La crise du covid a dopé les ventes en ligne d’Ahold Delhaize – Euro 2020

52

Comme prévu, Ahold Delhaize boucle l’année 2020 sur une nette croissance de ses revenus. Ils frisent les 75 milliards d’euros, dépassant les prévisions des analystes.

La crise du Covid-19 et, dans une moindre mesure, un calendrier allongé à 53 semaines ont donné un solide coup de fouet aux revenus d’Ahold Delhaize

. Le distributeur néerlando-belge a réalisé en 2020 des ventes nettes de 74,5 milliards d’euros, croissant ainsi de 14,2% à change constant. Une performance qui dépasse les attentes des analystes, qui tablaient sur un chiffre d’affaires de 73,7 milliards.

La croissance est particulièrement spectaculaire aux États-Unis (+15,6% à 45,5 milliards d’euros), qui absorbent 60% de l’activité du groupe. L’impact positif de la fermeture de l’horeca y est plus fort: les Américains mangent plus volontiers hors de chez eux que les Européens. Ce qui n’a pas empêché les filiales européennes, et en particulier les deux plus grosses, Delhaize en Belgique et Albert Heijn aux Pays-Bas, de gonfler leurs revenus de 12,1% à 29,3 milliards d’euros.

+105,1

%

La croissance des ventes en ligne est particulièrement spectaculaire aux États-Unis, où elles ont plus que doublé.

Cette croissance, attendue dans le contexte que l’on connaît, avec un horeca resté fermé une bonne partie de l’année sur les principaux marchés (États-Unis, Pays-Bas, Belgique), est encore plus spectaculaire sur les ventes en ligne. Au 4e trimestre, elles ont bondi de 84,2% à 2,6 milliards d’euros, portant le total annuel à 7,6 milliards (+66,6%).

bol.com omniprésente

La croissance est particulièrement spectaculaire aux États-Unis, où les ventes en ligne ont plus que doublé (+105,1%). En Europe, elles ont bondi de 57,4% à 5,6 milliards, dont 4,3 milliards pour la seule plateforme bol.com, omniprésente aux Pays-Bas et en Belgique. Avec un total de 7,6 milliards de revenus, Ahold Delhaize dépasse nettement l’objectif de 7 milliards de ventes en ligne qu’il s’était fixé pour 2020.

“Avec une capacité accrue et le prolongement de ce momentum (lié à la pandémie, NDLR), nous prévoyons en 2021 une croissance de plus de 30% des ventes en ligne et de plus de 60% aux États-Unis”, indique Frans Muller, le CEO d’Ahold Delhaize. À elle seule, bol.com devrait rapporter 5 milliards en 2021.

Les indicateurs de rentabilité sont eux aussi à la hausse. Le résultat d’exploitation (Ebit) sous-jacent atteint 811 millions d’euros (+10,8%) au 4e trimestre, pour un total de 3,6 milliards sur l’année (+31,2%). Là aussi, les attentes des analystes sont dépassées. La marge opérationnelle est ainsi portée de 4,2% en 2019 à 4,8% un an plus tard.

Prévision prudente

Malgré des coûts liés au covid estimés à 680 millions d’euros, le groupe a pu réaliser 844 millions d’euros d’économies en 2020 et table sur 750 millions d’économies supplémentaires cette année.

Pour 2021 (qui comptera une semaine de moins, Ahold Delhaize prévoit une marge opérationnelle d'”au moins 4%”. Un prévision assez prudente qui s’explique par le reflux enregistré au 4 trimestre, avec une marge ramenée à 4,1% contre 4,4% un an plus tôt. Le cash flow disponible devrait quant à lui tourner autour de 1,6 milliard d’euros, ce qui devrait lui permettre d’atteindre l’objectif de 5,6 milliards sur les exercices 2019-2021.

Le conseil d’administration d’Ahold Delhaize propose le versement d’un dividende de 0,90 euro (+18%).