloppera en co-promotion le site en un projet mixte, comprenant des logements, des bureaux, des commerces, un hôtel quatre étoiles et des logements d’étudiants (40.000m² au total);
  • le projet Serenity Valley situé à Auderghem (Bruxelles) fera l’objet d’un redéveloppement mixte qui comprendra 144 appartements et un immeuble de bureaux d’environ 6.500m²;
  • le projet Pure, également situé à Auderghem fera l’objet d’une reconstruction en bâtiment résidentiel haut de gamme qui comportera 26 appartements spacieux;
  • un immeuble de bureaux situé dans le quartier européen de Bruxelles. L’ambition de BPI et de son partenaire co-promoteur vise à la rénovation reconstruction de cet immeuble en vue de le rendre conforme aux normes environnementales et fonctionnelles requises par les futurs candidats occupants;
  • un terrain et un immeuble composé de halls industriels et espaces de bureaux entièrement loué et situé à Bertrange, l’une des communes résidentielles les plus recherchées du Luxembourg. A terme, BPI compte démolir l’immeuble et y construire des unités résidentielles;
  • le projet Wagrowska situé au sud-est de la ville de Poznan (Pologne). BPI y développera environ 270 appartements et des commerces, pour une surface totale de près de 14.000 m².

Les permis d’urbanisme des projets Key West, Brouck’R, Serenity Valley et Pure sont en cours d’instruction et devraient être obtenus au début de l’année 2021.

DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS ET CRISE SANITAIRE

La crise sanitaire a perturbé les activités de BPI à trois niveaux :

  • l’arrêt de la commercialisation des projets durant la période de confinement en Belgique et au Luxembourg;
  • les retards dans les avancements des chantiers;
  • les retards dans les obtentions d’autorisation de bâtir, en particulier à Bruxelles.

Cependant, les deux premiers points ont un impact limité sur BPI vu que les rythmes de commercialisation des programmes en cours ont globalement retrouvé leur niveau d’avant crise et que les retards dans les dates de livraison des projets resteront globalement limités.

ENDETTEMENT FINANCIER NET

L’endettement financier net dépasse légèrement les 100 millions d’euros. La progression de l’endettement s’explique par les acquisitions réalisées au cours du semestre.

BPI a activé pour la première fois son programme de « Medium Term Notes » et a mis en place plusieurs financements de projets tant en Belgique qu’au Luxembourg.

RÉSULTAT NET PART DU GROUPE

Le résultat net de BPI s’élève à 3,2 millions d’euros contre 4,5 millions d’euros au 30 juin 2019. Malgré la dévaluation du PLN par rapport à l’euro en mars 2020 et le report de la livraison de deux programmes résidentiels polonais au second semestre, le résultat net du pôle immobilier reste largement positif. Cette performance a été possible grâce, entre autres, à la marge dégagée sur les unités résidentielles pré-vendues au Luxembourg et en Belgique et au bénéfice reconnu lors de la livraison du projet Vilda Park en Pologne qui était quasiment intégralement pré-vendu.

Holding, activités non transférées et éliminations interpôles

CHIFFRES CLÉS

En millions d’euros

1er semestre 2020

1er semestre 2019

Variation

Chiffre d’affaires

10,3

12,9

-20,2%

Eliminations interpôles

-23,6

-39,9

n.s.

Total

-13,3

-27,0

n.s.

Résultat opérationnel

0,0

-1,8

n.s.

Résultat net part du groupe

-0,6

-1,5

n.s.

RÉSULTAT NET PART DU GROUPE

Le résultat net part du groupe du segment Holding s’établit à -0,6 million d’euros contre -1,5 million d’euros au 30 juin 2019.

RENT-A-PORT

Rent-A-Port au travers de sa filiale Infra Asia Investment poursuit le développement de ses cinq concessions portuaires dans le Nord du Vietnam, dans les provinces de Haiphong et Quang Ninh. La pandémie du Covid-19 a relativement épargné le Vietnam. Les travaux d’aménagement des terrains industriels ont pu se poursuivre sans trop de perturbations. Cependant, la fermeture des frontières et ensuite les mesures de quatorzaine ont empêché beaucoup d’investisseurs et clients potentiels de se rendre au Vietnam, ce qui s’est traduit par des retards dans la finalisation des contrats de ventes de terrains industriels. Les ventes se sont limitées à 10 hectares au premier semestre 2020, montant insuffisant pour couvrir les frais de structure et la charge d’intérêts. Dès lors, Rent-A-Port affiche une perte de 1,3 million d’euros au 30 juin 2020 (perte de 1,4 millions d’euros au premier semestre 2019) dont 50% à charge de CFE.

GREEN-OFFSHORE

La contribution de Green Offshore au résultat net du segment Holding s’élève à 2,9 millions d’euros au 30 juin 2020 contre 0,7 million d’euros au premier semestre 2019. Pour rappel, Green Offshore détenue à parité par CFE et Ackermans & van Haaren possède une participation minoritaire dans les parcs éoliens off-shore SeaMade et Rentel. Alors que le premier est en phase de construction, le second est pleinement opérationnel depuis plus d’un an.

3. Responsabilité sociétale et engagement de durabilité

La durabilité est au cœur de la stratégie du groupe CFE. L’analyse des 17 objectifs de développement durables établis par l’Organisation des Nations Unies a permis d’identifier, tant pour DEME que pour CFE Contracting et BPI leurs objectifs prioritaires propres. Ces objectifs s’articulent autour de cinq piliers majeurs à savoir: « build for the future », « be a great place to work », « offer innovative solutions » « drive the energy transition towards climate neutrality » et « create sustainable shareholder value».

La crise du corona virus a confirmé la pertinence des objectifs prioritaires définis. En particulier, l’accélération de la digital- isation ainsi que le focus sur l’excellence opérationnelle s’inscrivent totalement dans nos démarches d’«offer innovative solutions » et « build for the future ».

Dans un même ordre d’idées, la solidarité n’a pas été mise de côté. Plus que jamais, CFE prend ses responsabilités so- ciétales et confirme être « a great place to work ». Le groupe CFE a, dès lors, soutenu l’organisation « Medical Equipment for Belgium ». Cette démarche a ainsi permis de faciliter l’accès au matériel médical indispensable aux hôpitaux belges.

De plus, l’ensemble des équipes de management du groupe a posé un acte fort en cédant 20% de sa rémunération de mai et de juin à des œuvres caritatives.

CFE a également démontré au cours de ce premier semestre qu’il était réellement « a great place to work » en mettant la priorité sur ses collaborateurs. Ainsi, DEME a obtenu pour la deuxième fois d’affilée (et troisième fois en quatre ans) le titre de « Belgium’s most attractive employer » aux Randstad Awards 2020 (Diversity and Opportunity – Excel). En outre, en raison du Covid-19, une campagne interne sur la résilience et la santé mentale et physique pour tous les employés a été déployée (Diversity & Opportunity – Excel). CFE Contracting a également saisi l’occasion pour lancer un programme de

  • digital awareness » pour chaque collaborateur et a aussi formé ses managers à la gestion des équipes à distance. Des formations en bien-être et « positive thinking » ont par ailleurs été déployées. Dans le cadre de sa campagne d’« employer branding », CFE Contracting a mis en évidence la « Framily » (family & friends) qui la caractérise. La taille humaine des filia- les et la solidité du groupe, ainsi que les nombreuses synergies entre les filiales permettent en effet à chaque collaborateur de profiter du meilleur des deux mondes.

Pour rencontrer leur ambition de “build for the future”, CFE Contracting et BPI ont associés leurs savoir-faire pour créer, début 2020, la joint-venture Wood Shapers. La maîtrise des matériaux (et en particulier le bois) et des modes construc- tifs pour une structure optimisée ainsi qu’une vision intégrée des projets sont au cœur de la démarche durable de Wood Shapers. L’emblématique projet Wooden au Luxembourg offre ainsi un démarrage sur les chapeaux de roues pour cette nouvelle filiale.

L’innovation et la sauvegarde du capital naturel sont au cœur de l’activité de DEME. Ainsi, DEME s’est engagée dans le Blue Cluster (Natural Capital – Explore). Ce partenariat a déjà produit des résultats prometteurs. En particulier, la première phase du projet Coastbusters s’est conclu de manière très positive en avril 2020. Coastbusters est une alternative innovante et durable aux digues permettant de lutter contre la montée des eaux et de protéger les côtes de l’érosion à l’aide de récifs naturels.

Bien entendu, le climat et l’environnement n’ont pas été oubliés. DEME est ainsi plus que jamais actif dans les projets de fermes éoliennes offshore (Climate & Energy – Explore). Citons en particulier les projets de Borssele 1&2, SeaMade, Moray East ou encore Triton Knoll. DEME participe également à l’initiative « Emissieloos Netwerk Infra » dans le but de permettre la construction avec des engins de chantier zéro émission dès 2026 (Climate & Energy – Excel). De son côté, CFE Contracting contribue à son objectif « drive the energy transition towards climate neutrality » en optimisant le transport des matériaux vers ses chantiers. Trois projets pilotes utilisent en effet des centres de consolidation logistiques (à Bruxelles,

  • Anvers et au Luxembourg). Cette approche permet de limiter fortement le nombre de camions sur les routes, d’utiliser des voies d’approvisionnement alternatives comme le transport fluvial mais également de régler les problèmes de stockage sur site et de fiabiliser les plannings.

4. Informations sur les tendances

Hors nouvelle évolution défavorable de la pandémie et hors éléments exceptionnels, CFE anticipe pour l’en- semble de l’année 2020 :

  • une baisse de chiffre d’affaires chez DEME dans une fourchette de 15 à 20%. Le résultat net devrait cependant être positif et en progression par rapport à celui du 30 juin 2020;
  • un recul du chiffre d’affaires de l’ordre de 10% en Contracting. Le résultat net devrait être également positif;

• un résultat net de BPI au minimum égal à celui de 2019.

13

5. Impact de la crise sanitaire sur certains Facteurs de Risques

La crise sanitaire a eu un impact sur les facteurs de risques suivants :

5.1 Les risques opérationnels

Parmi les risques opérationnels liés à l’exécution des projets et détaillés dans le rapport annuel 2019 (pages 82 et suivantes), la pandémie a eu principalement un impact sur le respect des délais contractuels. L’arrêt de certains chantiers dans les pays qui ont appliqué des règles de confinement, la baisse de productivité du fait de la mise en place des règles de distanciation physique, les difficultés de mobiliser les équipes et les perturbations des chaînes d’approvisionnement sont tous des éléments qui ont entraîné des retards dans l’avancement de la plupart des chantiers. Des négociations sont actuellement en cours avec les clients pour adapter les plannings de livraison.

En promotion immobilière, le confinement en Belgique qui a duré de la mi-mars à début mai a engendré des retards de minimum six mois dans la délivrance des permis de bâtir.

5.2 La conjoncture

La pandémie du Covid-19 a fortement impacté l’économie mondiale et a été un facteur de baisse du prix du pétrole et du gaz. Beaucoup de projets qui sont à l’étude, en particulier liés à au secteur du pétrole et du gaz, mais pas uniquement, pourraient être, soit postposés, soit annulés en fonction de l’évolution de la pandémie. A contrario, les grands plans de relance et d’investissements publics qui devraient être prochainement lancés sont de réelles opportunités pour le groupe.

5.3 L’encadrement et la main d’oeuvre

Les restrictions dans la libre circulation des personnes (frontières fermées, imposition de quarantaine, suspension des liaisons aériennes, …) perturbent les chantiers. Il est à souligner que la situation s’est améliorée en Europe depuis juin 2020 mais reste extrêmement compliquée pour les projets de dragage hors d’Europe.

5.4 Risques de marché

Malgré la crise et la tension qu’elle engendre sur les marchés, le groupe a sensiblement augmenté ses réserves de liquidités et n’a pas éprouvé de difficulté à mettre en place de nouvelles lignes de crédit, à des

conditions proches de celles en vigueur avant la crise. Par ailleurs, l’ensemble des covenants financiers sont respectés au 30 juin 2020.

En matière de risque de crédit, CFE n’a pas observé à ce jour d’augmentation des créances douteuses. Un monitoring est en place dans les différentes entités pour évaluer la situation de manière continue.

En revanche, en matière de risque de change, la dévaluation de la plupart des devises par rapport à l’euro a affecté les résultats financiers car, malgré la mise en place de couvertures, le risque de change ne peut jamais être couvert à 100%.

6. Corporate Governance

L’assemblée générale ordinaire du 7 mai 2020 a approuvé le renouvellement du mandat de Pas de Mots SRL, représentée par Madame Leen Geirnaerdt, pour un terme de 4 ans, prenant fin à l’issue de l’assemblée générale ordinaire de mai 2024. Pas de Mots SRL répond aux critères d’indépendance définis à l’article 3.5 du Code belge de gouvernance d’entreprise 2020.

L’assemblée générale ordinaire a également approuvé le renouvellement du mandat de Messieurs Christian Labeyrie et Philippe Delusinne pour un terme de 4 ans, prenant fin à l’issue de l’assemblée générale ordinaire de mai 2024. Monsieur Christian Labeyrie ne répond pas aux critères d’indépendance définis à l’article 3.5 du Code belge de gouvernance d’entreprise 2020 et Monsieur Philippe Delusinne répond à ces critères jusqu’au 5 mai 2021.

États financiers intermédiaires résumés et consolidés et notes

DÉFINITIONS

Besoin en fonds de roulement

Stocks + créances commerciales et autres créances d’exploitation + autres actifs courants + actifs non

courants détenus en vue de la vente – autres provisions courantes – dettes commerciales et autres dettes

d’exploitation – passifs d’impôts exigibles – autres passifs courants

Encours immobilier

Fonds propres pôle immobilier + Endettement financier net pôle immobilier

Endettement financier net (EFN)

Emprunts obligataires non courants et courants + dettes financières non courantes et courantes – trésorerie

et équivalents de trésorerie

Résultat opérationnel sur activité

Chiffre d’affaires + produits des activités annexes + achats + rémunérations et charges sociales + autres

charges opérationnelles et dotations aux amortissements et dépréciation des goodwill

Résultat opérationnel (EBIT)

Résultat opérationnel sur activité + part dans le résultat des entreprises associées et des partenariats

EBITDA

Résultat opérationnel sur activité + amortissements et dépréciations + autres éléments non cash

Rendement des capitaux propres (ROE)

Résultat net part du groupe / capitaux propres part du groupe

Carnet de commande

Le chiffre d’affaires à réaliser pour les chantiers dont le contrat est signé, entré en vigueur (notamment

après l’obtention des ordres de service ou la levée des conditions suspensives) et pour lesquels le

financement du projet est mis en place.

