la France officiellement en récession, des indicateurs alarmants en zone euro – Championnat d’Europe 2020

87

Publié le : Modifié le :

Le produit intérieur brut français a chuté de 5,8% et la consommation des ménages s’est effondrée de 17,9%. L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) vient de publier les chiffres pour le premier trimestre 2020 et, comme l’on s’y attendait, ils ne sont pas bons. La pandémie du coronavirus frappe également durement l’emploi et la croissance en Europe.

Moins 5,8% du PIB sur un trimestre, c’est du jamais-vu en France depuis 1949, date des premières évaluations trimestrielles de l’Insee. Ce recul succède à celui du dernier trimestre de l’année dernière de 0,1% et confirme que la France entre bien en récession. Une telle contraction de la croissance est inédite dans un contexte qui l’est tout autant.

Les mesures de confinement mises en place depuis le 17 mars pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 avec la fermeture des commerces et la mise au chômage partiel de plus de 11 millions de Français ont eu une répercussion directe sur la consommation des ménages.

Selon l’Insee, les Français ont réduit leurs dépenses de plus de 6%.  Ils ont moins consommé de biens, de services, d’énergie, seules les dépenses alimentaires ont augmenté. En volume, la consommation des ménages a chuté au total de 17,9%. C’est la plus forte baisse depuis 1980. Ce n’est guère mieux du côté des entreprises où l’investissement recule de 11,8%.

Pour l’Insee, chaque mois de confinement risque d’amputer la croissance de 3 points par an. Au regard de la situation actuelle, le gouvernement table sur un recul de 8% du PIB pour cette année.


► Un désastre européen

La pandémie frappe durement l’emploi et la croissance eu Europe, c’est un constat déjà anticipé mais confirmé ce jeudi par les derniers chiffres d’Eurostat, l’office européen des statistiques qui publie des indicateurs alarmants pour la zone euro, avec une récession qui se creuse et des taux record attendus pour le chômage. Ces chiffres liés au coronavirus sont pour les 19 pays de la zone euro les pires de l’Histoire.

Avec notre bureau à Bruxelles,

En février dernier, le taux de chômage de la zone euro était tombé à 7,3%, soit son niveau le plus faible depuis le moment où la crise financière avait touché de plein fouet l’Europe au printemps 2008. Il y a un mois, en mars dernier, le chômage en Europe était déjà légèrement remonté, à 7,4%. Mais ces chiffres publiés plus tardivement que les autres sont en décalage avec ceux de la croissance. On sait déjà que l’Allemagne enregistre plus de 13% de chômage et les autres pays vont suivre.

Pour la croissance, au premier trimestre 2020, la récession frappe durement. Le PIB s’effondre de -5,8% en France, -5,2% en Espagne, ou -4,7% en Italie. Le niveau moyen de la zone euro montre un recul de -3,8% par rapport au dernier trimestre 2019. Depuis que les statistiques de la monnaie unique ont commencé à être établies en 1995, jamais Eurostat n’avait enregistré de chiffres aussi mauvais.

Et encore ces statistiques portent-elles sur un trimestre où seul le dernier mois, à savoir le mois de mars, a été perturbé par le coronavirus. Ce sont les chiffres du deuxième trimestre qui donneront dans trois mois la véritable ampleur du désastre.

P.B

Notre sélection sur le coronavirus SARS-CoV-2