Le poste de latéral droit, talon d’Achille de l’équipe de France ? (3/6) – Championnat d’Europe 2020

26

C’est peut-être la grande faiblesse de cette équipe de France championne du monde. Didier Deschamps devra encore se creuser les méninges pour choisir les deux arrières droits qui intégreront la liste pour l’EURO 2020. Troisième partie du dossier : État des lieux des forces en présence.

« Il y a beaucoup de joueurs français qui évoluent à ce poste-là, après au niveau international, les exigences sont plus élevées. Certainement qu’il y a un travail plus spécifique à faire à ce poste avec cette qualité défensive qui doit être là, mais aussi un travail de gamme sur la qualité des centres sur les différentes situations. Il y a des périodes où parfois, à certains postes, vous pouvez avoir beaucoup de monde et pendant une certaine période c’est peut-être un peu moins fourni » avait admis Didier Deschamps en conférence de presse en mars 2019 à propos du poste de latéral droit. Le sélectionneur français avait d’ailleurs déjà eu beaucoup de mal à choisir pour aller à la bataille en coupe du Monde et il avait sorti de son chapeau la surprise Benjamin Pavard, défenseur central de formation qui évoluait à l’époque à Stuttgart.

Depuis, rien n’a changé. Il s’agit toujours du poste où les forces en présence sont quantitativement et qualitativement en dessous. En octobre 2020, lors du dernier rassemblement, Didier Deschamps avait dû appeler Ferland Mendy (Real Madrid) pour palier au forfait de Léo Dubois (Lyon). Il l’avait même titularisé à droite en Croatie. Ensuite, il avait sorti du chapeau Ruben Aguilar (Monaco) qui, à 27 ans, n’avait jamais connu les Bleus, ni les Bleuets. DD avait même pensé à appeler l’ancien marseillais qui a été transféré au Bayern Munich l’été dernier, Bouna Sarr. Pourtant, il n’a jamais connu de sélection à l’âge de 28 ans. Le choix est pauvre pour le sélectionneur français et chez les Espoirs, Sylvain Ripoll, a les mêmes problèmes.

Un choix sûr : Benjamin Pavard !

Lors de la dernière coupe du Monde, Didier Deschamps avait appelé deux défenseurs dans sa liste des 23. Benjamin Pavard avait été choisi comme numéro 1 et Djibril Sidibé, le latéral droit de l’AS Monaco, était là pour apporter du renfort à ce poste. Pour le premier, l’ancien coach de l’OM devrait lui réitérer sa confiance pour partir à la conquête de l’EURO 2020. Avec 26 matchs joués pour 19 titularisations en équipe de France, il est devenu un cadre du système de Didier Deschamps. On voit mal comment le défenseur munichois pourrait rester à la maison. Il est devenu le chouchou, comme un symbole depuis sa frappe majestueuse face à l’Argentine au Mondial. Pour le second, qui a connu une période compliquée même s’il revient en force avec l’ASM de Niko Kovac, il n’est pas certain de faire partie de l’aventure. Il reste donc une seconde place à prendre pour cinq possibilités.

Benjamin Pavard (99% de chances)

Le poste de latéral droit, talon d'Achille de l'équipe de France ? (3/6) - Championnat d'Europe 2020

Il est appelé en Bleu à chaque rassemblement depuis la victoire en coupe de Monde. 26 match joués pour 19 titularisation en équipe de France. Il a déjà inscrit 2 buts avec la sélection dont un inoubliable qui marquera l’histoire du football français face à l’Argentine de Lionel Messi en CDM 2018. Titulaire avec le Bayern, il comptabilise 20 rencontres avec le Bayern depuis le début de la saison. Didier Deschamps continuera de lui faire confiance, c’est certain. Il n’y a qu’une blessure qui pourrait le priver d’EURO 2020.

Léo Dubois (80% de chances)

Le poste de latéral droit, talon d'Achille de l'équipe de France ? (3/6) - Championnat d'Europe 2020

Il a connu sa 1ère sélection en juin 2019 et en est à 6 aujourd’hui sous le maillot bleu. Il compte une passe décisive lors des éliminatoires de l’Euro 2020 et reste performant avec Lyon, 2e de Ligue 1, avec un but récemment à la dernière minute contre Bordeaux. Sa place de titulaire à l’OL et sa régularité en Ligue 1 depuis ses premiers pas à Nantes en 2014 lui permettent d’être l’un des favoris pour prendre la 2e place disponible au poste d’arrière droit. Il est auteur de 2 buts et 3 passes décisives en 23 matchs joués cette saison, ce qui prouve également un bon apport offensif. Un argument qui pourrait peser dans la balance…

Djibril Sidibé (65% de chances)

Le poste de latéral droit, talon d'Achille de l'équipe de France ? (3/6) - Championnat d'Europe 2020

Auteur d’une première partie de saison difficile, laissé sur le banc, il a regagné sa place depuis la trêve en restant à Monaco. Le latéral droit qui a connu une aventure en Angleterre avec Everton récemment est en train de revenir à son meilleur niveau. Pas appelé depuis octobre 2019 en équipe de France mais présent lors de la CDM 2018, il pourrait convaincre DD de jouer la stabilité en ne changeant pas une équipe qui gagne. Avec 16 apparitions pour deux passes décisives cette saison, il est dans les meilleures conditions, avec un groupe en pleine bourre, pour avoir sa carte à jouer.