Page 2

COMPTE DE RESULTATS RESUME CONSOLIDE

Exercice clôturé au 30 juin

Notes

2020

2019

(milliers d’euros)

Chiffre d’affaires

1.491.229

1.847.714

Produits des activités annexes

6

112.750

48.376

Achats

(901.428)

(1.083.566)

Rémunérations et charges sociales

(343.226)

(347.962)

Autres charges opérationnelles

(200.602)

(256.755)

Dotations aux amortissements

(156.168)

(157.265)

Résultat opérationnel sur l’activité

2.555

50.542

Part dans le résultat des entreprises associées et partenariats

11

16.786

10.614

Résultat opérationnel

19.341

61.156

Coûts de l’endettement financier

7

(3.164)

(1.044)

Autres charges & produits financiers

7

(6.425)

(4.185)

Résultat financier

(9.589)

(5.229)

Résultat avant impôts

9.752

55.927

Impôts sur le résultat

9

(2.557)

(14.297)

Résultat de l’exercice

7.195

41.630

Participations ne donnant pas le contrôle

8

1.235

1.106

Résultat – Part du groupe

8.430

42.736

Résultat net part du groupe par actions (euro) (base et dilué)

0,33

1,69

ETAT RESUME CONSOLIDE DU RESULTAT GLOBAL

Exercice clôturé au 30 juin

Notes

2020

2019

(milliers d’euros)

Résultat – Part du groupe

8.430

42.736

Résultat de l’exercice

7.195

41.630

Variations de juste valeur liées aux instruments de couverture

(6.228)

(39.120)

Ecarts de conversion

(9.059)

276

Impôt différés

555

9.615

Autres éléments du résultat global recyclables ultérieurement en

(14.732)

(29.229)

résultat net

Réévaluation du passif net au titre des prestations et contributions

0

0

définies

Impôts différés

0

0

Autres éléments du résultat global non recyclables ultérieurement

0

0

en résultat net

Total autres éléments du résultat global comptabilisés directement

(14.732)

(29.229)

en capitaux propres

Résultat global :

(7.537)

12.401

– Part du groupe

(6.216)

13.474

– Part des participations ne donnant pas le contrôle

(1.321)

(1.073)

Résultat global part du groupe par action (euro) (base et dilué)

(0,25)

0,53

Page 3

ETAT RESUME CONSOLIDE DE LA SITUATION FINANCIERE

(milliers d’euros)

Notes

Juin 2020

Décembre 2019

Immobilisations incorporelles

Goodwill

Immobilisations corporelles

10

Entreprises associées et partenariats

11

Autres actifs financiers non courants

Instruments dérivés non courants

16

Autres actifs non courants

Actifs d’impôts différés

Total actifs non courants

Stocks

12

Créances commerciales et autres créances d’exploitation

13

Autres actifs courants d’exploitation

Autres actifs courants hors exploitation

Instruments dérivés courants

16

Actifs financiers courants

Actifs détenues en vue de la vente

5

Trésorerie et équivalents de trésorerie

17

Total actifs courants

Total de l’actif

Capital

Prime d’émission

Résultats non distribués

Plan de pension à prestations et contributions définies

Réserves liées aux instruments financiers

16

Écarts de conversion

Capitaux propres – Part du groupe CFE

Participations ne donnant pas le contrôle

Capitaux propres

Engagements de retraites et avantages du personnel

Provisions non courantes

14

Autres passifs non courants

Emprunts obligataires non courants

17

Dettes financières non courantes

17

Instruments dérivés non courants

16

Passifs d’impôts différés

Total passifs non courants

Provisions courantes

14

Dettes commerciales et autres dettes d’exploitation

Passifs d’impôts exigibles

Emprunts obligataires courants

17

Dettes financières courantes

17

Instruments dérivés courants

16

Autres passifs courants d’exploitation

Autres passifs courants hors exploitation

Total passifs courants

Total des capitaux propres et passifs

92.750

90.261

177.127

177.127

2.594.936

2.615.164

180.343

167.653

90.826

83.913

1.055

0

18.425

16.630

125.065

100.420

3.280.527

3.251.168

202.408

162.612

967.486

996.436

83.688

72.681

4.804

6.267

3.902

751

2.900

0

2.070.513

1.861.464

5.351.040

5.112.632

41.330

41.330

800.008

800.008

1.004.159

995.786

(37.089)

(37.089)

(46.591)

(40.892)

(19.387)

(10.440)

1.742.430

1.748.703

12.709

11.607

1.755.139

1.760.310

70.831

70.269

14.302

12.414

14.278

10.651

29.741

29.689

1.063.408

1.110.212

10.550

8.986

102.145

104.907

1.305.255

1.347.128

46.734

46.223

1.181.285

1.221.466

61.247

44.078

0

0

515.198

270.366

12.415

9.356

198.954

155.601

274.813

258.104

2.290.646

2.005.194

5.351.040

5.112.632

TABLEAU RESUME CONSOLIDE DES FLUX DE TRESORERIE

Exercice clôturé au 30 juin

Notes

2020

2019

(milliers d’euros)

Activités opérationnelles

Résultat opérationnel sur l’activité

2.555

50.542

Amortissements sur immobilisations (in)corporelles et immeubles de

156.168

157.265

placement

Dotations nettes aux provisions

1.202

(614)

Réduction de valeur sur actifs et autres éléments non-cash

(151)

(238)

Pertes/(bénéfices) relatifs à la cession des immobilisations corporelles

(64.605)

(6.403)

et financières

Dividendes reçus des entreprises associées et en partenariat

14.779

4.541

Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles avant

109.948

205.093

variations du fonds de roulement

Diminution/(augmentation) des créances commerciales et autres

(999)

57.890

créances courantes et non courantes

Diminution/(augmentation) des stocks

(46.700)

5.525

Augmentation/(diminution) des dettes commerciales et des autres

18.123

(113.286)

dettes courantes et non courantes

Impôts sur le résultat payé/reçu

(12.117)

(22.390)

Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles

68.255

132.832

Activités d’investissement

Vente d’immobilisations

3.886

11.793

Acquisition d’immobilisations

(134.206)

(262.228)

Acquisitions de filiales sous déduction de trésorerie acquise

0

0

Variation du pourcentage d’intérêts détenus dans des entreprises

0

0

associées et partenariats

Augmentation de capital des sociétés mises en équivalence

15

(5.088)

(16.303)

Cession de filiales

5

88.898

0

Remboursement (octroi) de prêts accordés aux entreprises associées et

(3.463)

8.076

partenariats

Flux de trésorerie provenant des opérations d’investissement

(49.973)

(258.662)

Activités de financement

Intérêts payés

(7.217)

(15.780)

Intérêts perçus

4.156

7.245

Autres charges & produits financiers

(5.486)

(5.172)

Emprunts

17.3

327.826

506.217

Remboursements des dettes

17.3

(139.650)

(48.767)

Dividendes payés

0

(60.755)

Flux de trésorerie provenant (utilisé dans) des activités de

179.629

382.988

financement

Augmentation/(diminution) nette de la trésorerie

197.911

257.158

Trésorerie et équivalents de trésorerie au début de l’exercice

612.206

388.346

Effets de change

(4.792)

593

Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de l’exercice

805.325

646.097

Les acquisitions et ventes de filiales sous déduction de la trésorerie acquise n’incluent pas les entités qui ne constituent pas un regroupement d’entreprises (pôle promotion immobilière); celles-ci ne sont donc pas considérées comme des opérations d’investissement et sont directement reprises dans les flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles.

Page 5

ETAT RESUME CONSOLIDE DES VARIATIONS DES CAPITAUX PROPRES

Pour la période se terminant le 30 juin 2020

(milliers d’ euros)

Capital

Prime d’ émission

Résultats non distribués

Plans de pensions à prestations ou contributions définies

Réserves liées aux instruments de couverture

Écarts de conversion

Capitaux propres

part du groupe

Participations ne donnant pas le contrôle

Total

Décembre 2019

41.330

800.008

995.786

(37.089)

(40.892)

(10.440)

1.748.703

11.607

1.760.310

Résultat global de la

8.430

(5.699)

(8.947)

(6.216)

(1.321)

(7.537)

période

Dividendes payés aux

0

0

actionnaires

Dividendes des

0

50

50

minoritaires

Modification de

périmètre et autres

(57)

(57)

2.373

2.316

mouvements

Juin 2020

41.330

800.008

1.004.159

(37.089)

(46.591)

(19.387)

1.742.430

12.709

1.755.139

Pour la période se terminant le 30 juin 2019

(milliers d’ euros)

Prime d’ émission

Plans de pensions à prestations ou contributions définies

Capital

Résultats non distribués

Réserves liées aux instruments de couverture

Écarts de conversion

Capitaux propres

part du groupe

Participations ne donnant pas le contrôle

Total

Décembre 2018

41.330

800.008

923.768

(25.521)

(7.153)

(11.554)

1.720.878

13.973

1.734.851

IFRS 16 amendé

0

0

Décembre 2018 (*)

41.330

800.008

923.768

(25.521)

(7.153)

(11.554)

1.720.878

13.973

1.734.851

Résultat global de la

42.736

(29.518)

256

13.474

(1.073)

12.401

période

Dividendes payés aux

(60.755)

(60.755)

(60.755)

actionnaires

Dividendes des

(531)

(531)

minoritaires

Modification de

périmètre et autres

847

847

mouvements

Juin 2019

41.330

800.008

905.749

(25.521)

(36.671)

(11.298)

1.673.597

13.216

1.686.813

(*) Montants retraités conformément aux changements de méthodes comptables liées à l’application de la norme IFRS 16 Contrats de location.

Page 6

CAPITAL ET RESERVES

Le capital au 30 juin 2020 est constitué de 25.314.482 actions ordinaires. Il s’agit d’actions sans désignation de valeur nominale. Les propriétaires d’actions ordinaires ont le droit de recevoir des dividendes et ont le droit à une voix par action aux assemblées générales des actionnaires de la société.

Dans le contexte évolutif de la pandémie Covid-19, l’assemblée générale ordinaire a décidé le 7 mai 2020, tel que proposé par le conseil d’administration de CFE, de ne pas distribuer de dividende au titre de l’exercice 2019.

Le résultat de base par action est identique au résultat dilué par action étant donné l’absence d’actions ordinaires potentiellement dilutives en circulation.

Il se calcule comme suit :

RÉSULTAT PAR ACTION AU 30 JUIN

2020

2019

(milliers d’euros)

Bénéfice net attribuable aux actionnaires

8.430

42.736

Résultat global (part du groupe)

(6.216)

13.474

Nombre d’actions ordinaires à la date de clôture

25.314.482

25.314.482

Bénéfice de base (dilué) par action en euros

0,33

1,69

Résultat global (part du groupe) par action en euros

(0,25)

0,53

Page 7

NOTES AUX ETATS FINANCIERS INTERMEDIAIRES RESUMES ET CONSOLIDES POUR LA PERIODE CLOTUREE AU 30 JUIN 2020

  1. PRINCIPES GENERAUX
  2. METHODES DE CONSOLIDATION
    1. PÉRIMÈTRE DE CONSOLIDATION
    2. OPÉRATIONS INTRAGROUPE
    3. CONVERSION DES ÉTATS FINANCIERS DES SOCIÉTÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS ÉTRANGERS
    4. OPÉRATIONS EN MONNAIES ÉTRANGÈRES
  3. REGLES ET METHODES DEVALUATION
    1. RECOURS À DES ESTIMATIONS
    2. INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES RELATIVES AU CONTEXTE DE LA CRISE SANITAIRE COVID-19
  1. APPLICATION DES RÈGLES COMPTABLES
  2. ESTIMATION DES IMPACTS DE LA COVID-19 SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DU GROUPE CFE AU 30 JUIN 2020

4. INFORMATION SECTORIELLE

    1. ÉLÉMENTS DE LÉTAT RÉSUMÉ CONSOLIDÉ DU COMPTE DE RÉSULTATS
    2. ÉTAT RÉSUME CONSOLIDÉ DE LA SITUATION FINANCIÈRE
    3. TABLEAU RÉSUMÉ CONSOLIDÉ DES FLUX DE TRÉSORERIE
    4. AUTRES INFORMATIONS
    5. SECTEURS GÉOGRAPHIQUES
  1. ACQUISITIONS ET CESSIONS DE FILIALES
  2. PRODUITS DES ACTIVITES ANNEXES
  3. RESULTAT FINANCIER
  4. PARTICIPATIONS NE DONNANT PAS LE CONTROLE
  5. IMPOTS SUR LE RESULTAT
  6. IMMOBILISATIONS CORPORELLES
  7. ENTREPRISES ASSOCIEES ET PARTENARIATS
  8. STOCKS
  9. CREANCES COMMERCIALES ET AUTRES CREANCES DEXPLOITATION
  10. PROVISIONS AUTRES QUENGAGEMENTS DE RETRAITES ET AVANTAGES DU PERSONNEL NON COURANTS
  11. ACTIFS ET PASSIFS EVENTUELS
  12. INSTRUMENTS FINANCIERS DERIVES
  13. INFORMATIONS RELATIVES A LENDETTEMENT FINANCIER NET
    1. LENDETTEMENT FINANCIER NET
    2. ÉCHÉANCIER DES DETTES FINANCIÈRES
    3. FLUX DE TRÉSORERIE RELATIFS AUX DETTES FINANCIÈRES
    4. LIGNES DE CRÉDIT ET BILLETS DE TRÉSORERIE
    5. COVENANTS
  14. INFORMATIONS RELATIVES A LA GESTION DES RISQUES FINANCIERS
    1. RISQUE DE TAUX DINTÉRÊTS
    2. RÉPARTITION PAR DEVISE DES DETTES FINANCIÈRES À LONG TERME
    3. VALEUR COMPTABLE ET JUSTE VALEUR PAR CATÉGORIE COMPTABLE
  15. CONTRATS DE LOCATION (AU SENS DE LA NORME IFRS 16)
  16. AUTRES ENGAGEMENTS DONNES
  17. AUTRES ENGAGEMENTS REÇUS
  18. LITIGES
  19. PARTIES LIEES
  20. EVENEMENTS POSTERIEURS A LA CLOTURE
  21. IMPACT DES MONNAIES ETRANGERES
  22. SAISONNALITE DE LACTIVITE

RAPPROCHEMENT DES INDICATEURS ALTERNATIFS DE PERFORMANCE

DECLARATION PORTANT SUR LIMAGE FIDELE DONNEE PAR LES ETATS FINANCIERS ET SUR LEXPOSE FIDELE CONTENU DANS LE RAPPORT DE GESTION RAPPORT DU COMMISSAIRE

Page 8

Préambule

Le conseil d’administration a donné son autorisation pour la publication des états financiers consolidés du groupe CFE le 28 août 2020.

