l’excédent commercial en hausse en 2020, malgré un recul des exportations – Foot 2020

39

L’excédent commercial de l’Italie a atteint 63,5 milliards d’euros en 2020, en hausse par rapport aux 56,1 milliards enregistrés l’année précédente, malgré la pandémie de coronavirus qui a freiné les exportations, a indiqué mardi l’Institut national des statistiques (Istat).

Les exportations ont chuté de 9,7% en 2020, «en dépit d’une reprise rapide après leur effondrement en mars et avril», les mois de strict confinement qui avaient paralysé l’activité économique, commente Istat. Il s’agit du pire résultat depuis la crise de la dette en 2009.

La chute des exportations, dont plus d’un tiers est dû au recul des ventes de biens d’équipement, concerne tous les principaux marchés. Si la baisse des exportations vers la Chine a été très limitée, elle a été importante vers les pays de l’Asean et de l’Opep, la France et le Royaume-Uni, note l’Istat.

La chute des exportations a été particulièrement forte pour les machines et équipements (-12,6%), les produits pétroliers raffinés (-42,1%) et les produits en cuir (-20,8%, hors vêtements). À l’inverse, les ventes de produits pharmaceutiques, chimiques, médicaux et botaniques (+3,8%) et de produits alimentaires, boissons et tabac (+1,9%) ont augmenté. Quant aux importations, elles ont diminué de 12,8% en 2020.

En décembre, l’excédent commercial de la troisième économie de la zone euro s’est accru de 1,7 milliard d’euros à 6,8 milliards, comparé au même mois de 2019. Les exportations se sont accrues de 3,3% en décembre sur un an, une accélération par rapport à la hausse constatée en novembre (+1,1%).

Parmi les secteurs qui ont contribué le plus à la hausse des exportations en décembre figurent les métaux de base et les produits métalliques (+21,8% hors machines et équipements), les moyens de transport (+28,5% hors véhicules), les produits alimentaires, boissons et le tabac (+7,8%) et les véhicules (+11%).

Les plus fortes baisses ont été enregistrées pour les produits pétroliers raffinés (-35,6%), les articles en cuir (-11,1%) et l’habillement (-9,6%). Les exportations ont augmenté en décembre de manière sensible vers l’Allemagne (+7,7%), les États-Unis (+7,9%), le Royaume-Uni (+12,5%) et la Chine (+18,3%). Les ventes aux pays de l’OPEP (-13,1%), au Japon (-9,7%) et à l’Espagne (-2,7%) ont en revanche diminué.

Les importations ont reculé de 1,7% en décembre sur un an, principalement en raison de la baisse des achats de produits provenant de la zone hors UE (-3,2%).