Le taux de rendement 2020 des placements et actifs – Foot 2020

9
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace
Actifs sans risque, immobilier, marchés financiers, devises, bitcoin, pétrole, or ... le point sur la performance des différents actifs et placements sur l'année 2020. (Crédit photo: 123RF)

Actifs sans risque, immobilier, marchés financiers, devises, bitcoin, pétrole, or … le point sur la performance des différents actifs et placements sur l’année 2020. (Crédit photo: 123RF)

Actifs sans risque, immobilier, marchés financiers, devises, bitcoin, pétrole, or … le point sur la performance des différents actifs et placements sur l’année 2020.

Les actifs sans risque

En 2020, dans le prolongement des années précédentes, les taux d’intérêt sont restés à des niveaux historiquement bas. Le taux d’emprunt de l’État Français est négatif à – 0,41%. Par conséquent, les actifs dans risque continuent à proposer des rendements faibles : le Livret A rapporte 0,5% et le PEL 1%. Les fonds en euros des contrats d’assurance vie, dont la rémunération avait chuté à 1,46% en 2019, devraient voir leur rendement baisser à nouveau en 2020 autour de 1%.

L’Immobilier

  • L’Immobilier d’habitation

Si le resserrement de l’accès au crédit souhaité par la Banque de France et les deux confinements ont impacté le nombre de transactions, les prix de l’immobilier n’ont pour autant pas baissé. Pendant le premier confinement, la hausse des prix immobiliers a ralenti, mais les prix n’ont pas baissé et dès la fin du confinement, la hausse a repris. À tel point que, contre toute attente, les prix immobiliers ont même continué d’augmenter dans les villes françaises de plus de 100.000 habitants. Selon le baromètre immobilier LPI-SeLoger, l’année 2020 s’achève sur une hausse des prix immobiliers de 6.5%, après une hausse de + 4.8% en 2019 et de + 3.4% en 2018. 

À ce stade, les SCPI ont montré leur résilience et leur capacité à distribuer des revenus réguliers même en cas de crise. La plupart des sociétés de gestion ont communiqué leurs rendements prévisionnels pour 2020. Selon l’observatoire des SCPI de Linxea, le rendement moyen des SCPI a été peu impacté par la crise sanitaire et devrait ainsi dépasser les 4%. Cette performance moyenne cache toutefois de fortes disparités entre les différentes typologies de SCPI.

Ainsi, l’hôtellerie, secteur le plus durement touché, devrait afficher une baisse moyenne de 50% du rendement en 2020, suivi par le commerce avec une baisse de 14,8%. Les actifs de bureau et les actifs diversifiés ont mieux résisté mais subiraient une baisse d’environ 7% alors que ceux de la logistique et la santé restent les mêmes. 

Les SCPI diversifiées et les SCPI spécialisées qui investissent sur des actifs acycliques, peu ou pas impactée par le confinement comme le résidentiel, la santé ou la logistique sont les grandes gagnantes de cette année 2020. 

Les marchés financiers

La crise sanitaire et les confinements ont paralysé les économies et provoqué une chute vertigineuse des marchés financiers en début d’année 2020.  En un mois, le CAC 40, qui évoluait autour de 6.000 points, a perdu 64% pour tomber à 3.754 points. En fin d’année, l’indice est pratiquement revenu à son niveau de début d’année 2020 et limite la casse en ne perdant que 7,14% sur l’année. La découverte des vaccins contre le virus et le plan de soutien européen ont fortement joué. Tout comme le CAC 40, les autres indices européens ont terminé 2020 en repli : l’Eurostoxx 50 a par exemple perdu 5%.

Aux États-Unis, où la reprise est plus forte et plus rapide, le Dow Jones termine l’année à + 6,42% et le Nasdaq, reflet des valeurs « tech », gagne 43%. Les grandes sociétés de la tech font partie des grandes gagnantes de cette crise. L’action Amazon par exemple, a gagné 70%.
Au Japon, le Nikkei atteint son plus haut niveau depuis trois décennies et termine à +16%. Grâce à la réactivité des autorités et au soutien massif de sa banque centrale, la situation sanitaire du Japon a évolué plus rapidement et plus favorablement que dans les pays occidentaux.

Les Devises

En 2020, le dollar est en perte de vitesse face à l’euro dont la valeur s’est appréciée de 9,1%. Le plan de relance européen de 500 milliards financé par des emprunts communs a fortement joué en ce sens.

Le Bitcoin

Face à la crise sanitaire, les banques centrales et les États ont pris des mesures pour soutenir leurs économies et les marchés financiers en abaissant leurs taux et en inondant, sans limite, les marchés de liquidités. Dans ce contexte, le Bitcoin, monnaie numérique qui n’est soumise à l’autorité d’aucun État, d’aucun système monétaire ni d’aucune contrainte règlementaire, a su tirer son épingle du jeu. Le Bitcoin s’est imposé comme valeur refuge et a vu sa valeur progresser de +267% sur l’année 2020.

Les Matières premières

Le cours du pétrole a durement souffert de la crise sanitaire et des conséquences du confinement : son cours a perdu 22% sur l’année 2020.
Face aux nombreuses incertitudes qui ont tourmenté les marchés financiers, l’or a joué son rôle de valeur refuge et a vu son cours s’apprécier de 24% en 2020.