PRINCIPALES TRANSACTIONS POUR LES SIX PREMIERS MOIS DE 2020 ET 2019 AVEC EFFET SUR LE PERIMETRE DU GROUPE CFE

TRANSACTIONS POUR LES SIX PREMIERS MOIS DE 2020

1. Pôle dragage, environnement, offshore et infra – « DEME »

Au cours du 1er semestre 2020, les principaux mouvements de périmètre qui affectent le pôle DEME du groupe CFE sont les suivants :

  • DEME a acquis 100% des titres de la société nouvellement créée Dredging International Argentina SA. Cette société a été consolidée selon la méthode globale.
  • DEME a acquis 37,45% et 19,47% des titres des sociétés Blue Site SA et Feluy M2M SA, respectivement. Ces sociétés ont été intégrées par mise en équivalence.
  • DEME a augmenté sa participation dans la société CBD SAS de 50% à 100%. Cette société intégrée par mise en équivalence est désormais consolidée selon la méthode globale.
  • DEME a augmenté sa participation dans la société International Seaport Dredging PVT LTD passant de 89,61% à 93,64%. Cette société reste intégrée selon la méthode globale.
  • DEME a augmenté sa participation dans la société DIAP Thailand Co LTD de 49% à 98%. Cette société intégrée par mise en équivalence est désormais consolidée selon la méthode globale.
  • DEME a diminué sa participation dans la société Terranova NV de 43,73% à 24,96%. Cette société reste intégrée par mise en équivalence.
  • DEME a cédé la totalité de ses titres (12,5%) dans la société Merkur Offshore GmbH. Cette société était présentée en actif détenu en vue de la vente au 31 décembre 2019.

2. Pôle Contracting

Au cours du 1er semestre 2020, les principaux mouvements de périmètre qui affectent le pôle Contracting du groupe CFE sont les suivants :

  • La société VMA Vanderhoydoncks NV a été absorbée par VMA NV, filiale à 100% de CFE Contracting, avec effet rétroactif au 1er janvier 2020.
  • La société Bâtiments et Ponts Construction SA (BPC SA), filiale à 100% de CFE Contracting, a apporté, le 1er avril 2020, avec effet rétroactif au 1er janvier 2020, les branches d’activités BPC Hainaut, BPC Liège et BPC Namur à la société Thiran SA, également filiale à 100% de CFE Contracting. Suite à cette scission partielle sans dissolution de la société scindée, la société Thiran SA a été renommée BPC Wallonie SA.
  • La société Algemeen Bouw-en Betonbedrijf NV (ABEB NV), filiale à 100% de CFE Contracting, a été liquidée. Cette société était consolidée selon la méthode globale.

3. Pôle Promotion immobilière

Au cours du 1er semestre 2020, les principaux mouvements de périmètre qui affectent le pôle Promotion immobilière du groupe CFE sont les suivants :

  • La société BPI Real Estate Belgium SA (BPI) a acquis durant le 1er semestre 2020 :
    • 100% de la société nouvellement créée BPI Serenity Valley SA ;
    • 100% de la société nouvellement créée Samaya Development SA.

Les entités acquises citées ci-dessus ont été consolidées selon la méthode globale.

  • 50% de la société nouvellement créée Arlon 53 SA ;
  • 50% de la société Mobius I SA.

Les entités acquises citées ci-dessus ont été intégrées par mise en équivalence.

  • La société BPI Real Estate Poland Sp. z o.o. a augmenté sa participation dans la société BPI Wolare Sp. z o.o. de 90% à 100%. Cette société reste consolidée selon la méthode globale.

Page 9

  • La société BPI Project VII Sp. z o.o. a été constituée. Cette société est détenue à 100% par BPI Real Estate Poland Sp. z o.o., Cette société a été consolidée selon la méthode globale.
  • La société BPI Real Estate Luxembourg SA a réduit sa participation dans la société Gravity SA de 100% à 50%. Cette société consolidée selon la méthode globale est désormais intégrée par mise en équivalence.
  • La société Pourpelt SA a été constituée. Cette société est détenue à 100% par BPI Real Estate Luxembourg SA. Cette société a été consolidée selon la méthode globale.
  • Les sociétés Bedford Finance SRL et Bayside Finance SRL, filiales à 40% de BPI, ont liquidé leur participation dans les sociétés VM Property I SA et VM Property II SA détenues à 100% et intégrées par mise en équivalence.

TRANSACTIONS POUR LES SIX PREMIERS MOIS DE 2019

1. Pôle dragage, environnement, offshore et infra – « DEME »

Au cours du 1er semestre 2019, DEME a acquis :

  • 100% des titres de la société nouvellement créée Bonny River Shipping SA ;
  • 100% des titres de la société nouvellement créée DEME Offshore US Inc ;
  • 100% des titres de la société nouvellement créée DEME Offshore US LLC.

Les entités acquises citées ci-dessus ont été consolidées selon la méthode globale.

Le groupe DEME a également acquis durant le 1er semestre 2019 :

  • 50% des titres de la société DBM-Bontrup BV ;
  • 50% des titres de la société BNS JV Limited ;
  • 49,99% des titres de la société CSBC-DEME Wind Engineering CO., Ltd (CDWE Taiwan).

Les entités acquises citées ci-dessus ont été intégrées par mise en équivalence.

Durant le 1er semestre 2019, DEME a cédé la totalité des titres qu’elle détenait dans les entités suivantes, soit :

  • 100% de la société MDCC Insurance Broker NV. Cette société était consolidée selon la méthode globale ;
  • 100% de la société Offshore Manpower Singapore PTE Ltd. Cette société était consolidée selon la méthode globale ;
  • 51,10% de la société B-WIND Polska S.P. Z00. Cette société était intégrée par mise en équivalence ;
  • 51,10% de la société C-WIND Polska S.P. Z00. Cette société était intégrée par mise en équivalence.

2. Pôle Contracting

Le 29 mars 2019, la société P-Multitech BVBA, a été absorbée par VMA NV avec effet rétroactif au 1er janvier 2019, société détenue à 100% par le groupe CFE.

Le 29 mars 2019, les sociétés be.Maintenance SA, Etablissements Druart SA, Nizet Entreprises SA et Vanderhoydoncks NV, filiales de CFE Contracting, ont été renommées respectivement VMA be.Maintenance SA, VMA Druart SA, VMA Nizet SA et VMA Vanderhoydoncks NV.

Le 15 mai 2019, la société CFE Bouw Vlaanderen NV, filiale de CFE Contracting, a été renommée MBG NV.

Le 16 mai 2019, les sociétés Engema SA, Engetec SA, José Coghe-Werbrouck NV, Louis Stevens NV et Remacom NV, filiales de CFE Contracting, ont été renommées respectivement Mobix Engema SA, Mobix Engetec SA, Mobix Coghe NV, Mobix Stevens NV et Mobix Remacom NV.

Le 28 mai 2019, la dénomination sociale « CFE Bâtiment Brabant Wallonie (CFE BBW) » a été renommée « Bâtiments et Ponts construction (BPC)».

3. Pôle Promotion immobilière

Le 24 janvier 2019, BPI Real Estate Poland Sp. z o.o. a augmenté sa participation de 90% à 100% dans la société ACE 12 Sp. z o.o. Cette société était déjà consolidée selon la méthode globale.

Le 19 février 2019, cette même entité ACE 12 Sp. z o.o., filiale de BPI Real Estate Poland s.p.zoo. a été renommée BPI Vilda Park Sp. z o.o..

4. Pôle Holding et Activités non transférées

Le 14 février 2019, le groupe CFE a augmenté sa participation dans Rent-A-Port NV de 45% à 50%.

La société demeure intégrée par mise en équivalence. Le 28 février 2019, la société Liveway Ltd, détenue à 50% par le groupe CFE, a été liquidée. Cette société était intégrée par mise en équivalence.

Page 10

PRINCIPES COMPTABLES ET METHODES DEVALUATION

1. PRINCIPES GENERAUX

IFRS TELS QUADOPTÉS PAR LUNION EUROPÉENNE

Les principes comptables retenus au 30 juin 2020 sont les mêmes que ceux utilisés dans la préparation des états financiers consolidés annuels pour l’exercice clos le 31 décembre 2019, Nous référons à la note 3.2 de ce rapport.

NORMES ET INTERPRÉTATIONS APPLICABLES POUR LA PÉRIODE ANNUELLE OUVERTE À COMPTER DU 1ER JANVIER 2020

  • Amendements à IAS 1 et IAS 8 Modification de la définition du terme « significatif »
  • Amendements à IFRS 3 Regroupements d’entreprises : Définition d’une entreprise
  • Amendements à IFRS 9, IAS 39 et IFRS 7 Réforme des taux d’intérêt de référence
  • Amendements des références au Cadre conceptuel de l’information financière dans les normes IFRS

NORMES ET INTERPRÉTATIONS ÉMISES MAIS PAS ENCORE APPLICABLES POUR LA PÉRIODE ANNUELLE OUVERTE À COMPTER DU 1ER JANVIER 2020

Le groupe n’a pas anticipé les normes et interprétations suivantes dont l’application n’est pas obligatoire au 30 juin 2020.

  • IFRS 17 Contrats d’assurance (applicable pour les périodes annuelles ouvertes à compter du 1er janvier 2023, mais non encore adoptée au niveau européen)
  • Amendements à IAS 1 Présentation des états financiers : classification de passifs comme courants ou non-courants (applicables pour les périodes annuelles ouvertes à compter du 1er janvier 2023, mais non encore adoptés au niveau européen)
  • Amendements à IAS 16 Immobilisations corporelles : produits antérieurs à l’utilisation prévue (applicables pour les périodes annuelles ouvertes à compter du 1er janvier 2022, mais non encore adoptés au niveau européen)
  • Amendements à IAS 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels : contrats déficitaires – Coût d’exécution du contrat (applicables pour les périodes annuelles ouvertes à compter du 1er janvier 2022, mais non encore adoptés au niveau européen)
  • Amendements à IFRS 3 Regroupements d’entreprises : référence au cadre conceptuel (applicables pour les périodes annuelles ouvertes à compter du 1er janvier 2022, mais non encore adoptés au niveau européen)
  • Amendement à IFRS 16 Contrats de location : Allègements au titre des loyers accordés en raison de la crise du COVID-19 (applicable pour les périodes annuelles ouvertes à compter du 1er juin 2020, mais non encore adopté au niveau européen)
  • Améliorations annuelles 2018-2020 des IFRS (applicables pour les périodes annuelles ouvertes à compter du 1er janvier 2022, mais non encore adoptés au niveau européen)

Le processus de détermination des impacts potentiels de ces normes et interprétations sur les états financiers consolidés du groupe est en cours. Ceux- ci ne devraient pas avoir d’incidence matérielle sur les états financiers du groupe CFE.

Page 11

2. METHODES DE CONSOLIDATION

2.1. PERIMETRE DE CONSOLIDATION

Les sociétés dont le groupe détient directement ou indirectement la majorité des droits de vote permettant le contrôle sont consolidées par intégration globale.

Les sociétés sur lesquelles le groupe exerce un contrôle conjoint avec d’autres actionnaires sont intégrées par mise en équivalence. Cela concerne notamment Rent-A-Port,Green-Offshore et certaines filiales de DEME et BPI.

Evolution du périmètre de consolidation

Nombre d’entités

Juin 2020

Décembre 2019

Intégration globale

204

200

Mise en équivalence

138

142

Total

342

342

2.2. OPERATIONS INTRAGROUPE

Les opérations et transactions réciproques d’actifs et de passifs, de produits et de charges entre entreprises intégrées sont éliminées dans les états financiers consolidés. Cette élimination est réalisée :

  • en totalité si l’opération est réalisée entre deux filiales; et
  • à hauteur du pourcentage de détention de l’entreprise mise en équivalence pour le résultat interne réalisé entre une entreprise intégrée globalement et une entreprise mise en équivalence.

2.3. CONVERSION DES ETATS FINANCIERS DES SOCIETES ET DES ETABLISSEMENTS ETRANGERS

Dans la plupart des cas, la monnaie de fonctionnement des sociétés et établissements correspond à la monnaie du pays concerné.

Les états financiers des sociétés étrangères dont la monnaie fonctionnelle est différente de la monnaie de présentation des états financiers consolidés du groupe sont convertis au cours de clôture pour les éléments de bilan et au cours moyen de la période pour les éléments du compte de résultats. Les écarts de conversion en résultant sont enregistrés en écart de conversion dans les réserves consolidées. Les goodwill relatifs aux sociétés étrangères sont considérés comme faisant partie des actifs et passifs acquis et, à ce titre, sont convertis au cours de change en vigueur à la date de clôture.

