EURONEXT sur ses plus hauts historiques grâce à ses résultats trimestriels – Championnat d’Europe de Football 2020

21


Publié le

EURONEXT sur ses plus hauts historiques grâce à ses résultats trimestriels
Pixabay

(AOF) – Euronext (+2,44% à 83,85 euros) affiche l’une des plus fortes progressions de l’indice SBF 120 et a inscrit un plus haut historique à 88,90 euros. Le titre de la bourse paneuropéenne est dynamisé par la publication hier soir de résultats meilleurs que prévu, tous les feux étant dans le vert. Le résultat net, part du groupe, a flambé de 71,2% à 96,1 millions d’euros et l’Ebitda a progressé de 47,7% en organique à 150 millions d’euros. Il a nettement dépassé le consensus s’élevant à 135 millions d’euros.

Le résultat net, part du groupe, a flambé de 71,2% à 96,1 millions d’euros et l’Ebitda a progressé de 47,7% en organique à 150 millions d’euros. Il a nettement dépassé le consensus s’élevant à 135 millions d’euros. Euronext affiche ainsi une marge d’Ebitda de 63,4%, en amélioration de 8,2 points en organique.

Les analystes expliquent ces résultats meilleurs que prévu par une activité plus dynamique que prévu et des coûts inférieurs aux attentes.

Les revenus ont bondi de 55,2% à 236,8 millions d’euros, à comparer avec un consensus de 223,9 millions d’euros. Le chiffre d’affaires a bénéficié de la consolidation d’Oslo Børs VPS, OPCVM360 et Nord Pool, mais aussi d’une croissance interne élevée :+ 29,5%.

Les revenus ont été soutenus par un bond des volumes d’échanges, notamment au comptant (+53,2%), au cours d’une période marquée par la forte volatilité des marchés.

UBS note que le prix pour le marché des actions au comptant (average yield) a augmenté à 0,499 point de base (+0,004 points de base) alors que prix et volume évoluent traditionnellement en sens opposé.

Les analystes soulignent que toutes les activités du groupe ont affiché des performances meilleures que prévu.

Les coûts ont, eux, augmenté de 4% en données comparables à 86,7 millions d’euros alors qu’ils étaient attendus à 88,9 millions d’euros. En 2020, Euronext prévoit toujours d’enregistrer une croissance de 5% de ses coûts d’exploitation.

Si les actionnaires des valeurs financières doivent manger leur pain noir cette année s’agissant des dividendes, Euronext maintient inchangée sa politique de distribution.

La Bourse paneuropéenne versera un dividende de 1,59 euro par action, représentant un taux de distribution de 50%.

AOF – EN SAVOIR PLUS

Finance – Banques

La vie est dure pour les banques européennes ! Ces dernières sont d’abord soumises à une régulation très stricte, qui leur impose des contraintes de fonds propres et de liquidités (Bâle III). Les banques américaines, qui n’ont pas ces contraintes, génèrent des marges supérieures et dominent le créneau lucratif de la banque d’investissement. De plus les taux d’intérêt bas ou nuls pèsent sur la rentabilité. A cela s’ajoute la concurrence de la Fin Tech et des Gafa. D’ailleurs les grands établissements rachètent des fintechs pour contrer cette menace technologique. Mais la lutte contre Facebook ou Google, qui offrent des services gratuits en se rémunérant sur l’exploitation des données de paiement, s’annonce très complexe.