Les prix la consommation ont baiss de 0,7% en 2020 – Foot 2020

8
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

Zurich (awp) – Le renchérissement annuel moyen a atteint -0,7% en Suisse en 2020, selon les derniers chiffres publiés par l’Office fédéral de la statistique (OFS). Cette diminution des prix à la consommation s’explique notamment par la chute des tarifs des voyages et des transports aériens.

Le renchérissement annuel moyen correspond au taux de variation entre la moyenne de l’indice des prix à la consommation (IPC) d’une année par rapport à la précédente.

La diminution du renchérissement en 2020 reflète ainsi la baisse des prix par rapport à 2019, causé par l’impact de la crise pandémique dans le secteur du tourisme (tarifs des voyages) et des transports (produits pétroliers) notamment. Les loyers et les voitures neuves ont toutefois vu leur prix augmenter en cours d’année, d’après un communiqué publié mardi.

La chute des prix à la consommation en 2020 n’a pas concerné les produits indigènes, dont le renchérissement s’est avéré nul, mais davantage les produits importés, en recul de 2,9%.

Les économistes interrogés par AWP avaient vu juste, puisqu’ils avaient prévu un renchérissement entre -0,7% et -0,6% sur un an en décembre. Ils avaient en revanche calculé une variation mensuelle en décembre légèrement plus élevée entre 0,0% et +0,1%.

L’IPC a en effet reculé de 0,1% en décembre 2020 par rapport au mois précédent, pour s’établir à 100,9 points. L’OFS explique cette légère baisse par la chute des prix des médicaments et des légumes-fruits. Cet indice a d’ailleurs reculé de 0,8% en décembre par rapport au mois correspondant de 2019.

Selon l’économiste David Oxley de Capital Economics, l’inflation en Suisse pourrait repartir à la hausse, “notamment parce que l’impact déflationniste des précédentes hausses du franc devrait s’atténuer un peu”.

De manière générale, l’inflation devrait toutefois rester faible, “un casse-tête” pour la Banque nationale suisse (BNS) selon l’expert, qui devra maintenir des taux bas et donc limiter la marge de manoeuvre des politiciens. “Nous prévoyons un taux directeur de la BNS de -0,75% dans l’avenir proche”, indique M. Oxley.

nj/fr