2.4. OPERATIONS EN MONNAIES ETRANGERES

Les opérations en monnaies étrangères sont converties en euros au cours de change en vigueur à la date de l’opération. A la clôture de la période, les actifs financiers et passifs monétaires libellés en monnaies étrangères sont convertis en euros au cours de change de clôture de la période. Les pertes et gains de change en découlant sont reconnus dans la rubrique résultat de change et présentés en autres produits financiers et autres charges financières au compte de résultats.

Les pertes et gains de change sur les emprunts libellés en monnaies étrangères ou sur les produits dérivés de change utilisés à des fins de couverture des participations dans les filiales étrangères, sont enregistrés dans la rubrique des écarts de conversion dans les autres éléments du résultat global et font l’objet d’une réserve séparée dans les capitaux propres.

Page 12

3. REGLES ET METHODES DEVALUATION

3.1. RECOURS A DES ESTIMATIONS

L’établissement des états financiers selon les normes IFRS nécessite d’effectuer des estimations et de formuler des hypothèses qui affectent les montants figurant dans ces états financiers, notamment en ce qui concerne les évaluations retenues pour les tests de perte de valeur.

3.2. INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES RELATIVES AU CONTEXTE DE LA CRISE SANITAIRE COVID-19

3.2.1. APPLICATION DES REGLES COMPTABLES

Dans le contexte de la crise sanitaire du covid-19, les éléments suivants sont précisés pour la préparation des états financiers résumés au 30 juin 2020 :

  • Evaluation du résultat à l’avancement des contrats de construction
    Conformément aux dispositions de la norme IFRS 15, le résultat des chantiers est mesuré en fonction du résultat estimé à fin de projet et en fonction de l’avancement du projet à date de clôture.
    Les coûts complémentaires identifiés ont été intégrés au résultat estimé à fin de projet. Sur la base des conditions contractuelles définies contrat par contrat, les éventuelles compensations octroyées ou à contrario les pénalités pour retard d’exécution, ont été également intégrées au résultat estimé à fin de projet en accord avec les règles d’évaluation du groupe CFE. Dans le cas où la prévision à fin de chantier fait ressortir un résultat déficitaire, la perte à terminaison attendue est reconnue immédiatement comme une charge de la période.
    Les coûts de main d’œuvre ou de matériel non-alloués aux chantiers sont exclus de la mesure de l’avancement du chantier et sont comptabilisés directement en coûts sur la période.
  • Evaluations retenues pour les tests de pertes de valeur
    Au 30 juin 2020, la capitalisation boursière du groupe CFE s’élève à 1.537 millions d’euros. Cette valeur de marché étant inférieure à la valeur nette comptable des fonds propres de CFE, soit 1.755 millions d’euros, il s’agit d’un indicateur de perte de valeur.
    En conséquence, un test de perte de valeur a été effectué sur DEME, la principale unité génératrice de trésorerie (UGT) du groupe CFE, Le management de DEME a effectué une mise à jour du plan stratégique du groupe. Cette analyse provisoire sera affinée à nouveau lors de la préparation des états financiers en fin d’exercice. L’incidence du report de la livraison du navire Orion ainsi que le recul du marché du pétrole et du gaz y ont été également intégrés.
    Les paramètres du modèle appliqués aux projections de flux de trésorerie n’ont pas évolué par rapport à 2019 : taux d’actualisation de7,9%, taux de croissance (valeur terminale) de 1,5%.
    Le test de dépréciation se conclut par une valeur recouvrable supérieure à une valeur comptable de l’UGT DEME. En conséquence, aucune dépréciation n’a été comptabilisée au 30 juin 2020.
  • Créances commerciales
    En continuité par rapport aux règles d’évaluation du groupe CFE, l’analyse du risque de défaillance des clients a été effectuée au cas par cas. Aucune provision générale ou statistique n’a été comptabilisée au 30 juin 2020. La revue approfondie des créances client n’a pas conduit à la comptabilisation de dépréciations complémentaires significatives.
  • Comptabilisation des actifs d’impôts différés
    En continuité par rapport aux règles d’évaluation du groupe CFE, un actif d’impôt différé n’est comptabilisé que s’il est probable qu’un bénéfice imposable futur sera disponible permettant de compenser l’avantage fiscal. Le recouvrement des impôts différés actifs a fait l’objet d’un point d’attention spécifique au 30 juin 2020.

Page 13

3.2.2. ESTIMATION DES IMPACTS DU COVID-19 SUR LA SITUATION FINANCIERE DU GROUPE CFE AU 30 JUIN 2020

A travers le groupe CFE, la mise en place des mesures de distanciation et les conditions dans lesquelles les activités opérationnelles ont pu se poursuivre sont différentes selon le segment d’activité concerné.

Au sein du pôle dragage, environnement, offshore et infra, les activités opérationnelles ont été fortement ralenties mais ont pu être poursuivies, sauf exceptions. En conséquence, les états financiers de DEME sont affectés par une diminution de l’activité et par des surcoûts liés à la crise sanitaire. L’incidence de la crise Covid-19 estimée sur le chiffre d’affaires et sur l’EBIT du 1er semestre 2020 s’élève à respectivement à 150 millions d’euros et

60 millions d’euros. Ce montant de €60 million se compose principalement de :

  • l’incidence de la perte de productivité sur des marges chantiers (incluant également l’impact de l’indisponibilité du navire Orion);
  • de la moindre couverture des coûts relatifs à la flotte de navires et des frais généraux;
  • des surcoûts directement attribuables au Covid-19; partiellement compensés par,
  • les mesures d’économies décidées par l’entreprise et les mesures des soutien des autorités publiques.

Les activités de construction du pôle Contracting en Belgique et au Luxembourg ont été suspendues entre le 18 mars et début mai. Par contre, l’exécution des chantiers en Pologne a pu se poursuivre. Les activités de VMA et Mobix ont été partiellement ralenties pendant cette même période. L’impact sur le chiffre d’affaires de CFE Contracting du 1er semestre est estimé à 70 millions d’euros. L’incidence de cette suspension totale ou partielle des travaux est estimée à 20,0 millions d’euros au niveau de l’EBIT. Les éléments suivants y sont inclus :

  • les coûts directs additionnels alloués aux chantiers ;
  • la moindre couverture des frais généraux faisant suite au report d’activité ;
  • le coût de la main d’œuvre non-allouée aux chantiers ;
  • le coût des équipements et machines non-alloués aux chantiers ;

partiellement compensés par :

  • les mesures de chômage temporaire mises en place par les gouvernements belge et luxembourgeois pour un montant légèrement supérieur à 5 millions d’euros.

Le pôle immobilier est impacté par le ralentissement des procédures d’obtention d’autorisation de bâtir, en particulier à Bruxelles. Pour les projets en cours de développement, en l’absence d’obtention de permis, les frais engagés ne sont pas activés. L’incidence sur le résultat avant impôts n’est cependant pas matérielle. Par ailleurs, un nombre limité d’actes de vente ont pu être formalisés dans le courant du second trimestre 2020 ce qui reporte la reconnaissance de marge sur ces cessions au second semestre 2020.

Page 14

4. INFORMATION SECTORIELLE

L’information sectorielle est présentée en tenant compte des secteurs opérationnels. Les résultats et les éléments d’actif et de passif de secteurs comprennent des éléments attribuables à un secteur, soit directement, soit répartis sur une base logique.

Le groupe CFE est constitué de quatre pôles opérationnels, à savoir :

  • Dragage, environnement, offshore et Infra – « DEME »

Le pôle dragage, environnement, offshore et Infra, au travers de sa filiale DEME, est actif dans le domaine du dragage (dragage d’investissement et dragage de maintenance), de la pose d’éoliennes offshore, de la pose de câbles sous-marins, de la protection de pipelines en mer, du traitement des terres et des boues polluées ainsi que du génie civil maritime.

Le pôle Contracting regroupe les activités de Construction, de multitechnique et de rail & utilities.

L’activité de construction se concentre en Belgique, au Grand-Duché de Luxembourg et en Pologne. CFE Contracting est spécialisée dans la construction et la rénovation d’immeubles de bureaux, de logements, d’hôtels, d’écoles et d’universités, de parkings, de centres commerciaux et de loisirs, d’hôpitaux et de constructions pour l’industrie.

Les divisions multitechnique, rail & utilities sont principalement actives en Belgique au travers de deux clusters :

    • le cluster VMA comprenant l’électricité tertiaire, l’HVAC (heating, ventilation et air conditioning), les installations électrotechniques, les réseaux de télécommunication, l’automatisation dans l’industrie automobile, pharmaceutique et agro-alimentaire, la gestion automatisée des installations techniques des bâtiments, l’électromécanique des infrastructures routières et ferroviaires (tunnels,…), la maintenance à long terme des installations techniques et des projets de type ESCO (amélioration de la performance énergétique des bâtiments) ;
    • le cluster MOBIX comprenant les travaux ferroviaires (pose des voies et des caténaires) et de signalisation, le transport d’énergie et l’éclairage public.
  • Promotion immobilière

Le pôle promotion immobilière développe des projets immobiliers en Belgique, au Luxembourg et en Pologne.

  • Holding et Activités non transférées

En plus des activités propres à une holding, ce pôle regroupe également:

  • des participations dans Rent-A-Port,Green-Offshore et dans deux contrats de type Design Build Finance and Maintenance en Belgique ;
  • les activités de Contracting non transférées à CFE Contracting SA et à DEME NV dont plusieurs projets de génie civil en Belgique et de bâtiments en Afrique (hors Tunisie) et en Europe Centrale (hors Pologne).

Page 15

4.1. ELEMENTS DE LETAT RESUME CONSOLIDE DU COMPTE DE RESULTATS

au 30 juin 2020

DEME

Retrai-

Contracting

Promotion

Holding,

Elimina-

Total

tements

immobilière

Activités

tions entre

consolidé

(milliers d’euros)

DEME

non

pôles

transférées

Chiffre d’affaires (CA)

1.047.888

423.171

33.433

10.315

(23.578)

1.491.229

Résultat opérationnel sur activité

9.588

(2.294)

(5.734)

2.576

(1.719)

138

2.555

Part dans le résultat des associés et

12.266

(364)

102

3.160

1.622

16.786

partenariats

Résultat opérationnel (EBIT)

21.854

(2.658)

(5.632)

5.736

(97)

138

19.341

% CA

2,09%

(1,33%)

17,16%

1,30%

Résultat financier

(6.974)

(673)

(1.455)

(487)

(9.589)

Impôts

(627)

619

(1.330)

(1.090)

(116)

(13)

(2.557)

Résultat net part groupe

15.488

(2.039)

(7.635)

3.191

(700)

125

8.430

% CA

1,48%

(1,80%)

9,54%

0,57%

Eléments non-cash

144.217

2.294

11.570

53

(915)

157.219

EBITDA

153.805

5.836

2.629

(2.634)

138

159.774

% CA

14,68%

1,38%

7,86%

10,71%

au 30 juin 2019

DEME

Retrai-

Contracting

Promotion

Holding,

Elimi-

Total

tements

immobilière

Activités non

nations

consolidé

(milliers d’euros)

DEME

transférées

entre

pôles

Chiffre d’affaires (CA)

1.349.272

501.384

24.042

12.932

(39.916)

1.847.714

Résultat opérationnel sur activité

52.694

(2.294)

1.397

526

(1.886)

105

50.542

Part dans le résultat des associés et

5.847

(343)

(15)

5.137

(12)

10.614

partenariats

Résultat opérationnel (EBIT)

58.541

(2.637)

1.382

5.663

(1.898)

105

61.156

% CA

4,34%

0,28%

23,55%

3,31%

Résultat financier

(4.753)

416

(525)

(769)

402

0

(5.229)

Impôts

(10.549)

497

(3.751)

(424)

(35)

(35)

(14.297)

Résultat net part groupe

44.324

(1.724)

(2.894)

4.491

(1.531)

70

42.736

% CA

3,29%

(0,58%)

18,68%

2,31%

Eléments non-cash

146.398

2.294

9.967

(139)

(2.109)

0

156.411

EBITDA

199.092

11.364

387

(3.995)

105

206.953

% CA

14.76%

2,27%

1,61%

11,20%

Page 16

4.2. ETAT RESUME CONSOLIDE DE LA SITUATION FINANCIERE

au 30 juin 2020

DEME

Contracting Promotion

Holding et

Eliminations

Total

immobilière

activités non

interpôles

consolidé

(milliers d’euros)

transférées

ACTIFS

Goodwill

Immobilisations corporelles

Prêts non courants à des sociétés consolidées du groupe

Autres actifs financiers non courants

Autres postes d’actifs non courants

Stocks

Trésorerie et équivalents de trésorerie

Position de trésorerie interne – Cash pooling – actif

Autres postes d’actifs courants

Total de l’actif

PASSIFS

155.567

21.560

0

0

0

177.127

2.511.879

79.413

1.597

2.047

0

2.594.936

0

0

0

20.000

(20.000)

0

35.783

0

37.080

17.963

0

90.826

305.009

15.530

55.466

1.287.520

(1.245.887)

417.638

12.210

16.923

169.819

5.081

(1.625)

202.408

672.426

68.043

6.307

58.549

0

805.325

0

57.350

5.493

2.265

(65.108)

0

679.361

304.977

45.826

40.148

(7.532)

1.062.780

4.372.235

563.796

321.588

1.433.573

(1.340.152)

5.351.040

Capitaux propres

Emprunts non courants à des sociétés consolidées du groupe Emprunts obligataires non courants

Dettes financières non courantes

Autres postes de passifs non courants

Emprunt obligataire courant Dettes financières courantes

Position de trésorerie interne – Cash pooling – passif

Autres postes de passifs courants

Total passifs

Total des capitaux propres et passifs

1.677.724

65.226

75.912

1.183.790

(1.247.513)

1.755.139

0

0

20.000

0

(20.000)

0

0

0

29.741

0

0

29.741

839.346

27.664

50.531

145.867

0

1.063.408

174.748

15.981

19.614

1.763

0

212.106

0

0

0

0

0

0

498.493

6.343

10.200

162

0

515.198

0

3.340

2.197

59.571

(65.108)

