En 2020, l’OCDE prédit la pire récession en temps de paix – Euro 2020

28

L’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) estime que l’économie mondiale va subir sa pire contraction en temps de paix cette année, sur les cent dernières années.

Les prévisions économiques de l’OCDE sont catastrophiques. L’organisation prévoit une contraction du PIB mondial de 6% cette année, en prenant en compte les effets de la pandémie de coronavirus. Cependant, elle prédit un rebond de 5,2% en 2021, si l’épidémie est maintenue sous contrôle. En 2020, l’économie mondiale va subir sa pire récession en un siècle, en dehors des guerres.

L’OCDE a également travaillé sur le scénario d’une seconde vague épidémique cette année, ce qu’elle estime possible. La contraction de l’économie mondiale serait alors plus sévère, 7,6%, et la reprise en 2021 de 2,8% seulement. L’économiste en chef de l’organisation, Laurence Boone, a précisé que « d’ici la fin 2021, les pertes de revenus excéderont celles enregistrées au cours de toutes les récessions précédentes des 100 dernières années, à l’exception des périodes de guerre, avec des conséquences extrêmes et durables pour les populations, les entreprises et les gouvernements ».

Contraction de 9,1% du PIB de la zone euro

La zone euro doit s’attendre à une contraction de 9,1% de son PIB en 2020, avec une reprise de 6,5% l’an prochain. Les Etats-Unis, première puissance économique mondiale, feront face, selon les prévisions de l’OCDE toujours, à une contraction de 7,3% de leur PIB cette année avant un rebond de 4,1% en 2021. Quant à la Grande-Bretagne, elle s’apprête à vivre la récession la plus marquée des économies étudiées, avec une contraction de 11,5% du PIB suivie d’une reprise de 9%. La Chine verra aussi son économie se contracter cette année de 2,6%.

>> Economie: la Banque de France table sur un recul de 15% du PIB au deuxième trimestre (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>À LIRE >>> Economie: la Banque de France table sur un recul de 15% du PIB au deuxième trimestre

Une coopération entre les pays pour un vaccin est nécessaire

Les réponses à la crise vont modeler les perspectives économiques et sociales des dix années à venir, et il ne faut pas que les gouvernements craignent de recourir à l’endettement pour financer des mécanismes de soutien aux travailleurs les moins rémunérés et aux investissements. « Des politiques monétaires ultra-accommodantes et une dette publique plus élevée sont nécessaires et seront acceptées tant que l’activité économique et l’inflation resteront déprimées et que le chômage restera élevé », a précisé Laurence Boone.

>> Coronavirus : l’épidémie met fin à plus d’une décennie de croissance aux Etats-Unis (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>À LIRE >>> Coronavirus : l’épidémie met fin à plus d’une décennie de croissance aux Etats-Unis

De plus, pour l’économiste, ce n’est pas le moment d’attiser les flammes des tensions commerciales alors que la menace d’une seconde vague de contagion plane. Selon l’OCDE, les gouvernements doivent coopérer en matière de recherche et de développement de traitements et d’un vaccin contre le Covid-19.