Nordi Mukiele (15% de chances)

Le poste de latéral droit, talon d'Achille de l'équipe de France ? (3/6) - Championnat d'Europe 2020

Le latéral droit de 23 ans est une valeur sûre en Allemagne dans son club du RB Leipzig. Titulaire indiscutable, il en est à 16 apparitions cette saison en Bundesliga pour deux buts et une passe décisive. Il a aussi participé à tous les matchs de Champions League de son équipe pour un but. Ce qui lui porte préjudice ? Peut-être son âge, son rôle de piston droit dans une défense à 3 à Leipzig (idem quand il jouait à Montpellier) et le fait de n’avoir jamais joué avec l’équipe A des Bleus. Il compte tout de même 2 matchs avec les -18 ans, 1 avec les -19, 6 avec les -20 et 6 avec les Espoirs. Et si c’était quand même lui la relève ?

Jules Koundé (La surprise du chef : 1% de chance)

Le poste de latéral droit, talon d'Achille de l'équipe de France ? (3/6) - Championnat d'Europe 2020

Attention. Didier Deschamps pourrait sortir de sa botte une autre surprise. A l’image de Benjamin Pavard lors de la dernière compétition internationale, il pourrait tenter le pari fou d’amener avec lui Jules Koundé, défenseur central de formation qui évolue parfois à droite à Séville. On lui a souvent reproché sa petite taille (1m78) pour un défenseur central, alors pourquoi pas tenter d’évoluer sur un côté ? « A un moment, je jouais arrière droit parce qu’un entraîneur me voyait comme ça, trop petit. Mais je n’ai pas peur d’aller de l’avant, c’est une de mes forces en fait. Pour moi, la taille n’est pas seulement une question de centimètres. Le plus important, c’est de jouer au plus malin. Si on écoute beaucoup de gens, Cannavaro n’aurait pas pu jouer comme défenseur central dans sa carrière, et il a fini par obtenir un Ballon d’or, il a joué pour le Real Madrid. Il faut changer le point de vue selon lequel il faut toujours être grand à ce poste, ou très fort » avait déclaré le joueur.

Si le défenseur sévillan a également une chance d’être appelé, c’est que Kyllian Mbappé, devant, ne fait que très peu d’efforts pour défendre. En effet, connaissant le pragmatisme de Didier Deschamps, il préférera peut-être un joueur qui sait très bien défendre plutôt qu’un latéral droit offensif. Mais ne réduisons pas non plus Jules Koundé à son potentiel défensif. Il est aussi un joueur qui sait transpercer les lignes balle au pied, il l’a prouvé il y a quelques jours avec le FC Séville en inscrivant un but exceptionnel face au Barça après une longue chevauchée fantastique sur le côté droit. On vous laisse apprécier cette merveille en vidéo.

Autre solution, le sélectionneur français pourrait prendre un troisième latéral gauche pour jouer à droite comme Ferland Mendy par exemple. D’autres joueurs peuvent encore espérer y croire, mais le pourcentage de chance de rejoindre l’EURO avec les Bleus est presque nul. On pense à des joueurs comme Ruben Aguilar qui a récemment connu l’équipe de France pour la première fois mais qui perd petit à petit sa place de titulaire à l’ASM au profit de Djibril Sidibé. On pense également à Bouna Sarr, qui a failli être appelé par Didier Deschamps dernièrement, mais qui est remplaçant au Bayern. Il y a également Colin Dagba, mais le jeune latéral est aussi sur le banc au PSG. Enfin, Kévin Malcuit vient tout juste de changer de club (de Naples à la Fiorentina) et ne compte que très peu de temps de jeu cette saison. On ne les voit pas faire partie de l’aventure.

Le calendrier de l’équipe de France pour l’EURO 2020

Fin mars 2021 : deux matchs amicaux
Début juin 2021 : deux matchs de préparation à l’Euro

Euro 2020 (1er tour)
Mardi 15 juin 2021 (21h), à Munich : Allemagne – France
Samedi juin 2021 (15h), à Budapest : Hongrie – France
Mercredi 23 juin 2021 (21h), à Budapest : Portugal – France

Demain, dans la 4e partie de notre dossier sur le poste de latéral droit, nous verrons que la surprise pourrait également résider dans la relève, chez les jeunes qui montent.

Crédit photo : Icon Sport

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