0

1.181.924

445.242

113.393

42.420

(7.531)

1.775.448

2.694.511

498.570

245.676

249.783

(92.639)

3.595.901

4.372.235

563.796

321.588

1.433.573

(1.340.152)

5.351.040

au 31 décembre 2019

DEME

Contracting Promotion

Holding et

Eliminations

Total

immobilière

activités non

interpôles

consolidé

(milliers d’euros)

transférées

ACTIFS

Goodwill

Immobilisations corporelles

Prêts non courants à des sociétés consolidées du groupe

Autres actifs financiers non courants

Autres postes d’actifs non courants

Stocks

Trésorerie et équivalents de trésorerie

Position de trésorerie interne – Cash pooling – actif

Autres postes d’actifs courants

Total de l’actif

PASSIFS

155.567

21.560

0

0

0

177.127

2.529.919

81.173

1.742

2.330

0

2.615.164

0

0

0

23.600

(23.600)

0

36.178

0

29.874

17.861

0

83.913

266.417

15.656

51.029

1.287.700

(1.245.838)

374.964

13.152

15.720

130.837

4.528

(1.625)

162.612

475.135

67.550

6.411

63.110

0

612.206

0

75.684

11.167

2.327

(89.178)

0

724.124

306.630

23.703

37.824

(5.635)

1.086.646

4.200.492

583.973

254.763

1.439.280

(1.365.876)

5.112.632

Capitaux propres

Emprunts non courants à des sociétés consolidées du groupe Emprunts obligataires non courants

Dettes financières non courantes

Autres postes de passifs non courants

Emprunt obligataire courant Dettes financières courantes

Position de trésorerie interne – Cash pooling – passif

Autres postes de passifs courants

Total passifs

Total des capitaux propres et passifs

1.675.537

83.670

76.296

1.172.271

(1.247.464)

1.760.310

0

1.800

21.800

0

(23.600)

0

0

0

29.689

0

0

29.689

947.798

23.174

13.378

125.862

0

1.110.212

175.248

15.880

14.514

1.585

0

207.227

0

0

0

0

0

0

235.791

9.857

14.382

10.336

0

270.366

0

2.327

4.698

82.153

(89.178)

0

1.166.118

447.265

80.006

47.073

(5.634)

1.734.828

2.524.955

500.303

178.467

267.009

(118.412)

3.352.322

4.200.492

583.973

254.763

1.439.280

(1.365.876)

5.112.632

4.3. TABLEAU RESUME CONSOLIDE DES FLUX DE TRESORERIE

au 30 juin 2020

DEME

Contracting

Promotion

Holding, activités non

Total

immobilière

transférées et

consolidé

(milliers d’euros)

éliminations

Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles avant variation du fonds de roulement

Flux de trésorerie net provenant (utilisé dans) des activités opérationnelles

Flux de trésorerie provenant (utilisé dans) des opérations d’investissement

Flux de trésorerie provenant (utilisé dans) des activités de financement

Augmentation/(Diminution) nette de la trésorerie

au 30 juin 2019

(milliers d’euros)

94.798

4.900

11.857

(1.607)

109.948

102.660

245

(29.935)

(4.715)

68.255

(44.198)

(2.494)

(59)

(3.222)

(49.973)

141.729

4.375

30.148

3.377

179.629

200.191

2.126

154

(4.560)

197.911

DEME

Contracting

Promotion

Holding, activités non

Total

immobilière

transférées et

consolidé

éliminations

Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles avant variation du fonds de roulement

Flux de trésorerie net provenant (utilisé dans) des activités opérationnelles

Flux de trésorerie provenant (utilisé dans) des opérations d’investissement

Flux de trésorerie provenant (utilisé dans) des activités de financement

Augmentation/(Diminution) nette de la trésorerie

194.498

11.017

3.480

(3.902)

205.093

147.047

(15.365)

2.310

(1.160)

132.832

(240.061)

(7.673)

(214)

(10.714)

(258.662)

372.863

9.685

3.448

(3.008)

382.988

279.849

(13.353)

5.544

(14.882)

257.158

Le flux de trésorerie provenant des activités de financement contient les montants de cash pooling par rapport aux autres pôles. Un montant positif correspond à une consommation de liquidité dans le cash pooling. Cette rubrique est également influencée par des financements externes notamment et principalement dans les pôles DEME, promotion immobilière et holding et activités non transférées. Le pôle DEME ne fait pas partie du cash pooling du groupe CFE.

Page 19

4.4. AUTRES INFORMATIONS

au 30 juin 2020

DEME

Contracting

Promotion

Holding et

immobilière

activités non

Total consolidé

(milliers d’euros)

transférées

Amortissements

(146.511)

(8.891)

(393)

(373)

(156.168)

Investissements

133.828

10.206

198

98

144.330

au 30 juin 2019

DEME

Contracting

Promotion

Holding et

immobilière

activités non

Total consolidé

(milliers d’euros)

transférées

Amortissements

(148.692)

(7.905)

(384)

(284)

(157.265)

Investissements

230.807

13.294

472

90

244.663

Les investissements incluent les acquisitions effectuées dans le cadre des activités d’investissement du groupe ainsi que les acquisitions réalisées pour les activités de promotion immobilière dans le cadre des activités opérationnelles. Les acquisitions par voie de regroupement d’entreprises ne sont pas incluses dans ces montants.

DÉCOMPOSITION DU CHIFFRE DAFFAIRES DE DEME

Juin 2020

Juin 2019

(milliers d’euros)

Dredging

428.981

572.126

Offshore

434.617

582.939

Environnement

59.280

76.709

Infra

101.123

89.730

Autres

23.887

27.768

Total DEME

1.047.888

1.349.272

DÉCOMPOSITION DU CHIFFRE DAFFAIRES DU POLE CONTRACTING

Juin 2020

Juin 2019

(milliers d’euros)

Construction

300.339

383.528

Multitechnique

78.078

79.813

Rail & Utilities

44.754

38.043

Total Contracting

423.171

501.384

4.5. SECTEURS GEOGRAPHIQUES

CHIFFRE DAFFAIRES DU GROUPE CFE

Juin 2020

Juin 2019

(milliers d’euros)

Belgique

555.300

770.358

Autres Europe

683.927

645.873

Moyen-Orient

5.806

61.945

Autres Asie

119.210

161.019

Océanie

18.458

16.466

Afrique

74.943

136.178

Amériques

33.585

55.875

Total consolidé

1.491.229

1.847.714

Page 20

5. ACQUISITIONS ET CESSIONS DE FILIALES

ACTIFS DÉTENUS EN VUE DE LA VENTE AU 30 JUIN 2020

En date du 12 mai 2020, DEME a cédé sa participation de 12,5% dans la société Merkur Offshore GmbH, à APG et au groupe The renewables infrastructures Group Limited « TRIG » pour un montant de 88,9 millions d’euros. La valeur nette comptable des actifs consolidés dans les états financiers du groupe CFE, soit 10,5 millions d’euros, avait été présentée au titre d’actifs détenus en vue de la vente au 31 décembre 2019.

Au 30 juin 2020, une plus-value de cession de 63,9 millions d’euros est comptabilisée dans les états financiers du groupe CFE.

ACQUISITIONS POUR LA PÉRIODE AU 30 JUIN 2020

Aucune opération ayant une incidence matérielle n’a été réalisée dans le courant du premier semestre 2020.

CESSIONS POUR LA PÉRIODE AU 30 JUIN 2020

Aucune opération ayant une incidence matérielle n’a été réalisée dans le courant du premier semestre 2020.

Les acquisitions et cessions réalisées au niveau du pôle promotion immobilière ne sont pas des regroupements d’entreprises et, par conséquent, l’ensemble du prix payé est alloué aux terrains et constructions détenus en stock. Les principales acquisitions et cessions réalisées au niveau du pôle promotion immobilière sont présentées dans le préambule.

Page 21

RESULTAT GLOBAL

6. PRODUITS DES ACTIVITES ANNEXES

Les produits des activités annexes qui s’élèvent à 112.750 milliers d’euros (juin 2019 : 48.376 milliers d’euros) sont essentiellement relatifs à la plus- value de cession des parts de DEME dans le parc éolien offshore Merkur (+ 63.935 milliers d’euros) mais aussi à des locations, autres indemnisations et refacturations diverses pour 47.981 milliers d’euros (juin 2019 : 41.858 milliers d’euros) dans lesquelles DEME contribue à hauteur de 23.292 milliers d’euros. Au 30 juin 2020, les plus-values sur cessions d’immobilisations corporelles et incorporelles s’élèvent à 834 milliers d’euros (juin 2019 : 6.518 milliers d’euros).

7.

RESULTAT FINANCIER

Exercice clôturé au 30 juin

2020

2019

(milliers d’euros)

Coût de l’endettement financier

(3.164)

(1.044)

Instruments dérivés – Juste valeur ajustée par le compte de résultats

0

0

Instruments dérivés utilisés comme instruments de couverture

0

0

Actifs valorisés à la juste valeur

0

0

Instruments financiers disponible à la vente

0

0

Prêts et créances – Produits

4.156

7.242

Passifs évalués au coût amorti – Charges d’intérêts

(7.320)

(8.286)

Autres charges et produits financiers

(6.425)

(4.185)

Gains (pertes) de change réalisés / non réalisés

(4.061)

(1.656)

Dividendes reçus des entreprises non consolidées

0

5

Charges financières relatives au régime à prestations définies

0

0

Réduction de valeurs sur actifs financiers

0

0

Autres

(2.364)

(2.534)

Résultat financier

(9.589)

(5.229)

L’évolution des gains (pertes) de change réalisés / non réalisés et autres au 30 juin 2020 s’explique principalement par la dévaluation de la plupart des devises par rapport à l’euro chez DEME ainsi que par la dévaluation du zloty par rapport à l’euro chez BPI et CFE Contracting.

8. PARTICIPATIONS NE DONNANT PAS LE CONTROLE

Au 30 juin 2020, la part des participations ne donnant pas le contrôle dans le résultat de l’exercice s’élève à 1.235 milliers d’euros (juin 2019 : 1.106 milliers d’euros) et est entièrement liée à DEME.

9. IMPOTS SUR LE RESULTAT

La charge d’impôts s’élève à 2.557 milliers d’euros au 1er semestre 2020, contre 14.297 milliers d’euros au 1er semestre 2019. Le taux effectif d’impôts est de -36,4%, contre 31,55% au 30 juin 2019. Le taux effectif d’impôts est le rapport entre la charge d’impôts de la période et le résultat avant impôts corrigé de la part dans le résultat des entreprises associées et des partenariats.

Au 30 juin 2020, le taux effectif d’impôts est fortement influencé par la plus-value de cession de Merkur Offshore GmbH chez DEME qui est exclue de la base taxable et par la reconnaissance d’impôts différés actifs sur pertes reportées lorsqu’il est probable qu’un bénéfice imposable futur sera disponible permettant d’utiliser le report déficitaire. Les impôts différés actifs augmentent de 11,8 M€ suite à la reconnaissance d’ impôts différés sur une partie des pertes fiscales.

Page 22

SITUATION FINANCIERE

10. IMMOBILISATIONS CORPORELLES

Période du 1er janvier au 30 juin 2020

Terrains et

Installations et

Mobilier,

En

Total

(milliers d’euros)

constructions

équipements

agencements et

construction

matériel roulant

Coûts d’acquisition

Solde au terme de l’exercice précédent

229.873

4.070.355

102.912

540.374

4.943.514

Effets des variations des cours des

(1.117)

(2.544)

(622)

(2)

(4.285)

monnaies étrangères

Effets de périmètre

1.983

364

0

0

2.347

Acquisitions

7.225

45.042

9.282

79.782

141.331

Transferts d’une rubrique d’actif à une

102

90.800

(78)

(91.384)

(560)

autre

Cessions

(5.279)

(19.740)

(4.451)

(509)

(29.979)

Solde au terme de l’exercice

232.787

4.184.277

107.043

528.261

5.052.368

Amortissements et dépréciations

Solde au terme de l’exercice précédent

(72.676)

(2.192.432)

(63.242)

0

(2.328.350)

Effets des variations des cours des

330

1.769

368

0

2.467

monnaies étrangères

Effet de périmètre

0

(177)

0

0

(177)

Amortissements

(9.622)

(136.887)

(8.801)

0

(155.310)

Transferts d’une rubrique d’actif à une

(34)

3

244

0

213

autre

Cessions

1.637

18.853

3.235

0

23.725

Solde au terme de l’exercice

(80.365)

(2.308.871)

(68.196)

0

(2.457.432)

Valeur nette comptable

Au 1er janvier 2020

157.197

1.877.923

39.670

540.374

2.615.164

Au 30 juin 2020

152.422

1.875.406

38.847

528.261

2.594.936

La valeur nette comptable des immobilisations corporelles s’élève à 2.594.936 milliers d’euros au 30 juin 2020 (contre 2.615.164 milliers d’euros au 31 décembre 2019).

Au 30 juin 2020, les acquisitions d’immobilisations corporelles s’élèvent à 141.331 milliers d’euros et sont essentiellement liées à DEME (131.330 milliers d’euros).

Sur les dix navires commandés en 2015, 2016 et 2018 pour une valeur globale supérieure à un milliard d’euros, les dragues aspiratrices en marche Minerva et Scheldt River, les navires Gulliver (en partenariat), Apollo, Living Stone et Bonny River ont été livrés en 2017, 2018 et 2019. Au cours du 1er semestre 2020, les navires Meuse River et River Thames ont rejoint la flotte de DEME. Au 30 juin 2020, un montant résiduel de 157,8 millions d’euros sera investi au titre de navires en cours de construction dans les années à venir, principalement l’Orion et le Spartacus.

Le montant des immobilisations corporelles constituant une garantie pour certains emprunts s’élève à 55.686 milliers d’euros (décembre 2019 : 55.686 milliers d’euros).

