Euro de handball : «Nous en voulons encore plus», clame Cléopâtre Darleux – Euro 2020

8
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

Face à l’inattendue Croatie, ce vendredi (18 heures) à Herning (Danemark), les tenantes du titre vont tenter de rejoindre la finale de l’Euro. Le rebond était attendu après la cruelle déception (13e) des Championnats du monde, il y a un an au Japon. C’est un groupe sûr de sa force qui compte bien aller jusqu’au bout, comme l’annonce Cléopâtre Darleux, la gardienne des Bleues.

Que vous inspire ce match contre la Croatie en demi-finale ?

CLÉOPÂTRE DARLEUX. C’est l’équipe surprise. On n’a pas l’habitude de voir ces filles à ce niveau (NDLR : les Croates ont fini dernières de leur groupe du tour préliminaire en 2016 et 2018). Je crois que la dernière fois que je les ai jouées, c’était en 2013 ! En regardant bien, elles ne sont pas là par hasard. Mais il n’y a pas photo, nous préférons les jouer plutôt que la Norvège (qui affronte à 20h30 le Danemark).

Dans quel état d’esprit l’équipe aborde-t-elle ce match ?

Il va falloir être très physique, et montrer dès le début à nos adversaires que nous sommes les patronnes. Elles ont le sourire, sont en pleine bourre, s’entendent très bien et jouent pour le maillot, mais ce ne sont pas les seules. Nous sommes en demi-finale, l’objectif fixé avant de venir, mais nous en voulons encore plus.

Comment vit le groupe ?

Très bien. Plus de trois semaines à vivre ensemble, ça peut paraître long. C’est vrai qu’au début nous appréhendions un peu. En tant que jeune maman, c’est dur d’être loin de la famille. Finalement, le temps passe bien. Sur une compétition qui dure, une super ambiance aide beaucoup pour la confiance. Il y a de tout dans notre équipe, et c’est aussi ce qui fait notre force. Ça se ressent sur le terrain, même quand nous sommes en difficulté.

Comme Siraba Dembele, qui est également devenue mère, vous n’avez pas connu l’échec du dernier Mondial. En avez-vous parlé avec les autres ?

Olivier (NDLR : Krumbholz, l’entraîneur) en a parlé au début du stage, mais c’est tout. Beaucoup de choses se sont passées depuis un an, il y a eu d’autres préoccupations. Je sais par expérience que les faux pas, ça arrive. Je peux vous assurer qu’il n’y a plus aucun complexe à ce sujet parmi les filles.

Euro de handball : «Nous en voulons encore plus», clame Cléopâtre Darleux - Euro 2020

Newsletter L’essentiel du matin

Un tour de l’actualité pour commencer la journée

Le ballon pris en plein visage face à l’Espagne a-t-il laissé des traces ?

(Rires) Non, j’ai juste le nez un peu en patate! Ce genre d’événement n’est jamais une partie de plaisir. J’ai manqué le match contre la Russie mais je suis contente d’être revenue très vite pour jouer la Suède.

A distance, ressentez-vous l’engouement provoqué par votre parcours ?

Non, pas trop. Je ne suis pas trop sur les réseaux sociaux mais si vous me dîtes que c’est le cas, ça fait carrément plaisir, parce qu’ici c’est un peu glauque sans public ! Je sais que notre demi-finale va être diffusée en clair à la télé française (TMC et BeIN 1). C’est top, pour nous et ceux qui nous suivent.

En cas de finale, avez-vous une préférence entre les Danoises et les Norvégiennes ?

Nous pensons d’abord à la Croatie, qui sera un match très difficile. Pour une éventuelle suite, je ne vois pas le Danemark passer. Nous les avons battues en poule mais ça m’est égal de les retrouver. J’ai une petite préférence pour la Norvège. Nous les connaissons tellement bien!