Election présidentielle : l’offensive tous azimuts d’Anne Hidalgo – Championnat d’Europe de Football 2020

44

Elle ne s’est toujours pas déclarée officiellement candidate à l’élection présidentielle de 2022. Mais les ambitions d’Anne Hidalgo pour la future échéance électorale transparaissent déjà clairement dans toutes ses dernières interventions. En ce début de semaine, le calendrier de la « présidentiable » semble même s’accélérer.

L’équipe d’Emmanuel Macron propose un chèque psy et des repas à 1 euro dans les restaurants du Crous ? Anne Hidalgo, elle, au micro de France Info ce lundi matin prend le contre-pied et relance l’idée d’un RSA défendu ces dernières semaines par plusieurs voix de gauche et rejeté par le gouvernement. Emmanuel Macron avait dit ne pas être « fan » de cette solution en décembre dernier. La maire de Paris juge au contraire que cette aide mensuelle de 500 euros pour tous les étudiants en difficultés, y compris ceux issus des classes moyennes, est urgente. Faut-il y voir un premier marqueur de sa campagne, elle qui depuis des semaines multiplie les clins d’œil en direction de la jeunesse ?

Une maire sur tous les fronts

La maire de Paris cherche aussi à s’imposer sur le front de la relance économique. « Le plan de relance du gouvernement, nous n’y sommes pas associés », regrette Anne Hidalgo dans l’interview matinale. « Il faut arrêter d’opposer les élus locaux au gouvernement. Il faut nous écouter », répète-t-elle.

L’après-midi même, la maire de Paris montrait l’exemple en organisant sa propre concertation en présence de tous les acteurs économiques de la capitale ainsi que du ministre délégué aux Comptes publics Olivier Dussopt. L’occasion pour elle de rappeler le plan de soutien de 200 millions d’euros débloqué en 2020 et l’enveloppe de 1,4 milliard d’euros d’investissement votée pour 2021. Conférence savamment relayée à coups de photos postées sur Twitter par ses fidèles.

Dans le même temps, la Ville livrait une autre bataille avec l’Etat sur le terrain de l’hébergement des sans-abri. Emmanuel Grégoire, le premier adjoint et Léa Filoche, adjointe (Génération. s) aux solidarités ont multiplié les injonctions pour obtenir le déclenchement, dès ce lundi soir, du plan grand froid. Dans la soirée, la région Ile-de-France a annoncé l’ouverture de 287 places d’hébergement supplémentaires dès ce lundi soir, en Ile-de-France dont 169 rien qu’à Paris. « C’était déjà dans les tuyaux. On n’a pas attendu la Ville », rétorque la préfecture de région.

A Rouen avec… Edouard Philippe

Parallèlement, la grande machine de campagne d’Anne Hidalgo se met en place. Ce week-end, un compte Twitter « Les jeunes avec #Hidalgo » a été créé et ce jeudi, la maire de Paris fera un déplacement à Rouen aux côtés du maire de la ville pour parler de la Seine en présence d’un autre présidentiable, Edouard Philippe, ex-premier ministre redevenu maire du Havre.

Alors, toujours pas candidate la maire de Paris? Pour ceux qui en douteraient encore, l’équipe parisienne semble bien avoir la boussole de la Présidentielle dans sa ligne de mire. Et les 6 % qui étaient crédités à Anne Hidalgo dans un premier sondage (Opinion/commStrat) ne l’ont visiblement pas dissuadée de s’y préparer.