La valeur nette des actifs au titre du droit d’utilisation s’élève à 158.156 milliers d’euros au 30 juin 2020 (décembre 2019 : 163.529 milliers d’euros). Ces actifs concernent principalement les concessions et bâtiments du groupe DEME, la flotte de véhicules du groupe, les sièges sociaux des filiales Mobix Stevens NV, Mobix Engema SA, VMA Druart SA, CFE SA, BPI Real Estate Belgium SA et Arthur Vandendorpe NV ; le matériel de Benelmat SA et les équipements de Mobix Coghe NV et Mobix Remacom NV.

Les amortissements sur immobilisations corporelles pour le 1er semestre 2020 s’élèvent à 155.310 milliers d’euros (juin 2019 : 156.691 milliers d’euros).

Page 23

Période du 1er janvier au 30 juin 2019

Terrains et

Installations

Mobilier,

En

Total

(milliers d’euros)

constructions

et

agencements et

construction

équipements

matériel roulant

Coûts d’acquisition

Solde au terme de l’exercice précédent

144.300

3.914.871

68.409

431.022

4.558.602

Actifs au titre de droit d’utilisation, 1er

72.371

5.311

21.081

0

98.763

janvier 2019

Effets des variations des cours des monnaies

(495)

746

(39)

1

213

étrangères

Effet de périmètre

0

0

0

0

0

Acquisitions

2.915

91.143

9.552

140.786

244.396

Transferts d’une rubrique d’actif à une autre

32

125.230

79

(119.303)

6.038

Cessions

(215)

(80.096)

(4.065)

0

(84.376)

Solde au terme de l’exercice

218.908

4.057.205

95.017

452.506

4.823.636

Amortissements et dépréciations

Solde au terme de l’exercice précédent

(59.027)

(2.053.942)

(55.397)

0

(2.168.366)

Effets des variations des cours des monnaies

(27)

(1.007)

(18)

0

(1.052)

étrangères

Effet de périmètre

0

0

0

0

0

Amortissements

(8.407)

(140.901)

(7.383)

0

(156.691)

Transferts d’une rubrique d’actif à une autre

(1)

428

(104)

(6.229)

(5.906)

Cessions

99

68.876

3.667

6.229

78.871

Solde au terme de l’exercice

(67.363)

(2.126.546)

(59.235)

0

(2.253.144)

Valeur nette comptable

Au 1er janvier 2019

85.273

1.860.929

13.012

431.022

2.390.236

Au 30 juin 2019

151.545

1.930.659

35.782

452.506

2.570.492

11. ENTREPRISES ASSOCIEES ET PARTENARIATS

Au 30 juin 2020, les participations dans les entreprises associées et partenariats s’élèvent à 180.343 milliers d’euros (décembre 2019 : 167.653 milliers d’euros). Cette augmentation s’explique notamment par l’acquisition de 50% des parts dans la société Mobius I SA (+9.683 milliers d’euros) dans le pôle promotion immobilière.

La part du groupe CFE dans le résultat des entreprises associées et partenariats s’élève à 16.786 milliers d’euros (contre 10.614 milliers d’euros en juin 2019) et est essentiellement issu des activités de DEME, des parcs éoliens offshore et de la promotion immobilière.

12. STOCKS

Au 30 juin 2020, les stocks s’élèvent à 202.408 milliers d’euros (décembre 2019 : 162.612 milliers d’euros) et se détaillent comme suit :

(milliers d’euros)

Juin 2020

Décembre 2019

Matières premières et auxiliaires

44.056

42.609

Réductions de valeur sur stock matières premières et auxiliaires

(154)

(166)

Produits finis et immeubles destinés à la vente

159.054

120.648

Réductions de valeur sur stocks de produits finis

(548)

(479)

Stocks

202.408

162.612

L’augmentation des produits finis et immeubles destinés à la vente (+38.406 milliers d’euros) est principalement issue de l’acquisition par BPI Real Estate Belgium et BPI Real Estate Luxembourg de sites à développer (+32.687 milliers d’euros).

Page 24

13. CREANCES COMMERCIALES ET AUTRES CREANCES DEXPLOITATION

Au 30 juin 2020, les créances commerciales et autres créances d’exploitation s’élèvent à 967.486 milliers d’euros (décembre 2019 : 996.436 milliers d’euros). La diminution de ce poste au 1er semestre 2020 est essentiellement due aux activités du groupe DEME.

En ce qui concerne le risque sur ses créances clients, le groupe a mis en place des procédures afin de limiter ce risque. Il est à noter qu’une partie non négligeable du chiffre d’affaires consolidé est réalisé avec une clientèle publique ou parapublique. Par ailleurs, CFE considère que la concentration du risque de contrepartie lié aux comptes clients est limitée du fait du grand nombre de clients. Notons également que le groupe CFE poursuit ses efforts afin de percevoir les créances issues vis-à-vis de l’état tchadien.

14. PROVISIONS AUTRES QUENGAGEMENTS DE RETRAITES ET AVANTAGES DU PERSONNEL NON COURANTS

Au 30 juin 2020, ces provisions s’élèvent à 61.036 milliers d’euros, soit une augmentation de 2.399 milliers d’euros par rapport à décembre 2019 (58.637 milliers d’euros).

Service après-

Autres

Provisions

Autres risques

Total

vente

risques

pour mises en

non courants

courants

équivalences

(milliers d’euros)

négatives

Solde au terme de l’exercice précédent

15.166

31.057

9.430

2.984

58.637

Effets des variations des cours des monnaies étrangères

(77)

(143)

0

0

(220)

Effets d’actualisation

0

0

0

0

0

Transferts d’une rubrique à une autre

0

(283)

2.019

(207)

1.529

Provisions constituées

919

8.153

0

258

9.330

Provisions utilisées

(1.495)

(6.563)

0

(182)

(8.240)

Provisions reprises non utilisées

0

0

0

0

0

Solde au terme de l’exercice

14.513

32.221

11.449

2.853

61.036

dont

courant : 46.734 milliers d’euros

non courant : 14.302 milliers d’euros

La provision pour service après-vente diminue de 653 milliers d’euros et s’élève à 14.513 milliers d’euros au 30 juin 2020.

Les provisions pour autres risques courants augmentent de 1.164 milliers d’euros et s’élèvent à 32.221 milliers d’euros au 30 juin 2020.

Celles-ci comprennent :

  • les provisions pour litiges courants (6.235 milliers d’euros), les provisions pour risques sociaux (399 milliers d’euros), ainsi que les provisions pour autres risques courants (8.572 milliers d’euros). Pour ces derniers, étant donné que les négociations avec les clients sont en cours, nous ne pouvons pas donner plus d’information sur les hypothèses prises, ni sur le moment du décaissement probable ;
  • les provisions pour pertes à terminaison (17.015 milliers d’euros) sont comptabilisées lorsque les avantages économiques attendus de certains contrats sont moins élevés que les coûts inévitables liés au respect des obligations de ceux-ci. L’utilisation des pertes à terminaison est liée à l’exécution des contrats y relatifs.

Lorsque la part du groupe CFE dans les pertes des sociétés mises en équivalence excède la valeur comptable de la participation, cette dernière est ramenée à zéro. Les pertes au-delà de ce montant ne sont pas comptabilisées, à l’exception du montant des engagements du groupe CFE envers ces sociétés mises en équivalence. Le montant de ces engagements est comptabilisé parmi les provisions non courantes, le groupe estimant avoir une obligation de soutenir ces sociétés et leurs projets.

Les autres risques non courants comprennent les provisions pour risques non liés directement au cycle d’exploitation des chantiers en cours.

Page 25

15. ACTIFS ET PASSIFS EVENTUELS

Suivant les informations disponibles à la date où les états financiers ont été approuvés par le conseil d’administration, nous ne connaissons pas d’actifs ou passifs éventuels, à l’exception des actifs ou passifs éventuels liés aux contrats de construction (par exemple les revendications du groupe envers les clients ou les revendications de sous-traitants), ce que l’on peut qualifier comme normal pour le secteur du dragage et de la construction et qui sont traités via la détermination du résultat du chantier lors de l’application de la méthode du pourcentage d’avancement.

DEME a ainsi été impliqué, en 2018, dans un litige avec le Rijkwaterstaat aux Pays-Bas relatif à l’exécution du projet du Canal Juliana. Sur base des informations actuellement disponibles, il est difficile pour DEME d’estimer les conséquences financières de ce litige.

CFE veille également à ce que les entreprises du groupe s’organisent afin que les lois et réglementations en vigueur soient respectées, y compris les règles de « compliance ». DEME coopère pleinement a une enquête judiciaire sur les circonstances de l’attribution d’un contrat qui a été exécuté entre- temps en Russie. Dans les circonstances actuelles, on ne peut estimer de manière fiable l’impact financier pour DEME.

16. INSTRUMENTS FINANCIERS DERIVES

Le groupe CFE utilise des instruments financiers dérivés principalement afin de réduire les risques liés aux fluctuations défavorables des taux d’intérêts, les risques de taux de change, des prix des matières premières et d’autres risques de marché. La société ne détient ni n’émet d’instruments financiers à des fins de transactions. Cependant, les produits dérivés qui ne sont pas qualifiés comme instruments de couverture sont présentés en tant qu’instruments détenus à des fins de transactions.

La variation de juste valeur liée aux instruments de couverture dans les fonds propres consolidés du groupe CFE s’élève à -5,7 millions d’euros. Celle- ci est la conséquence de la baisse des taux d’intérêt à moyen et long terme dans la zone EURO et concerne principalement les instruments de couverture de type IRS des sociétés de projets, BAAK, SeaMade et Rentel, consolidées par mise en équivalence.

Au 30 juin 2020, les instruments financiers dérivés ont été estimés à leur juste valeur.

Page 26

17. INFORMATIONS RELATIVES A LENDETTEMENT FINANCIER NET

17.1. LENDETTEMENT FINANCIER NET

Juin 2020

Décembre 2019

(milliers d’euros)

Non courant

Courant

Total

Non courant

Courant

Total

Emprunts bancaires et autres dettes

814.688

204.986

1.019.674

899.236

207.098

1.106.334

financières

Emprunts obligataires

29.741

0

29.741

29.689

0

29.689

Tirages sur lignes de crédit

136.200

0

136.200

98.000

0

98.000

Dettes de location

112.520

29.440

141.960

112.976

36.374

149.350

Total de l’endettement financier long

1.093.149

234.426

1.327.575

1.139.901

243.472

1.383.373

terme

Dettes financières à court terme

0

280.772

280.772

0

26.894

26.894

Equivalents de trésorerie

0

(15.476)

(15.476)

0

(31.105)

(31.105)

Trésorerie

0

(789.849)

(789.849)

0

(581.101)

(581.101)

Total de l’endettement financier net à

0

(524.553)

(524.553)

0

(585.312)

(585.312)

court terme (ou disponibilités)

Total de l’endettement financier net

1.093.149

(290.127)

803.022

1.139.901

(341.840)

798.061

Instruments dérivés de couverture de

10.548

4.431

14.979

8.369

3.567

11.936

taux

Les emprunts bancaires et autres dettes financières (1.019.674 milliers d’euros) concernent essentiellement les lignes de crédit corporate et crédit de projets octroyés chez DEME, alloués au financement de la flotte de navires.

Le seul emprunt obligataire qui subsiste est au niveau de BPI. Cet emprunt obligataire a été émis le 19 décembre 2017 à hauteur de 30 millions d’euros. Il génère un intérêt de 3,75% et est remboursable le 19 décembre 2022.

Les dettes de location (141.960 milliers d’euros) correspondent aux contrats qui répondent aux critères du champ d’application de la norme IFRS 16 Contrats de location. La contribution du groupe DEME qui y est liée s’élève à 106.112 milliers d’euros et concerne principalement leurs concessions tandis que les pôles Contracting, Promotion immobilière et Holding & Activités non transférées y contribuent pour 35.848 milliers d’euros.

Page 27

17.2. ECHEANCIER DES DETTES FINANCIERES

Echéant dans

Entre 1 et

Entre 2 et

Entre 3 et

Entre 5

Plus de

Juin 2020

(milliers d’euros)

l’année

2 ans

3 ans

5 ans

et 10 ans

10 ans

Emprunts bancaires et autres dettes

204.986

205.467

206.070

256.542

146.609

0

1.019.674

financières

Emprunt obligataire

0

0

29.741

0

0

0

29.741

Tirages sur lignes de crédit

0

13.200

95.000

28.000

0

0

136.200

Dettes de location

29.440

23.512

19.652

30.926

19.167

19.263

141.960

Total de l’endettement financier

234.426

242.179

350.463

315.468

165.776

19.263

1.327.575

long terme

Dettes financières à court terme

280.772

0

0

0

0

0

280.772

Equivalents de trésorerie

(15.476)

0

0

0

0

0

(15.476)

Trésorerie

(789.849)

0

0

0

0

0

(789.849)

Total de l’endettement financier net

(524.553)

0

0

0

0

0

(524.553)

à court terme

Total de l’endettement financier net

(290.127)

242.179

350.463

315.468

165.776

19.263

803.022

17.3. FLUX DE TRESORERIE RELATIFS AUX DETTES FINANCIERES

Au 30 juin 2020, les dettes financières de CFE s’élèvent à 1.608.347 milliers d’euros, soit une augmentation de 198.080 milliers d’euros par rapport au 31 décembre 2019. Cet accroissement de la dette, principalement relative à DEME, s’explique par l’émission de commercial papers à hauteur 125 millions d’euros et l’utilisation de leurs lignes de crédit bancaire « revolving credit facilities » à hauteur de 125 millions d’euros.

Mouvements non- cash

Décembre

Flux de

Modifications

Autres

Total

Juin

2019

trésorerie

de périmètre

variations

mouvements

2020

(milliers d’euros)

non-cash

Dettes financières – Non courantes

Emprunts obligataires

29.689

0

0

52

52

29.741

Autres dettes financières non courantes

1.110.212

(61.463)

1.980

12.679

14.659

1.063.408

Dettes financières – Courantes

Emprunts obligataires

0

0

0

0

0

0

Autres dettes financières courantes

270.366

249.639

0

(4.807)

(4.807)

515.198

Total

1.410.267

188.176

1.980

7.924

9.904

1.608.347

Page 28

17.4. LIGNES DE CREDIT ET BILLETS DE TRESORERIE

CFE SA dispose au 30 juin 2020 de lignes de crédit bancaire à long terme confirmées de 274 millions d’euros, utilisées à hauteur de 105 millions d’euros au 30 juin 2020. CFE SA a également la possibilité d’émettre des billets de trésorerie et des « Medium Term Notes » à hauteur de 50 millions d’euros. Cette source financement est utilisée au 30 juin 2020 à hauteur de 35 millions d’euros.

