Foot – L. nations – Deux ans après la finale de la Coupe du monde 2018, quoi de neuf pour la France et la Croatie ? – Championnat d’Europe 2020

20
Découvrez la méthode incroyable des Gains aux paris sportifs qui peut atteindre jusqu'à 1.800€ en 18 jours en jouant toujours la même mise sur chaque match ! Pas de martingale ! Pas d'artifice ! Que du simple et vrai ! Accédez à la méthode
Ivan Perisic et Raphaël Varane vont se retrouver deux ans après.  (R. Martin/L'Équipe)

L. nations

La France et la Croatie se retrouvent ce mardi en Ligue des nations pour leur premier duel depuis la finale de la Coupe du monde 2018 remportée par les Bleus (4-2). Les deux sélections ont connu des trajectoires différentes.

Parcours : la Croatie bien moins rassurante que la France

17 matches joués : 8 victoires, 4 nuls, 5 défaites.
28 buts marqués, 26 buts encaissés.

La Croatie a terminé première de son groupe de cinq pays en qualifications pour l’Euro 2020 (décalé en 2021), devant le pays de Galles et la Slovaquie, avec un bilan de cinq victoires, deux nuls et une défaite. Les Croates ont seulement perdu en Hongrie le 24 mars 2019 (2-1), et ont fait deux belles prestations face à leurs dauphins gallois (2-1, 1-1).

Avant cela, la Croatie avait déçu lors de la première édition de la Ligue des nations, terminant dernière de son groupe derrière l’Angleterre et l’Espagne (une victoire, un nul, deux défaites). Lors de celle-ci, elle a notamment encaissé un cinglant 6-0 face à la Roja en septembre 2018, « ne honte» pour son sélectionneur, même si elle a pris sa revanche contre l’Espagne deux mois plus tard (3-2). Elle a mal débuté la nouvelle édition de la Ligue des nations samedi en perdant pied face au Portugal (1-4).

18 matches joués : 13 victoires, 3 nuls, 2 défaites.
35 buts marqués, 12 buts encaissés.

Placée dans un groupe de six, l’équipe de France a également terminé en tête de sa poule de qualifications pour l’Euro 2020 avec huit victoires, un nul et une défaite. Les Bleus ont seulement éprouvé des difficultés face à la Turquie, avec une prestation de triste mémoire à Konya (0-2), et un nul à domicile (1-1).

Comme la Croatie, Hugo Lloris et ses partenaires n’ont pas réussi à accrocher le Final 4 de la première édition de la Ligue des nations fin 2018. Alors qu’ils avaient besoin d’un point lors de leur dernier match de poule à Rotterdam, ils ont sombré après un match raté face aux Pays-Bas (0-2). Les victoires face aux Néerlandais (2-1) et aux Allemands (2-1) étaient pourtant prometteuses. Les Bleus de Deschamps ont mieux entamé cette nouvelle édition, avec un succès sérieux à défaut d’être brillant contre la Suède, samedi (1-0).

On remarque que la France n’a rien perdu de sa solidité depuis le Mondial, au contraire de la Croatie : elle concède seulement 0,67 but par match depuis l’été 2018 contre une moyenne de 1,53 but encaissé par rencontre côté croate.

Effectif : du renouvellement mais pas de révolution

En regardant les effectifs pour l’affrontement de ce mardi soir, on remarque qu’ils ont bien changé depuis la finale de Moscou. Côté Français, seuls 10 des 23 champions du monde sont présents, après le forfait de dernière minute de Steve Mandanda pour cause de Covid-19. Par rapport au onze titulaire du Mondial, Benjamin Pavard, qui revient de blessure, a été laissé au repos. Samuel Umtiti enchaîne les blessures et s’est éloigné du groupe France. Blaise Matuidi a lui fait le choix de l’exotisme en s’engageant en MLS cet été, tandis que Paul Pogba devait être présent mais a été testé positif au Covid-19. Lucas Hernandez, en manque de rythme, n’a pas joué contre la Suède samedi, mais est bien présent dans la liste.

lire aussi

Vidéo : où en sont les Bleus de la finale de 2018 ?

Les Mondialistes français présents ce mardi : Lloris, L. Hernandez, Kimpembe, Varane, Giroud, Griezmann, Mbappé, Kanté, Fekir, Nzonzi.

Côté Croate, Dalic a retenu 12 des 23 Mondialistes. Les stars de la sélection Luka Modric et Ivan Rakitic ont été laissés au repos pour cette semaine internationale. Par rapport au onze de la finale, Mandzukic, Strinic et Subasic ne sont plus là, après avoir mis un terme à leur carrière internationale. Corluka a lui aussi arrêté. La charnière Vida-Lovren est toujours en place, mais les latéraux ont totalement changé (comme ceux des Bleus). Sime Vrsaljko a perdu sa place au profit de Tin Jedvaj à droite, Barisic enchaîne à gauche. La nouvelle génération incarnée par Brekalo (22 ans), Vlasic (22 ans), Jedvaj (24 ans) ou encore Pasalic (25 ans) prend de l’importance.

Les Mondialistes croates présents ce mardi : Livakovic, Vrsaljko, Lovren, Jedvaj, Caleta-Car, Vida, Kovacic, Brozovic, Badelj, Perisic, Kramaric, Rebic.

On remarque que chez les Bleus, les plus gros temps de jeu sont des titulaires du Mondial 2018. Côté Croate, le défenseur du Bayer Leverkusen Tin Jedvaj (24 ans), qui n’avait joué qu’un seul match à la Coupe du monde, est devenu indispensable.

Alors qu’il n’a pas marqué un but au Mondial, Olivier Giroud est le meilleur des Bleus la finale de Moscou avec huit réalisations. Il devance Antoine Griezmann et Kylian Mbappé (six buts), deux autres titulaires de la Coupe du monde. Côté Croate, c’est un attaquant méconnu qui a marqué le plus de buts depuis le Mondial. International depuis mars 2019, Bruno Petkovic (25 ans, Dinamo Zagreb) a marqué six buts en neuf capes. Hors du groupe vice-champion du monde lui aussi, le milieu Nikola Vlasic (22 ans) a signé trois buts fin 2019.

Tactique : plus d’essais chez les Bleus

En place depuis octobre 2017, Zlatko Dalic n’a pas entamé de révolution tactique depuis le Mondial. Il a aligné son 4-3-3 modulable en 4-2-3-1 – selon la présence d’un joueur en véritable meneur de jeu ou non – lors de 16 des 17 matches joués par la Croatie depuis la finale de 2018. Seule exception, un test en 3-5-2 contre la Tunisie en juin 2019, qui s’est soldé par un échec manifeste (1-2).

Didier Deschamps a globalement priorisé le 4-2-3-1 champion du monde sur les matches qui ont suivi le titre, même si il a aussi testé à nouveau le 4-3-3 qu’il avait abandonné en cours de Mondial. Depuis deux rencontres, le sélectionneur des Bleus innove avec un schéma en 3-4-1-2, probant contre l’Albanie lors du dernier match de 2019 (2-0), un peu moins samedi contre la Suède (1-0). Ce système permet notamment à Mbappé d’être dans une position axiale, à côté de Giroud.