Covid : le déficit commercial de la France s’est dangereusement creusé en 2020 – Foot 2020

115

Publié le 5 févr. 2021 à 6:01

Presque 65 milliards d’euros. Tel devrait être le déficit commercial de la France en 2020. Le chiffre doit être annoncé par les Douanes ce vendredi. Sur les onze premiers mois de l’année écoulée, il a en effet atteint 61,1 milliards, soit 7 milliards d’euros de plus qu’en 2019. La pandémie de Covid-19 a creusé encore un peu plus le trou.

« Le chiffre du déficit commercial cache en fait deux mouvements massifs qui se compensent presque », explique Emmanuel Jessua, directeur des études chez Rexecode. « Du fait des moindres déplacements mais aussi de la chute d’activité, la facture énergétique s’est allégée de l’ordre de 17 milliards d’euros sur les onze premiers mois de l’année. En revanche, les exportations aéronautiques et automobiles se sont effondrées et transforment un excédent sectoriel des matériels de transport d’environ 14 milliards d’euros en un déficit de près de 2 milliards d’euros sur la même période », détaille l’économiste. Globalement, sur l’année, la France devrait perdre environ 80 milliards d’euros d’exportations, dont 35 milliards pour les seuls matériels de transport !

Nouvelles pertes de parts de marché

Sur les trois premiers trimestres de 2020, la part de marché de la France dans la zone euro s’est dégradée. « Dans les exportations de biens de la zone euro, les exportations françaises ne représentent plus que 12,8 % et sont revenues quasiment à leur plus bas, pointe Emmanuel Jessua. La part de marché de l’Hexagone a reculé de 1,1 point au cours des neuf premiers mois de 2020 alors que celles de l’Allemagne, l’Italie ou encore l’Espagne sont restées quasi stables. Il y a donc là une particularité française. »

« S’il est encore trop tôt pour juger définitivement, ce phénomène est préoccupant car ce recul des parts de marché concerne tous les types de produits. Et ce mouvement intervient après trois années de stabilisation voire de léger redressement qui s’explique par l’effort fait sur le coût du travail », prévient Emmanuel Jessua. Il ne faudrait pas que cette crise fasse descendre encore une marche d’escalier à l’industrie française .

Vers un rebond cette année

Toutefois, il y a peut-être une lueur au bout du tunnel. « La demande adressée à la France dans certains secteurs tels que la pharmacie, l’agroalimentaire ou la chimie, donne des signes de dynamisme cette année », souligne Selin Ozyurt, économiste chez Euler Hermes. Pour les économistes de l’assureur-crédit, l’année 2021 sera celle du rebond des exportations françaises. La demande adressée à la France devrait croître de 59 milliards d’euros en 2021 par rapport à 2020, ce qui permettrait de compenser environ 45 % du manque à gagner subi en 2020 à cause de la crise pandémique.