BPI Real Estate Belgium SA dispose au 30 juin 2020 de lignes de crédit bancaire à long terme confirmées de 40 millions d’euros, utilisées à hauteur de 26,2 millions d’euros au 30 juin 2020. BPI Real Estate Belgium SA a également la possibilité d’émettre des billets de trésorerie à hauteur de 40 millions d’euros. Cette source de financement est utilisée au 30 juin 2020 à hauteur de 18,3 millions d’euros.

DEME dispose, par ailleurs, de lignes de crédit bancaire confirmées « revolving credit facilities » de 100 millions d’euros. DEME a également la possibilité d’émettre du commercial paper à hauteur de 125 millions d’euros. Au 30 juin 2020, ces deux sources de financement sont entièrement utilisées.

17.5. COVENANTS

Les crédits bilatéraux sont soumis à des covenants spécifiques qui tiennent compte entre autres de l’endettement financier et de la relation entre celui- ci et les capitaux propres ou les actifs immobilisés, ainsi que du cash-flow généré. Ces covenants sont intégralement respectés au 30 juin 2020.

Page 29

18. INFORMATIONS RELATIVES A LA GESTION DES RISQUES FINANCIERS

18.1. RISQUE DE TAUX DINTERETS

La politique et les procédures de gestion des risques définies par le groupe sont identiques à celles décrites dans le rapport annuel 2019. L’incidence de la couverture du risque de variation de taux d’intérêts sur les dettes financières, hors dettes de location, se résume comme suit :

Taux moyen effectif avantprise en compte des produits dérivés

Taux fixe

Taux variable

Total

Type de dettes

Montants

Quote-

Taux

Montants

Quote-

Taux

Montants

Quote-

Taux

part

part

part

Emprunts bancaires et

54.700

57,92%

1,16%

964.974

88,43%

0,74%

1.019.674

86,00%

0,76%

autres dettes financières

Emprunt obligataire

29.741

31,49%

3,75%

0

0,00%

0,00%

29.741

2,51%

3,75%

Tirages sur lignes de

10.000

10,59%

1,40%

126.200

11,57%

1,02%

136.200

11,49%

1,05%

crédit

Total

94.441

100%

2,00%

1.091.174

100%

0,77%

1.185.615

100%

0,87%

Taux moyen effectif aprèsprise en compte des couvertures de gestion

Taux fixe

Taux variable

Taux variable capé + inflation

Total

Type de dettes

Montants

Quote-

Taux

Montants

Quote-

Taux

Montants

Quote-

Taux

Montants

Quote-

Taux

part

part

part

part

Emprunts bancaires

et autres dettes

950.224

90,67%

1,17%

69.450

50,45%

1,09%

0

0,00%

0,00%

1.019.674

86,00%

1,17%

financières

Emprunt obligataire

29.741

2,84%

3,75%

0

0,00%

0,00%

0

0,00%

0,00%

29.741

2,51%

3,75%

Tirages sur lignes

68.000

6,49%

1,48%

68.200

49,55%

1,06%

0

0,00%

0,00%

136.200

11,49%

1,27%

de crédit

Total

1.047.965

100%

1,27%

137.650

100%

1,08%

0

0,00%

0,00%

1.185.615

100%

1,24%

18.2. REPARTITION PAR DEVISE DES DETTES FINANCIERES A LONG TERME

Les encours de dettes (hors dettes de location qui sont majoritairement en euros) par devises sont :

(milliers d’euros)

Juin 2020

Décembre 2019

Euro

1.185.615

1.234.023

Dollar américain

0

0

Autres devises

0

0

Total des dettes à long terme

1.185.615

1.234.023

Page 30

18.3. VALEUR COMPTABLE ET JUSTE VALEUR PAR CATEGORIE COMPTABLE

30 juin 2020

AFMOJV /

AFMOJV /

Actifs /

Total de la

Mesure de la

Juste

(milliers d’euros)

PFDJV (3) –

PFDJV (3) –

passifs

valeur

juste valeur

valeur de

Dérivés non

Dérivés

mesurés au

nette

des actifs

la classe

qualifiés

qualifiés

coût amorti

comptable

financiers par

d’instruments de

d’instruments

niveau

couverture

de couverture

Actifs financiers non courants

702

353

90.826

91.881

91.881

Titres de participation (1)

0

0

6.733

6.733

Niveau 2

6.733

Prêts et créances financiers (1)

0

0

84.093

84.093

Niveau 2

84.093

Dérivés de taux

702

353

0

1.055

Niveau 2

1.055

Actifs financiers courants

3.252

650

1.772.811

1.776.713

1.776.713

Créances commerciales et autres créances

3.252

650

0

3.902

Niveau 2

3.902

d’exploitation

Dérivés de taux

0

0

967.486

967.486

Niveau 2

967.486

Equivalents de trésorerie (2)

0

0

15.476

15.476

Niveau 1

15.476

Disponibilités (2)

0

0

789.849

789.849

Niveau 1

789.849

Actif total

3.954

1.003

1.863.637

1.868.594

1.868.594

Dettes financières non courantes

2

10.548

1.093.149

1.103.699

1.111.172

Emprunt obligataire

0

0

29.741

29.741

Niveau 1

29.741

Dettes financières

0

0

1.063.408

1.063.408

Niveau 2

1.070.881

Dérivés de taux

2

10.548

0

10.550

Niveau 2

10.550

Passifs financiers courants

891

11.524

1.696.483

1.708.898

1.710.947

Dettes commerciales et autres dettes

0

0

1.181.285

1.181.285

Niveau 2

1.181.285

d’exploitation

Emprunts obligataires

0

0

0

0

Niveau 1

0

Dettes financières

0

0

515.198

515.198

Niveau 2

517.247

Dérivés de taux

891

11.524

0

12.415

Niveau 2

12.415

Passif total

893

22.072

2.789.632

2.812.597

2.822.119

31 décembre 2019

AFMOJV /

AFMOJV /

Actifs /

Total de la

Mesure de la

Juste

(milliers d’euros)

PFDJV (3) –

PFDJV (3) –

passifs

valeur

juste valeur

valeur de

Dérivés non

Dérivés

mesurés au

nette

des actifs

la classe

qualifiés

qualifiés

coût amorti

comptable

financiers par

d’instruments de

d’instruments

niveau

couverture

de couverture

Actifs financiers non courants

0

0

83.913

83.913

83.913

Titres de participation (1)

0

0

6.697

6.697

Niveau 2

6.697

Prêts et créances financiers (1)

0

0

77.216

77.216

Niveau 2

77.216

Dérivés de taux

0

0

0

0

Niveau 2

0

Actifs financiers courants

751

0

1.608.642

1.609.393

1.609.393

Créances commerciales et autres créances

0

0

996.436

996.436

Niveau 2

996.436

d’exploitation

Dérivés de taux

751

0

0

751

Niveau 2

751

Equivalents de trésorerie (2)

0

0

31.105

31.105

Niveau 1

31.105

Disponibilités (2)

0

0

581.101

581.101

Niveau 1

581.101

Actif total

751

0

1.692.555

1.693.306

1.693.306

Dettes financières non courantes

616

8.370

1.139.901

1.148.887

1.158.307

Emprunt obligataire

0

0

29.689

29.689

Niveau 1

29.689

Dettes financières

0

0

1.110.212

1.110.212

Niveau 2

1.119.632

Dérivés de taux

616

8.370

0

8.986

Niveau 2

8.986

Passifs financiers courants

3.220

6.136

1.491.832

1.501.188

1.503.619

Dettes commerciales et autres dettes

0

0

1.221.466

1.221.466

Niveau 2

1.221.466

d’exploitation

Emprunts obligataires

0

0

0

0

Niveau 1

0

Dettes financières

0

0

270.366

270.366

Niveau 2

272.797

Dérivés de taux

3.220

6.136

0

9.356

Niveau 2

9.356

Passif total

3.836

14.506

2.631.733

2.650.075

2.661.926

Page 31

  1. Repris dans les rubriques “autres actifs financiers non courants” et “autres actifs non courants”
  2. Repris dans la rubrique “trésorerie et équivalents de trésorerie”
  3. AFMOJV : Actifs financiers mesurés obligatoirement à la juste valeur par le biais du résultat net
    PFDJV : Passifs financiers désignés à la juste valeur par le biais du résultat net

La juste valeur des instruments financiers peut être hiérarchisée selon 3 niveaux (1 à 3) correspondant chacun à un degré d’observabilité de la juste valeur:

  • Les évaluations de la juste valeur de niveau 1 sont celles qui sont établies d’après des prix (non ajustés) cotés sur des marchés actifs pour des actifs ou des passif identiques;
  • Les évaluations de la juste valeur de niveau 2 sont celles qui sont établies d’après des données autres que les prix cotés au niveau 1, qui sont observables pour l’actif ou le passif concerné, soit directement (à savoir des prix) ou indirectement (à savoir des données dérivées des prix);
  • Les évaluations de la juste valeur de niveau 3 sont celles qui sont établies d’après des techniques d’évaluation qui comprennent des données relatives à l’actif ou au passif qui ne sont pas basées sur des données observables de marché (données non observables).

La juste valeur des instruments financiers a été déterminée selon les méthodes suivantes :

  • Pour les instruments financiers à court terme, tels que les créances et dettes commerciales, la juste valeur est considérée comme n’étant pas significativement différente de la valeur comptable en fonction du coût amorti;
  • Pour les prêts et emprunts à taux variable, la juste valeur est considérée comme n’étant pas significativement différente de la valeur comptable en fonction du coût amorti ;
  • Pour les instruments financiers dérivés de taux, de change ou de flux de trésorerie prévisionnels, la juste valeur est déterminée sur base de modèles actualisant les flux futurs déterminés sur base des courbes de taux d’intérêts futurs, ou des taux de change ou autres prix à terme (forward) ;
  • Pour les autres instruments financiers dérivés, la juste valeur est déterminée sur base d’un modèle d’actualisation de flux futurs estimés ;
  • Pour les obligations cotées émises par BPI, la juste valeur est déterminée sur base de la cotation à la date de clôture ;
  • Pour les emprunts à taux fixe : la juste valeur est déterminée sur base des flux de trésorerie actualisés, basés sur les taux d’intérêt de marché à la date de clôture.

19. CONTRATS DE LOCATION (AU SENS DE LA NORME IFRS 16)

Au 30 juin 2020, l’impact de la norme IFRS 16 Contrats de location sur le résultat global, la situation financière et le tableau des flux de trésorerie consolidés du groupe CFE se résume comme suit :

Exercice clôturé au 30 juin

2020

2019

(milliers d’euros)

Incidence sur le résultat global

Loyers de contrats de location extournés

+14.575

+12.122

Dotations aux amortissements et impairment des actifs au titre de droit d’utilisation

(14.061)

(11.660)

EBIT

+514

+462

EBITDA

+14.575

+12.122

Résultat financier – Intérêts financiers sur les obligations locatives

(907)

(1.008)

Incidence sur le résultat net de l’exercice

(393)

(546)

Incidence sur l’état consolidée de la situation financière

Actifs au titre de droit d’utilisation

98.193

97.395

dont les actifs au titre de droit d’utilisation nouvellement détenues pendant le 1er semestre

12.054

11.554

Obligations locatives

99.497

97.940

Incidence sur le tableau des flux de trésorerie

Flux de trésorerie des activités opérationnelles – loyers extournés

+14.575

+12.122

Flux de trésorerie des activités de financement – principal

(13.668)

(11.114)

Flux de trésorerie des activités de financement – intérêts

(907)

(1.008)

Page 32

20. AUTRES ENGAGEMENTS DONNES

Le total des engagements donnés autres que des sûretés réelles pour le groupe CFE pour l’exercice se clôturant au 30 juin 2020 s’élève à 1.359.722 milliers d’euros (décembre 2019 : 1.348.770 milliers d’euros) et se décompose par nature comme suit :

(milliers d’euros)

Juin 2020

Décembre 2019

Bonne exécution et performance bonds (a)

1.157.422

1.181.738

Soumissions (b)

40.067

15.702

Restitution d’acomptes (c)

840

840

Retenues de garanties (d)

19.272

19.415

Paiement à terme des sous-traitants et fournisseurs (e)

37.303

39.005

Autres engagements donnés – dont 52.799 milliers d’euros de garanties corporate chez DEME

104.818

92.070

Total

1.359.722

1.348.770

  1. Garanties données dans le cadre de la réalisation des marchés de travaux. En cas de défaillance du constructeur, la banque (ou la compagnie d’assurance) s’engage à indemniser le client à hauteur de la garantie.
  2. Garanties données dans le cadre d’appels d’offres relatifs aux marchés de travaux.
  3. Garanties délivrées par la banque à un client garantissant la restitution des avances sur contrats (principalement chez DEME).
  4. Garanties délivrées par la banque à un client se substituant à la retenue de garantie.
  5. Garantie du paiement de la dette envers un fournisseur ou un sous-traitant.

21. AUTRES ENGAGEMENTS REÇUS

(milliers d’euros)

Juin 2020

Décembre 2019

Bonne exécution et performance bonds

449.920

603.641

Autres engagements reçus

2.456

3.321

Total

452.376

606.962

22. LITIGES

Le groupe CFE connaît un nombre de litiges que l’on peut qualifier de normal pour le secteur du dragage et de la construction. Dans la plupart des cas, le groupe CFE cherche à conclure une convention transactionnelle avec la partie adverse, ce qui réduit substantiellement le nombre de procédures.

Le groupe CFE essaie de récupérer des créances auprès des clients. Il est néanmoins impossible de faire une estimation de ce potentiel d’actifs.

