Hand: Cléopatre Darleux retrouve le plaisir de l’équipe de France en Golden League – Euro 2020

11
Découvrez la méthode incroyable des Gains aux paris sportifs qui peut atteindre jusqu'à 1.800€ en 18 jours en jouant toujours la même mise sur chaque match ! Pas de martingale ! Pas d'artifice ! Que du simple et vrai ! Accédez à la méthode

Publié le 30 sept. 2020 à 14:58Mis à jour le 1 oct. 2020 à 7:50

La gardienne Cléopatre Darleux retrouve cette semaine le plaisir des rassemblements en équipe de France de handball avec la Golden League au Danemark, préparation pour l’Euro-2020 programmé dans deux mois, après des absences à l’Euro-2018 (blessure) et au Mondial-2019 (maternité).

“Ça fait vraiment longtemps, presque deux ans. C’était la dernière étape de la Golden League” fin mars 2019, se souvient Cléopatre Darleux, gardienne de but chez les Bleues et à Brest. Elle avait été appelée à l’époque mais n’avait pas joué à Clermont-Ferrand. “Ça fait plaisir de revoir toutes les têtes, encore plus après cette longue période Covid.”

La dernière fois que Darleux a revêtu le maillot de l’équipe de France, c’était fin septembre 2018 à Viborg contre la Norvège, le Danemark et la Pologne. Elle avait été appelée pour le rassemblement de mars 2020, finalement annulé pour cause de Covid-19.

De jeudi à dimanche, les joueuses d’Olivier Krumbholz se rendent au Danemark pour trois rencontres amicales, dans le cadre de la Golden League: contre le Monténégro jeudi, la Norvège samedi et le Danemark dimanche.

L’occasion pour Darleux de se montrer de nouveau, alors que les deux titulaires habituelles du poste, Amandine Leynaud et Laura Glauser, sont absentes du rendez-vous danois – Glauser sur blessure, Leynaud à sa demande et en accord avec le staff.

Les trois Bleues font partie des meilleures au monde à ce poste, avec la Néerlandaise Tess Wester, championne du monde 2019.

– “Prendre le dessus mentalement” –

“L’objectif, c’est vraiment d’être performante, ici ou en club. C’est de prendre du plaisir au maximum et d’apporter ce que je peux à l’équipe. Et surtout, de revenir en forme après mes blessures et ma grossesse. J’ai envie de continuer sur la durée, de retrouver mon niveau et de l’élever encore”, clame l’Alsacienne de 31 ans, Haut-Rhinoise de naissance.

Les Françaises, qui défendront leur titre continental en décembre au Danemark (Herning) puis en Norvège (phase finale à Trondheim), reprennent la compétition après l’échec du Mondial-2019 au Japon en décembre.

“Le leitmotiv, c’est se remettre en question, sans tout remettre en question. C’est l’axe pour tout le monde. Et tous responsables mais personne coupable”, glisse le sélectionneur Olivier Krumbholz.

L’Euro-2020, “c’est loin mais ça arrive tellement vite. On a pas beaucoup de temps pour travailler. C’est un début pour leur faire peur aussi, prendre le dessus mentalement”, estime de son côté Darleux, championne du monde en 2017 avec les Bleues en Allemagne.

A deux mois de l’Euro, pas question toutefois de dévoiler toutes ses cartes. “On va travailler au plus près de nos stratégies, par contre on n’alignera jamais la meilleure équipe. Mais comme les filles sont assez proches, on devrait avoir une bonne équipe à chaque fois”, ajoute le sélectionneur.

A Horsens, Randers et Viborg -où Darleux a passé deux saisons de 2012 à 2014-, dans le Jutland central, les Françaises affronteront deux de leurs trois adversaires d’un groupe compliqué au premier tour de l’Euro-2020: le Danemark et le Monténégro.

Après ce tournoi, les Bleues auront une dernière répétition générale en Norvège fin novembre, avant de plonger dans l’Euro.

Programme

Jeudi

(17h45) France – Monténégro

Samedi

(13h45) France – Norvège

Dimanche

(17h15) France-Danemark