Davide Calabria, mission Euro – Foot 2020

20
calabria-milan-2021

Très critiqué ces dernières années en raison de ses performances très en-deçà de ce que l’on attendait de lui, Davide Calabria est revenu à un niveau plus que correct cette saison. L’arrière droit milanais affiche en effet des prestations dont ne savais pas plus (pas) qu’il en était capable. Une montée en niveau qui va de pair avec celle de son équipe qui lui vaudra, possiblement, une place dans les 23 de Mancini à l’Euro.

Indésirable en début de saison

Le Milan AC a fini sa saison 2019-2020 sur les chapeaux de roue mais il y avait encore de la réticence à son sujet. En effet, l’arrière droit ne répondait pas toujours aux attentes malgré les performances très positives de l’équipe : pas dans le tempo, en retard dans ses retours défensifs, peu d’apport en attaque… il était parfois vu comme le maillon faible de cette équipe en pleine ascension. Son statut de tête de turc des tifosi n’arrangeait pas les choses. De ce fait, son départ était de plus en plus envisagé.

C’est donc dans ces conditions hostiles qu’il démarre sa cinquième saison avec le Milan. Mais au fil des matchs, on sent une présence accrue et une importance supérieure de l’arrière droit dans la folle série de matchs sans défaite de son équipe. Ses prestations sont de plus en plus correctes et sa régularité finit par payer. Il est aujourd’hui un élément crucial pour la défense milanaise, au même titre que Hernandez et Kjaer.

Des statistiques parlantes

Quelques chiffres montrent son importance cette saison. Tout d’abord, il est tout simplement le Milanais qui a le plus joué cette saison, avec 1583 minutes, soit quasiment autant que la saison dernière, mais au bout des 38 journées (1623 mins.). Calabria est aussi le Milanais qui réussi le plus de tacles par match, avec une moyenne de 3,6 (contre 2,1 la saison dernière). C’est également le meilleur taux du championnat actuellement. Lors du match contre Cagliari, il a été le Milanais qui a touché le plus de fois le ballon (96), signe de son influence grandissante dans le jeu de son équipe.

Cette réussite, Calabria la doit essentiellement à Stefano Pioli qui a su lui donner les consignes qu’il fallait pour le remettre en selle : « Au début l’entraîneur me demandait de me concentrer sur les tâches défensives pour compenser les départs vers attaque de Théo. Cela m’a fait beaucoup progresser et m’a énormément aidé sur le plan défensif. Puis je me suis mis à attaquer plus souvent comme le veut le style de jeu de l’équipe. J’aime beaucoup jouer vers l’avant et avoir cette liberté que me donne le coach » avait-il raconté lors d’une interview pour Milan TV.

Calabria, un billet pour l’Euro à valider

Qui l’eut cru il y a seulement un an ? Mais Calabria est devenu un véritable contender pour la liste des 23 de Mancini à l’Euro. La Squadra Azzurra comptant pas mal de disparités au niveau des latéraux, il peut réellement apporter à cette équipe en gardant son niveau actuel. Toutefois, une concurrence très serrée se jouera notamment avec Florenzi, auteur d’une saison intéressante avec le PSG, et Di Lorenzo, régulier avec le Napoli.

En tout cas, Roberto Mancini n’est pas insensible au latéral milanais. L’ayant déjà convoqué lors des dernières trêves internationales, il semble apprécier le joueur : « Il a été bon avec nous la dernière fois. Il a du talent, de la personnalité et de la détermination. C’est un bon gars. » avait-il déclaré à la Gazzetta.

Calabria a donc les cartes en main. Il va devoir continuer sur le même rythme jusqu’à la fin de la saison pour espérer décrocher son billet pour l’Euro mais aussi pour permettre à son club de rester dans la course au Scudetto et d’espérer a minima une qualification en Champions League, compétition qu’il n’a encore jamais disputé à l’instar d’un certain Donnarumma.