L’inflation et la remontée des taux freinent le CAC 40 – Foot 2020

50

Les anticipations d’inflation aux Etats-Unis pourraient encore fragiliser les principales Bourses européennes, jeudi 18 février. Les principaux marchés actions sont ainsi attendus proches de l’équilibre à l’ouverture dans le sillage de la clôture en demi-teinte de Wall Street. La hausse des prix est devenue un sujet de préoccupation pour les investisseurs. Dans ce cadre, les statistiques américaines du jour seront étudiées avec intérêt. Au chapitre des valeurs, un déluge de résultats annuels s’est abattu sur la Bourse de Paris. Rien que pour le CAC 40, Carrefour, Bouygues, Atos, Orange, Airbus et Capgemini ont dévoilé leurs comptes.

L’analyse technique du CAC 40

Du point de vue de l’analyse graphique, le bureau d’études DayByDay observe une nouvelle toupie, quasiment sans corps, réalisée dans des volumes forts à 3,9 milliards d’euros. Le mouvement haussier, démarré début février à proximité de 5.343 points, n’a plus de carburant après l’ouverture d’un troisième gap haussier. Une consolidation se développe : le gap pourrait être comblé avant tout redémarrage de la tendance.

>> A lire – Etats-Unis : “Le président de la Fed est-il trop prudent ?”

Les valeurs à suivre aujourd’hui

HRS

HRS a confirmé le succès de son introduction en Bourse avec l’exercice intégral de l’option de surallocation. Holding HR, actionnaire principal de HRS à hauteur de 77,9%, a cédé 501.554 actions au prix de l’offre (25,30 euros par action), soit un montant total de 12,7 millions d’euros, portant ainsi la taille du placement à 97,3 millions d’euros. En conséquence, le flottant représente désormais environ 25,4% du capital social de HRS.

>> Notre service – Testez notre comparateur de comptes-titres pour faire baisser vos frais de Bourse

ADP

Le groupe ADP a présenté mercredi soir des résultats 2020 fortement impactés par la crise du Covid-19. Ainsi, l’exploitant d’aéroports a accusé l’an dernier une perte nette (part du groupe) de 1,17 milliard d’euros, contre un bénéfice net de 588 millions d’euros en 2019. L’Ebitda ressort à 168 millions d’euros, soit une chute de 90,5% sur un an. Pour sa part, le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 2,14 milliards d’euros, soit un repli de 54,5%. Dans un contexte de pandémie, le trafic atteint seulement 96,3 millions de passagers, soit une baisse de 60,4% par rapport à 2019.

>> A lire aussi – Perte massive pour Air France-KLM en raison du Covid-19

CAPGEMINI

Capgemini a réalisé en 2020 un résultat net part du groupe en hausse de 12% à 957 millions d’euros. Le bénéfice par action (non dilué) est en hausse de 11% à 5,71 euros tandis que le résultat normalisé par action progresse de 14% à 7,28 euros. Hors impact transitoire de la réforme fiscale aux Etats-Unis, le résultat normalisé par action progresse de 7% à 7,23 euros. Le résultat d’exploitation s’inscrit en hausse de 5% à 1,502 milliard, soit 9,5% du chiffre d’affaires. La marge opérationnelle progresse de 8% en valeur à 1,879 milliard d’euros, soit un taux de 11,9% du chiffre d’affaires.

KLEPIERRE

Après Unibail-Rodamco et Mercialys, c’est désormais au tour de Klépierre de présenter ses résultats 2020. Sans surprise, la crise du Covid-19 est passée par là. Ainsi, la foncière spécialisée dans les centres commerciaux a dévoilé un cash-flow net courant de 2,05 euros par action, soit une baisse de 27,4% sur un an. En parallèle, le chiffre d’affaires total s’établit à 1,13 milliard d’euros, en recul de 14,7%; et les revenus locatifs nets s’établissent à 846,2 millions d’euros, en baisse de 25,2%.

>> A lire aussi – HRS, OVH… les introductions en Bourse les plus attendues à la Bourse de Paris

Du côté des statistiques

Aux Etats-Unis, les investisseurs prendront connaissance à 14h30 des inscriptions hebdomadaire au chômage, des permis de construire et mises en chantier en janvier, de l’indice manufacturier de la Fed de Philadelphie pour février et des prix des importations en janvier.

Vers 8h30, l’euro est stable à 1,2045 dollar.

Hier à Paris

Les marchés actions européens ont marqué le pas. Les investisseurs s’inquiètent d’une possible accélération des prix avec comme corollaire une hausse des rendements obligataires. Une trop forte progression des taux fragiliserait les actions, dont la valorisation est élevée. En fin de journée, le rendement du Bund allemand, la référence en Europe, cédait deux points de base à -0,366% après avoir atteint -0,331%, soit son plus haut niveau depuis juin dernier. Le CAC 40 a ainsi cédé 0,36% à 5.765 points et l’Euro Stoxx 50 a abandonné 0,66% à 3.702 points.

>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés

Hier à Wall Street

Les marchés américains ont clôturé en ordre dispersé. Les valeurs technologiques ont souffert. Les statistiques du jour, ventes au détail et prix à la production, vont dans le sens d’une inflation plus soutenue. Cette perspective a récemment alimenté les taux longs. Leur hausse, si elle est trop rapide et trop importante, est une mauvaise nouvelle pour des bourses très bien valorisées, en particulier le segment technologique. Le Dow Jones a grappillé 0,29% à 31.613,02 points tandis que le Nasdaq Composite a reculé de 0,58% à 13.965,49 points.

>> A lire aussi – Tesla, Signal… “la Bourse est prise de folie, gare au krach !”

>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)

L'inflation et la remontée des taux freinent le CAC 40 - Foot 2020
Pixabay (montage Capital)