des pertes financières colossales à cause de l’épidémie ? – Championnat d’Europe 2020

2

Et si la saison de Ligue 1 était déjà finie ? Suspendu jusqu’à nouvel ordre à cause de la crise sanitaire, le championnat de France pourrait bien ne pas reprendre du tout en cas d’aggravation de la situation. Le cabinet KPMG s’est intéressé aux pertes financières que pourrait engendrer un tel scénario et a publié une étude chiffrée dans ce sens mardi 17 mars. Résultat : la Ligue 1 pourrait accumuler plus de… 400 millions d’euros de pertes si les matchs restants ne pouvaient être joués. Un chiffre colossal qui a de quoi inquiéter les instances du football français…

Les droits TV en première ligne

Comme l’explique l’analyste du cabinet KPMG Paul Adriani, les droits TV de la Ligue 1 constituerait la plus grosse source de pertes. La perte la plus importante concerne les droits de diffusion, c’est en général la moitié du manque à gagner“, explique-t-il. Un manque à gagner relatif aux droits TV qui pourrait donc se chiffrer à 200 millions d’euros. Par ailleurs, les partenariats représenteraient quant à eux entre 100 et 140 millions d’euros de pertes, et entre 50 et 60 millions pour la vente de billets, toujours selon KPMG. “Il y a aussi des contrats sponsoring liés aux performances avec des bonus à la clé en cas de qualification et même d’ailleurs des amendes en cas de relégation“, ajoute quant à lui un expert, dans des propos rapportés par l’agence de presse belge Belga.

La Ligue garde espoir

Malgré ces prévisions pour le moins inquiétantes, la Ligue de football professionnel (LFP) garde espoir. Mardi 17 mars, l’instance du foot français a indiqué que le championnat ne reprendrait pas avant le 15 avril prochain mais qu’elle espérait pouvoir finir la saison au 30 juin prochain, grâce au report d’un an de l’Euro 2020. “On s’est donné comme principe majeur de tout faire pour terminer le 30 juin. L’objectif, c’est le 30, mais s’il faut terminer au-delà, on s’adaptera, avec les clubs et les joueurs. On jouera autant que faire se peut”, a déclaré le directeur général exécutif de la LFP, Didier Quillot.