L’HUMEUR DE LA REDACTION. Strass et Payet pour les Bleues – Euro 2020

39

L’Euro 2020 de handball féminin se dispute actuellement au Danemark dans une bulle sanitaire aussi stricte que la défense d’une pivot batave dans le money time. Les joueuses de l’équipe de France n’en gardent pas moins un œil avisé sur le monde extérieur, grâce notamment aux réseaux sociaux.

Ainsi, entre deux prestations majuscules, la gardienne wittenheimoise des Bleues Cléopatre Darleux a eu l’occasion de tomber mercredi sur la première page de « L’Équipe ». En « Une », le footballeur de l’Olympique de Marseille Dimitri Payet livrait ses conseils beauté et une recette toute personnelle pour entretenir son winter body. « Quand je marque, je maigris », a donc fait office de titre principal, tandis que la victoire des handballeuses tricolores face à la Suède était réduite à la portion congrue en haut de page. Un choix éditorial que notre esprit confraternel nous interdira de commenter ici, si ce n’est pour dire qu’il a confirmé notre impression visuelle : le stratège olympien a bien trop peu marqué cette saison.

Cléopatre Darleux, qui a pour habitude de ne rien laisser passer, ne s’est pas gênée, elle, pour critiquer ce choix via son compte Twitter. « Super intéressante cette Une, bravo », écrivait-elle avec un soupçon d’ironie, joignant à la photo de la page concernée un petit emoji d’applaudissements. Une réaction sans méchanceté aucune, mais qui traduit tout de même l’agacement qui saisit régulièrement les sportifs ayant le malheur de réaliser un exploit le jour où s’est déroulé un match de foot, ou pire, le jour même où un footballeur a décidé de livrer les secrets de son régime.

Pour faire bonne mesure, Cléopatre a retweeté vendredi et samedi les Unes de « L’Equipe » qui étaient, cette fois, très largement consacrées aux performances des Bleues. Reste à espérer qu’elle aura encore l’occasion de le faire au lendemain de la grande finale disputée ce dimanche face à la Norvège. Disons-le tout net : on a eu un Payet mercredi, on veut plein de paillettes bleues ce lundi. Même et surtout au lendemain d’un choc de Ligue 1 à huis clos entre Lille et le PSG.