DIRECT. Euro 2020 de handball : la France démarre fort en demies contre la Croatie. Sport – Championnat d’Europe de Football 2020

16
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

Les handballeuses françaises affrontent vendredi (18h00) en demi-finales l’équipe surprise de ce championnat d’Europe 2020, la Croatie, à Herning (Danemark), une voie royale vers une nouvelle finale mais également un piège à éviter.

Sur le papier, les Françaises, championnes d’Europe en titre (2018), sont largement favorites. Elles sont portées par leur expérience internationale récente -cinquième demi-finale sur les six derniers championnats- sans commune mesure avec celle de la Croatie, novice à ce stade d’une grande compétition.

Mais elles ne le sont que sur le papier. Et « depuis une dizaine de jours, le papier a brûlé », glisse avec le sourire le sélectionneur Olivier Krumbholz, en référence au parcours des Croates à l’Euro 2020: une seule défaite contre les Norvégiennes et surtout cinq succès notamment contre des nations fortes comme les Pays-Bas, champions du monde en titre (2019), ou l’Allemagne.

« Ça fait longtemps que l’on n’a pas affronté ce style de jeu, donc il va falloir être patient dans ce genre de match. Pouvoir attendre le bon moment pour passer devant et creuser l’écart », espère la gardienne de l’équipe de France Amandine Leynaud (34 ans), méfiante face à la très grande arrière gauche croate Camila Micijevic (1,94 m).

« C’est une équipe qui va craquer à un moment ou à un autre. Quand ? J’espère le plus vite possible », ajoute Olivier Krumbholz, qui aborde ce match avec le plus grand respect pour la Croatie. « Il faut regarder l’adversaire en toute honnêteté et en toute franchise. On ne va pas commencer ni à les surestimer, ni à les sous-estimer. »

De leur côté, les Bleues ont également traversé sans encombres les premiers obstacles vers le dernier carré, qu’elles atteignent pour la première fois invaincues, avec le sentiment d’une montée en puissance, et un groupe de seize joueuses toutes capables d’apporter leur pierre à l’édifice.

LIRE AUSSI : tout ce qu’il faut savoir du match France-Croatie

Le rêve de doublé

« On a progressé tout au long de la compétition. On a plus de confiance, on joue toutes ensemble », estime la demi-centre des Bleues Grâce Zaadi, joueuse la plus utilisée par Olivier Krumbholz (près de quatre heures et demie).

En attaque, les Françaises tournent à 63 % de réussite. Estelle Nze Minko retrouve petit à petit son étincelante forme de l’Euro-2018, avec 21 réalisations, deuxième meilleure marqueuse française derrière Alexandra Lacrabère (25 buts), qui semble avoir corrigé le tir sur penalty. Face à une équipe patiente en attaque et qui joue beaucoup avec ses pivots, la défense française parfaitement dirigée par Béatrice Edwige depuis le premier match, sera une nouvelle fois la clé côté tricolore.

La compétition, commencée il y a deux semaines par les coéquipières de Siraba Dembélé, a laissé quelques traces physiquement, notamment après l’enchaînement en l’espace de 72 heures de trois rencontres face au Danemark (victoire 23-20), pays hôte et qualifié pour les demies, l’Espagne (victoire 26-25), puis la Russie (28-28). Mais tout le monde sera prêt pour la demie, y compris l’ailière droite de Paris 92 Laura Flippes, victime d’une contusion au genou droit contre la Russie. Le sélectionneur se réserve toutefois le droit d’effectuer un changement comme le règlement l’y autorise.

Une place en finale permettrait aux Françaises d’entretenir le rêve de conserver leur couronne continentale conquise il y a deux ans à domicile, dans leur antre de Bercy pleine à craquer. L’ambiance sera différente à Herning, privé de spectateurs en raison de la pandémie de Covid-19, mais le défi est de taille, puisque seuls le Danemark dans les années 1990 et la Norvège dans les années 2000 et 2010 ont réussi pareil exploit.