Cotidienne du 29 juillet 2020 | Tendances des marchés céréaliers et oléagineux du 28 juillet 2020 – Foot 2020

201

Retrait général des prix des céréales, dans un contexte de rendements français en berne

Les cours des céréales ont reculé hier sur les marchés physiques français, tant en blé tendre, qu’en orge et en maïs, même si les rendements en blé tendre s’avèrent décevants en France, comme viennent le confirmer plusieurs opérateurs depuis le début de semaine (Dijon Céréales, Axéréal). La Fédération du négoce agricole “fait le constat d’une baisse des récoltes toutes cultures confondues ? (…)”Les rendements décevants, en net recul de 20 à 30% par rapport aux années précédentes, s’expliquent en partie par des conditions météorologiques difficiles, alternant excès d’eau, gelée et sécheresse dans la plupart des territoires”, explique le Négoce agricole dans un communiqué paru mardi.
Sur le marché à terme de Chicago, les contrats Blé et Maïs ont clôturé en retrait, pesant ainsi sur les prix européens.

Sur le marché mondial, les productions d’origine mer Noire s’affichent à des prix très compétitifs et exercent une certaine pression sur les cours européen. L’achat égyptien est venu le confirmer. Le Gasc a acheté 470 000 t de blé à charger entre le 1er et le 10 septembre, dont 350 000 t d’origine russe (228,48 $/t Caf) et 120 000 t en provenance d’Ukraine (228,53 $/t Caf).

 

Hervé Billot-La Dépêche-Le Petit Meunier

 

Hausse des cours du colza, compte tenu de la baisse de l’euro face au dollar

Les prix du colza ont gagné du terrain sur Euronext et le marché physique français entre les séances du 27 et du 28 juillet, compte tenu de la baisse de l’euro face au dollar, qui redonne de l’attractivité aux origines françaises sur la scène internationale. La faible récolte attendue dans l’Hexagone a également joué. Les prix du soja à Chicago, de l’huile de palme à Kuala Lumpur et du pétrole sur les places à terme anglo-saxonnes ont reculé.

En soja, le marché continue d’enregistrer l’amélioration des conditions de culture aux Etats-Unis. De plus, aucune commande de soja états-unien n’a été annoncée, mardi 28 juillet, par l’USDA, une première depuis plusieurs jours.

Concernant l’huile de palme, l’effritement des prix est justifié par des opérations de ventes techniques sur le marché à terme malaisien, correspondant à des actions de prises de profits.

Du côté du pétrole, la baisse des cours sur New York et Londres s’explique par un marché qui s’attend à ce que les réserves états-uniennes augmentent, et par le fait que les pays producteurs de pétrole prévoient de remonter quelque peu leur production au mois d’août.

En tournesol, les cotations sont reconduites.