Les tests Covid ont fait exploser les bénéfices du laboratoire bioMérieux en 2020 – Championnat d’Europe de Football 2020

98

Le laboratoire a enregistré un bénéfice net de plus de 400 millions d’euros l’année dernière. Il table sur une progression des ventes comprise entre 5 et 8% en 2021.

Le laboratoire bioMérieux, spécialiste des tests médicaux, a publié mercredi des résultats en forte progression l’an dernier, soutenus par sa gamme de tests de diagnostic pour le Covid-19, et il table sur des performances également solides en 2021. Le groupe a enregistré un bénéfice net de 404 millions d’euros, en hausse de plus de 48%, dopé en particulier par sa gamme de biologie moléculaire, selon un communiqué.

Le résultat opérationnel courant contributif, indicateur clé privilégié par la société, a fortement progressé pour atteindre 613 millions d’euros (+58%), soit une marge de 19,6% du chiffre d’affaires contre 14,5% un an auparavant. Le chiffre d’affaires a, lui, atteint 3,12 milliards d’euros, en hausse de 16,6% (+19,7% à taux de change et périmètre constants).

En 2021, le groupe vise une progression des ventes qui sera comprise cette fois-ci entre 5 et 8% à taux de change et périmètre constants. La progression au premier semestre devrait être particulièrement dynamique, dans la tendance du 4e trimestre, qui a vu les ventes bondir de plus de 20%, souligne la société.

Le pôle des applications cliniques en forte croissance

Dans le détail, le pôle des applications cliniques, qui représente 85% du chiffre d’affaires de bioMérieux et regroupe notamment les appareils de microbiologie et de biologie moléculaire, a enregistré une croissance organique (à taux de changes et périmètre constants) de plus de 23% sur un an à 2,66 milliards d’euros. Il a été particulièrement dynamisé par la division biologie moléculaire (+83,8% sur un an en organique à 1,2 milliard d’euros), grâce à la forte demande pour son panel respiratoire de diagnostic du Covid-19.

Au sein de ce pôle, la gamme de microbiologie reste toutefois en retrait sur un an (-5,3% à 950,7 millions d’euros), malgré un retour de la croissance des ventes de réactifs d’hémoculture au quatrième trimestre 2020. Le chiffre d’affaires du pôle applications industrielles a, lui, légèrement augmenté sur un an (+2,3% en organique à 454,7 millions d’euros) après avoir été freiné durant la majeure partie de 2020 par la décroissance du marché agroalimentaire.

Par région, l’Amérique du Nord, le plus gros marché de la société, a vu les ventes grimper de près de 40% en organique à 1,43 milliard d’euros, pour une progression d’environ 8% en Europe, son deuxième marché. L’Asie-Pacifique est, elle, restée quasi stable (+0,6%). La société, qui compte 12.800 employés, va proposer un dividende de 0,62 euro par action.