Page 33

23. PARTIES LIEES

  • Ackermans & van Haaren (AvH) détient 15.656.484 actions de CFE au 30 juin 2020, étant par conséquent l’actionnaire principal de CFE, à hauteur de 61,85% .
  • Des prêts ont été accordés à certains membres du comité exécutif de CFE Contracting et de BPI Real Estate Belgium dans le cadre des plans de stock option qui leur ont été octroyés.
  • Dredging Environmental & Marine engineering NV et CFE SA ont conclu un contrat de services avec Ackermans van Haaren NV, respectivement le 26 novembre 2001 et le 11 juin 2018. Les rémunérations dues par Dredging Environmental & Marine engineering NV, filiale à 100% de CFE SA, et par CFE SA en vertu de ce contrat, s’élèvent à 1.228 milliers d’euros et 672 milliers d’euros par an.
  • Il n’y a pas de transactions avec les sociétés Trorema SRL, Frédéric Claes SA, 8822 SRL, D2C Partners SAS, Renaud Bentégeat Conseil SASU, Artist Valley SA, Almacon SRL, MSQ SRL, Codimmo SRL, Lesire Real Estate SRL et Smilestone SRL sans préjudice de la facturation de ces sociétés au titre de leur contrat de prestation de services.
  • Au 30 juin 2020, le groupe CFE exerce un contrôle conjoint sur notamment Rent-A-Port NV, Green-Offshore NV et leurs filiales.
  • Les transactions avec les parties liées concernent essentiellement les opérations avec les sociétés dans lesquelles CFE exerce une influence notable ou détient un contrôle conjoint. Ces transactions sont effectuées sur une base de prix de marché .
  • Durant le 1er semestre 2020, il n’y a pas eu de variations significatives dans la nature des transactions avec les parties liées par rapport au 31 décembre 2019.

Les transactions commerciales ou transactions de financement entre le groupe et des entreprises associées et partenariats, intégrées suivant la méthode de mise en équivalence se présentent comme suit :

(milliers d’euros)

Juin 2020

Décembre 2019

Actifs vers les parties liées

143.449

194.553

Actifs financiers non courants

88.543

92.177

Créances commerciales et autres créances d’exploitation

44.674

95.353

Autres actifs courants

10.232

7.023

Passifs vers les parties liées

35.369

46.829

Autres passifs non courants

5.312

1.303

Dettes commerciales et autres dettes d’exploitation

30.057

45.526

(milliers d’euros)

Juin 2020

Juin 2019

Charges & produits envers les parties liées

176.878

158.474

Chiffre d’affaires & produits des activités annexes

186.106

172.226

Achats & autres charges opérationnelles

(12.171)

(19.833)

Charges & produits financiers

2.943

6.081

Page 34

24. EVENEMENTS POSTERIEURS A LA CLOTURE

Néant.

25. IMPACT DES MONNAIES ETRANGERES

Les activités du groupe CFE à l’international pour les pôles Contracting et promotion immobilière se réalisent essentiellement dans la zone euro et en Pologne. En conséquence, l’exposition de ces pôles au risque de change est limité. Par contre, DEME réalise une grande part de partie de ses activités

  • l’international. Ces activités sont majoritairement effectuées en US Dollar ou en devises qui y sont étroitement liées. DEME pratique de façon régulière des couvertures de taux.

26. SAISONNALITE DE LACTIVITE

L’activité de construction est saisonnière et influencée par les conditions climatiques hivernales.

Le niveau du chiffre d’affaires et celui des résultats du premier semestre ne peuvent pas être extrapolés sur l’ensemble de l’exercice. La saisonnalité de l’activité se traduit par une consommation de la trésorerie d’exploitation au cours du premier semestre.

L’impact des facteurs saisonniers n’a fait l’objet d’aucune correction sur les états financiers semestriels du groupe.

Les produits et charges des activités que le groupe perçoit ou supporte de façon saisonnière, cyclique ou occasionnelle sont pris en compte selon des règles identiques à celles retenues pour la clôture annuelle. Ils ne sont ni anticipés, ni différés à la date de l’arrêté intermédiaire.

Page 35

RAPPROCHEMENT DES INDICATEURS ALTERNATIFS DE PERFORMANCE

Tel que présenté ci-dessous, CFE utilise des indicateurs de performance pour mesurer la performance financière du groupe. Les définitions de ces indicateurs sont disponibles dans la section ‘glossaire’ du présent rapport.

Les indicateurs Endettement financier net et EBITDA sont calculés à partir du compte de résultats résumé consolidé et de l’état consolidé de la situation financière :

Endettement financier net

Juin 2020

Décembre 2019

(milliers d’euros)

Emprunts obligataires non courants

29.741

29.689

Dettes financières non courantes

1.063.408

1.110.212

Emprunt obligataire courant

0

0

Dettes financières courantes

515.198

270.366

Dettes financières

1.608.347

1.410.267

Trésorerie et équivalents de trésorerie

(805.325)

(612.206)

Trésorerie et équivalents de trésorerie

(805.325)

(612.206)

Endettement financier net consolidé

803.022

798.061

EBITDA

Juin 2020

Juin 2019

(milliers d’euros)

Résultat opérationnel sur activité

2.555

50.542

Amortissements sur immobilisations (in)corporelles et immeubles

156.168

157.265

de placement

Dotations nettes aux provisions

1.202

(614)

Réduction de valeur sur actifs et autres éléments non-cash

(151)

(238)

Eléments non cash

157.219

156.411

EBITDA consolidé

159.774

206.953

L’encours immobilier est calculé à partir de l’état consolidé de la situation financière par segment :

Encours immobilier

Juin 2020

Décembre 2019

(milliers d’euros)

Capitaux propres du pôle immobilier

75.912

76.296

Emprunts non courants à des sociétés consolidées du groupe

20.000

21.800

Emprunts obligataires non courants

29.741

29.689

Dettes financières non courantes

50.531

13.378

Emprunt obligataire courant

0

0

Dettes financières courantes

10.200

14.382

Position de trésorerie interne – Cash pooling – passif (*)

2.197

4.698

Dettes financières

112.669

83.947

Prêts non courants à des sociétés consolidées du groupe (*)

0

0

Trésorerie et équivalents de trésorerie

(6.307)

(6.411)

Position de trésorerie interne – Cash pooling – actif (*)

(5.493)

(11.167)

Trésorerie et équivalents de trésorerie

(11.800)

(17.578)

Endettement financier net consolidé

100.869

66.369

Encours immobilier

176.781

142.665

  1. Ces comptes sont relatifs aux positions de trésorerie vis-à-vis des entités appartenant aux autres divisions du groupe (majoritairement CFE SA).
    Page 36

DECLARATION PORTANT SUR LIMAGE FIDELE DONNEE PAR LES ETATS FINANCIERS ET SUR LEXPOSE FIDELE CONTENU DANS LE RAPPORT DE GESTION

(Article 12, par 2, 3° de l’Arrêté royal du 14.11.2007 relatif aux obligations des émetteurs d’instruments financiers admis à la négociation sur un marché réglementé)

Nous attestons, au nom et pour le compte de la Compagnie d’Entreprises CFE SA et sous la responsabilité de celle-ci, que, à notre connaissance,

  1. les états financiers, établis conformément aux normes comptables applicables, donnent une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et des résultats de la Compagnie d’Entreprises CFE SA et des entreprises comprises dans la consolidation;
  2. le rapport de gestion contient un exposé fidèle sur l’évolution des affaires, les résultats et la situation de la Compagnie d’Entreprises CFE SA et des entreprises comprises dans la consolidation, ainsi qu’une description des principaux risques et incertitudes auxquels ils sont confrontés.

Signatures

Nom :

MSQ SRL, représentée par Fabien De Jonge

Piet Dejonghe

Fonction :

Directeur financier et administratif.

Administrateur délégué.

Date : 24 août 2020

Page 37

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX SUR LA SOCIÉTÉ

Identité de la société : Compagnie d’Entreprises CFE

Siège : avenue Herrmann-Debroux40-42, 1160 Bruxelles

Téléphone : + 32 2 661 12 11

Forme juridique : société anonyme

Législation : belge

Constitution : 21 juin 1880

Durée : indéfinie

Exercice social : du 1er janvier au 31 décembre de chaque année

Registre de commerce : RPM Bruxelles 0400 464 795 – TVA 400.464.795

Lieux où peuvent être consultés les documents juridiques : au siège social de la société

Objet social (article 2 des statuts)

  • La société a pour objet d’étudier et exécuter, tant en Belgique qu’à l’étranger, soit seule, soit conjointement avec d’autres personnes physiques ou morales, publiques ou privées, pour son compte ou pour le compte de tiers publics ou privés, toute entreprise de travaux et de constructions quelconques dans tous et chacun de ses métiers, notamment l’électricité et l’environnement.
    Elle peut également prester les services annexes à ces activités, en assurer la promotion, les exploiter, directement ou indirectement, ou les mettre en concession, ainsi que réaliser toute opération quelconque d’achat, de vente, de location, de leasing se rapportant à ces entreprises.
    Elle peut prendre, détenir et céder des participations, directement ou indirectement, dans toute société ou entreprise existante ou à créer, par voie d’acquisition, fusion, scission ou autrement.
    Elle peut effectuer toutes les opérations commerciales, industrielles, administratives, financières, mobilières ou immobilières, se rapportant directement ou indirectement à son objet, même partiellement ou de nature à en faciliter ou développer la réalisation, tant pour elle-même que pour ses filiales.
    L’assemblée générale peut modifier l’objet social dans les conditions prévues par l’article cinq cent cinquante-neuf du Code des sociétés. »

Page 38

RAPPORT DU COMMISSAIRE

Dans le cadre de notre mandat de commissaire, nous vous faisons rapport sur l’information financière intermédiaire consolidée. Cette information financière intermédiaire consolidée comprend la situation financière consolidée résumée clôturée le 30 juin 2020, le compte de résultats consolidé résumé, l’état consolidé résumé du résultat global, l’état consolidé résumé des variations des capitaux propres et le tableau consolidé résumé des flux de trésorerie pour le semestre clôturé à cette date, ainsi que les notes sélectives 1 à 26.

Rapport sur l’information financière intermédiaire consolidée

Nous avons effectué l’examen limité de l’information financière intermédiaire consolidée de Compagnie d’Entreprises CFE SA (« la société ») et ses filiales (conjointement « le groupe »), préparée conformément à la norme internationale IAS 34 « Information financière intermédiaire » telle qu’adoptée dans l’Union Européenne.

Le total de l’actif mentionné dans la situation financière consolidée résumée s’élève à 5 351 040 (000) EUR et le bénéfice consolidé (part du groupe) de la période s’élève à 8 430 (000) EUR.

Le conseil d’administration est responsable de l’établissement et de la présentation sincère de cette information financière intermédiaire consolidée conformément à la norme internationale IAS 34 « Information financière intermédiaire » telle qu’adoptée dans l’Union Européenne. Notre responsabilité est d’exprimer une conclusion sur cette information financière intermédiaire consolidée sur la base de notre examen limité.

Etendue de l’examen limité

Nous avons effectué notre examen limité selon la norme internationale ISRE 2410 « Examen limité d’informations financières intermédiaires effectué par l’auditeur indépendant de l’entité ». Un examen limité d’informations financières intermédiaires consiste en des demandes d’informations, principalement auprès des personnes responsables des questions financières et comptables, et dans la mise en œuvre de procédures analytiques et d’autres procédures d’examen limité. L’étendue d’un examen limité est très inférieure à celle d’un audit effectué selon les normes internationales d’audit (International Standards on Auditing) et en conséquence, ne nous permet pas d’obtenir l’assurance que nous avons relevé tous les faits significatifs qu’un audit permettrait d’identifier. En conséquence, nous n’exprimons pas d’opinion d’audit sur l’information financière intermédiaire consolidée.

Conclusion

Sur la base de notre examen limité, nous n’avons pas relevé de faits qui nous laissent à penser que l’information financière intermédiaire consolidée de Compagnies d’Entreprises CFE SA n’est pas établies, à tous les égards importants, conformément à la norme internationale IAS 34 « Information financière intermédiaire » telle qu’adoptée dans l’Union Européenne.

Zaventem, le 24 août 2020

Le commissaire

Deloitte Réviseurs d’Entreprises SCRL

Représentée par Rik Neckebroeck

Page 39

La Sté CFE – Compagnie d’Entreprises SA a publié ce contenu, le 28 août 2020, et est seule responsable des informations qui y sont renfermées.
Les contenus ont été diffusés par Public non remaniés et non révisés, le28 août 2020 08:33:08 UTC.

Toute l’actualit sur COMPAGNIE D’ENTREPRISES CFE S.A.

Recommandations des analystes sur COMPAGNIE D’ENTREPRISES CFE S.A.

CA 2020 3 002 M
3 562 M
Rsultat net 2020 39,4 M
46,7 M
Dette nette 2020 883 M
1 048 M
PER 2020 26,2x
Rendement 2020
Capitalisation 1 597 M
1 884 M
VE / CA 2020 0,83x
VE / CA 2021 0,67x
Nbr Employs 8 410
Flottant 27,5%

Graphique COMPAGNIE D’ENTREPRISES CFE S.A.

Dure :


Priode :

Compagnie D'Entreprises CFE S A : Rapport intermdiaire au 30 juin 2020 - Championnat d'Europe 2020

Compagnie D'Entreprises CFE S.A. : Graphique analyse technique Compagnie D'Entreprises CFE S.A. | Zone bourse

Tendances analyse technique COMPAGNIE D’ENTREPRISES CFE S.A.

Court Terme Moyen Terme Long Terme
Tendances Haussire Neutre Baissire

Evolution du Compte de Rsultat

Consensus

Vente
Compagnie D'Entreprises CFE S A : Rapport intermdiaire au 30 juin 2020 - Championnat d'Europe 2020
Achat

Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d’Analystes 5
Objectif de cours Moyen
73,60 €
Dernier Cours de Cloture
63,10 €
Ecart / Objectif Haut 34,7%
Ecart / Objectif Moyen 16,6%
Ecart / Objectif Bas -3,33%