les mots de l’année 2020 en Bourse – Foot 2020

26

La bataille Veolia-Suez, celle pour le contrôle de Lagardère, la direction d’Unibail renversée… les actionnaires ont bougé lors du second semestre de l’année.

Lire aussi : Les nouvelles promesses de BlackRock en matière d’engagement actionnarial

Les investisseurs ont été satisfaits de sa victoire, d’autant plus que certaines parties de son programme seront limitées par un Sénat penchant républicain.

  • Cour constitutionnelle allemande

Elle a mis en demeure début mai la BCE de justifier ses mesures, sous peine d’interdire à la Bundesbank d’y participer. La BCE a apporté les réponses durant l’été.

La pandémie a ravagé les Bourses en mars. Le CAC 40 a perdu près de 40% en quatre semaines.

Lire aussi : Bourses : comme un parfum de corona-krach

Le nom du Spac (special purpose acquisition company), lancé sur les marchés par le trio Niel-Pigasse-Zouari pour bâtir une grande entreprise dans la consommation durable. L’outil, à la mode aux États-Unis, permet de lever des fonds pour acheter une entreprise encore à définir et la mettre directement en Bourse.

Lire aussi : Le tandem Xavier Niel et Matthieu Pigasse lance une nouvelle SPAC dédiée au « bio »

L’opérateur de la Bourse de Paris est dans la dernière étape pour s’étendre vers une septième place financière, celle de Milan.

Le bilan de la réserve fédérale américaine, soit ses achats sur les marchés, est passé de 4.100 à 7.200 milliards de dollars.

Les valeurs de croissance (Growth en anglais), comme la technologie, la santé ou le luxe ont été plébiscitées, car moins liées au cycle économique.

Les tensions entre la Chine et les États-Unis se sont concentrées sur les technologies, et notamment les infrastructures 5G d’Huawei.

Mais où est-elle passée ? En 2020 encore, elle a été très faible, et négative en fin d’année en zone euro.

Lire aussi : L’inflation est restée stable en octobre, selon l’Insee

Un nombre record de fonds ont été labellisés Investissement social et responsable.

La dette “pourrie” a augmenté en 2020. Elle est émise par une entreprise mal notée par les agences de notation et elle est jugée risquée, mais plus rémunératrice.

Lire aussi : Petit lexique de la dette

En pleine panique, le CAC 40 a perdu plus de 12,28% le 12 mars, la pire chute de son histoire.

Reprise en “V”, rapide, en “U”, plus lente, en racine carrée, rapide puis lente: les analystes se sont interrogés pour décrire le rebond économique. Le “K” s’est imposé, montrant la disparité entre les gagnants et perdants.

L’indice mondial des marchés évoluait en hausse de 15% sur l’année mi-décembre.

L’indice de Wall Street héberge les grands gagnants de l’année boursière, les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft).

Lire aussi : Les Gafa, grands gagnants de la crise sanitaire

Refuge des investisseurs en temps de crise, l’or a dépassé 2.000 dollars l’once cet été, un record, avant de retomber vers 1.800 dollars l’once.

De Delhi à New York en passant par Paris, les particuliers se sont pressés vers la Bourse pour investir au moment de la chute des indices.

Le Quantitative Easing (assouplissement monétaire), a été massivement pratiqué par les banques centrales pour calmer les marchés: la banque centrale européenne (BCE) prévoit d’injecter jusqu’à 1.850 milliards d’euros avec son programme de rachat de dette privée et publique (PEPP) jusqu’en mars 2022.

L’élection présidentielle américaine puis les candidats-vaccins des laboratoires Pfizer/BioNtech et Moderna, ont porté le CAC 40 vers son meilleur mois en 30 ans en novembre, avec une hausse de 20%.

Les États de l’Union européenne ont convenu d’un plan de relance de 750 milliards d’euros, mais les investisseurs attendent un nouveau plan aux États-Unis.

La foncière a fait la pire performance du CAC 40 cette année, reculant de 54% mi-décembre malgré le rebond depuis novembre.

La perspective d’un vaccin contre le Covid-19, tant attendue pour se projeter sur 2021, a fait s’envoler début novembre les valeurs les plus décotées.

Lire aussi : Feu vert du régulateur pour la vente du vaccin Pfizer-BioNTech en UE

Le “stop and go” de l’activité économique avec les reconfinements a peu pesé sur les marchés, mais a donné une nouvelle lettre aux analystes.

Face à la montagne de dettes des États, les banques centrales se sont de facto mises dans une politique de “contrôle de la courbe des taux” souverain, qui ont touché des points bas historiques en Europe.

Les banques centrales ont abaissé leur taux directeur à près de zéro (Royaume-Uni, États-Unis) ou à zéro (BCE), des planchers historiques.