Euro féminin de handball : Kalidiatou Niakaté, une surdouée made in Aubervilliers – Championnat d’Europe de Football 2020

11
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

« Dès que j’ai vu Kalidiatou, j’ai su que l’on tenait une pépite! » Près de vingt ans après, le souvenir est encore ancré dans la mémoire de Djamel Maachi. Entraîneur au CM d’Aubervilliers, il a assisté aux premiers pas de Kalidiatou Niakaté sur un terrain de handball. Aujourd’hui âgée de 25 ans, l’arrière gauche tentera d’aider l’équipe de France à conserver son titre européen, ce dimanche, face à la Norvège (18 heures, TF1 et BeIN Sports).

Son chemin vers la maison bleue débute au gymnase Guy-Môquet d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), qui a vu passer d’autres grands noms, comme Allison Pineau. « Je l’ai vue débarquer à 7 ou 8 ans », se remémore Djamel Maachi. Très vite, elle se fait remarquer. « Elle tirait tous les penalties ! Elle prenait toujours ses responsabilités, avec une tranquillité déconcertante. Et puis elle marquait tous les buts ! Sans forcer, peu importe son poste. »

Souvent blessée, toujours debout

La surdouée, née à Paris, enchaîne alors les entraînements, y compris avec les garçons, jusqu’à intégrer le pôle féminin de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), puis le centre de formation d’Issy-Paris, où elle signe son premier contrat professionnel en 2011. Sa première sélection en équipe nationale arrive en octobre 2014. Avec les années viennent les succès. En club, où Kali remporte la coupe de la Ligue 2013. Et en sélection, surtout, avec un sacre au Mondial 2017. « Aujourd’hui, c’est une joueuse redoutable, très complète, analyse Laurent Bezeau, son entraîneur à Brest, où elle évolue depuis 2019. Kalidiatou a un potentiel colossal. Elle est très exigeante avec elle-même et toujours à la recherche de la perfection. »

Ceux qui l’ont côtoyée saluent, de concert, une femme « gentille, au caractère et à la volonté exceptionnels. » Souvent blessée, parfois grièvement, comme en février, où elle est victime d’une rupture totale du tendon d’Achille de la jambe droite, elle s’est toujours relevée. « Après chaque échec, elle rebondit encore plus fort », souligne Laurent Bezeau. Peu en vue lors de l’Euro 2018, remportée par les Bleues, elle avait été renvoyée chez elle au cœur de la compétition, remplacée par Gnonsiane Niombla. Elle est revenue en sélection deux ans plus tard, plus forte, et signe des entrées remarquées depuis deux semaines, au Danemark.

«Elle sait d’où elle vient»

Son ascension, Arnaud Gandais, qui l’a entraînée à Issy-Paris, l’a vue venir. « C’était une fille facile à coacher. Son immense potentiel et ses qualités physiques crevaient les yeux. Ce n’est pas une surprise de la voir confirmer au plus haut niveau. »

Toujours attachée à sa ville d’Aubervilliers, où sa famille vit encore, et au club de ses débuts, Kalidiatou Niakaté y retourne dès que son emploi du temps surchargé le lui permet. « Elle est devenue un modèle pour les jeunes, ici, explique Djamel Maachi. Sa visite après avec sa médaille d’or en 2017 a ravi tout le monde. Elle sait d’où elle vient. » Très bientôt, elle pourrait bien retourner du côté du gymnase Guy-Môquet, auréolée d’un nouveau titre européen.