Les actions en Europe reculent sur fond de craintes – Euro 2020

21

PARIS (Reuters) – Les principales Bourses européennes reculent mardi en début de séance, les inquiétudes sur l’évolution de la crise sanitaire et les tensions entre les Etats-Unis et la Chine éloignant les investisseurs des actifs risqués.

À Paris, l’indice CAC 40 perd 0,51% à 4.946,43 points vers 07h40 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,44% et à Londres, le FTSE abandonne 0,9%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,39%, le FTSEurofirst 300 de 0,65% et le Stoxx 600 de 0,44%.

Le coronavirus continue de se propager, notamment aux Etats-Unis, où plus de cinq millions de personnes ont été contaminées depuis le début de la pandémie.

L’administration Trump ne cesse pour sa part de s’en prendre à la Chine. Elle a ainsi annoncé lundi un durcissement des restrictions imposées à Huawei Technologies afin de limiter davantage son accès aux semi-conducteurs disponibles dans le commerce.

Dans ce contexte, les actions ont besoin d’un catalyseur pour reprendre leur marche en avant.

La publication, mercredi, du compte rendu de la réunion monétaire de juillet de la Réservé fédérale pourrait donner aux investisseurs des indications sur la direction à prendre.

VALEURS EN EUROPE

Tous les secteurs reculent modérément en début de séance.

A Paris, Lagardère cède 4,73% dans les premiers échanges. Le groupe a annoncé lundi soir la mise en oeuvre d’une nouvelle “feuille de route stratégique” et une évolution de sa gouvernance, mais son conseil de surveillance a prolongé de quatre ans le mandat de gérant en commandite d’Arnaud Lagardère.

Accor perd pour sa part 1,12% après une dégradation de sa note de crédit à “BB+” par l’agence de notation Standard & Poor’s en raison de l’impact de la crise sanitaire sur le secteur du tourisme.

La plus forte baisse du Stoxx 600 est pour le joaillier Pandora, qui chute de 7,15% après avoir dit tabler sur une progression de ses ventes au second semestre par rapport au premier en dépit de la fermeture d’une partie de ses boutiques en août à cause de nouvelles mesures de confinement liées à l’épidémie de coronavirus.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini lundi en ordre dispersé, la progression des valeurs technologiques permettant au Nasdaq d’établir un record et au Standard & Poor’s 500 d’approcher le sien tandis que le repli des bancaires pénalisait le Dow Jones.

Ce dernier a perdu 86,11 points, soit 0,31%, à 27.844,91.

Le S&P 500, plus large, a pris 9,14 points, soit 0,27%, à 3.381,99.

Le Nasdaq Composite a progressé quant à lui de 110,42 points, soit 1%, à 11.129,73, un record de clôture, après avoir atteint en séance 11.144,527, un niveau sans précédent.

Il s’agit du cinquième record de clôture depuis le début du mois pour cet indice, au sein duquel les valeurs technologiques sont prépondérantes.

Le S&P 500, lui, a fini à moins de 0,4% de son record du 19 février dernier (3.393,52 points), grâce principalement à la bonne santé du secteur high-tech.

Les contrats à terme signalent pour l’instant une ouverture en léger repli pour une séance qui verra les investisseurs réagir aux résultats des distributeurs Home Depot, Walmart et Kohls.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a perdu 0,2% et l’indice MSCI regroupant les valeurs d’Asie et du Pacifique (hors Japon) prend 0,2%.

CHANGES/TAUX

Du côté des devises, le dollar cède 0,2% face à un panier de référence, pénalisé par la persistance des tensions entre les Etats-Unis et la Chine. L’euro en profite pour remonter vers 1,19 dollar.

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans perd deux point de base à 0,66% pour s’éloigner un peu plus d’un pic de sept semaines à 0,727% touché la semaine dernière à la faveur d’adjudications records. Dans les premiers échanges en Europe, son équivalent allemand suit le mouvement pour redescendre à -0,47%.

PÉTROLE

Les deux contrats de référence sur le brut baissent un peu, à 45,31 dollars le baril pour le Brent de mer du Nord et 42,78 dollars pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI).

(édité par)