Gard : c’est reparti pour le train du Grau-du-Roi à un euro et… pour les contrôles – Championnat d’Europe 2020

24

Dispositif ostensible ce week-end : les forces de police font passer “un message”.

Objectifs : occuper le terrain et se rendre bien visible. Mission accomplie. Ce samedi, les forces de police ont mené une importante opération de contrôles à l’occasion de la remise en service anticipée du train à un euro. La Région Occitanie a, en effet, choisi de faire débuter l’offre une semaine plus tôt sur le trajet gardois afin de permettre aux usagers de profiter de la plage à l’occasion de ce week-end de trois jours.

“Une ligne familiale”

Sauf que ladite ligne fait parfois tristement parler d’elle, pour des incivilités. “Chaque année, en collaboration avec la Sûreté générale (Suge) de la SNCF, on mène des actions de contrôle et de surveillance sur le train à un euro, rappelle Laurent Siam, directeur interdépartemental de la Police aux frontières (Paf) pour l’Hérault, le Gard et la Lozère, qui pilote les opérations. Là, on a voulu marquer le coup, dès le premier jour : notre but est de faire en sorte que tout se passe bien, pour toute la saison. On continuera à être présent.”

Et le commissaire divisionnaire de souligner : “Il ne faut pas nourrir de fantasmes non plus, il n’y a aucun problème dans la grande majorité des trajets. Mais parfois, c’est vrai, des voyous viennent perturber le bon déroulement du voyage… C’est une ligne familiale et elle doit le rester.”

Ce week-end, avec le renfort de huit fonctionnaires d’une brigade d’appui de Marseille, la Paf a soigneusement contrôlé chaque passager. Histoire de “faire passer le message” pour le reste de l’été : le train à un euro vers la mer doit rester synonyme de tranquillité.

En gare de Nîmes avant les deux départs du début d’après-midi (13 h 06, 13 h 49), puis à bord des wagons, ensuite à l’arrivée au Grau puis encore au retour : les forces de l’ordre ont procédé à un contrôle minutieux de tous les passagers sans exception. Afin de vérifier que personne ne transportait d’alcool (c’est interdit par arrêté préfectoral), d’armes ou de stupéfiants (interdits par la loi et synonyme de procédure) et que le port du masque, en gare comme dans le train, était bien respecté. Le contrôle des titres de transport, ça, c’est le rôle de la SNCF.

Aucune interpellation

“Tout s’est bien passé, la journée s’est déroulée dans le calme”, indiquait Laurent Siam en soirée, à l’heure de dresser le bilan. Aucune interpellation n’a été réalisée.

Seul fait notable : un groupe de jeunes hommes a dû abandonner une bouteille de vodka et quelques mélanges à quai avant de pouvoir embarquer. L’après-midi à la plage s’est donc écoulée paisiblement, à l’eau claire.

Jusqu’à la fin du mois de septembre

La Région Occitanie remet en service cet été ses cinq lignes de train à un euro. Une offre qui court sur quatre mois, de juin à septembre, mais qui a donc débuté avec un peu d’avance pour la ligne Nîmes-Le-Grau-du-Roi dès ce week-end (les autres trajets : Carcassonne-Quillan, Perpignan-Villefranche-Vernet-les-Bains, Marvejols-La Bastide-Saint-Laurent-les-Bains, Béziers-Bédarieux-Saint-Chély-d’Apcher). Comment ça marche ? Tous les billets pour ces lignes sont à un euro. Ils peuvent être achetés sur le site www.ter.sncf.com/occitanie (ne les cherchez pas sur le site sncf.fr), via l’appli SNCF ainsi qu’aux distributeurs régionaux et aux guichets des gares des lignes concernées. Le billet est valable un jour uniquement, il est non échangeable et non remboursable.