Mondial de handball : une troisième place pour récompenser les efforts – Championnat d’Europe de Football 2020

19

Les fantômes du passé sont revenus vendredi. Après leur défaite face aux Suédois en demi-finale du championnat du monde (32-24) vendredi, les Bleus joueront la petite finale aujourd’hui à 14 h 30, face aux Espagnols. Les gardiens français devront se ressaisir après avoir été quasi inexistants en demi-finale : 4 arrêts à eux deux, contre la démonstration d’Andreas Palicka et ses 11 arrêts sur 35 tirs. Il faut remonter au déplacement à Guimares (Portugal) en 2019, pour avoir encaissé trente-deux buts dans une rencontre. À ce stade de l’aventure, l’absence des nombreux blessés dans le collectif s’est fait ressentir. La présence du chef d’orchestre Nikola Karabatic, des artilleurs Elohim Prandi, Timothey N’Guessan, de la muraille défensive Luka Karabatic et Wesley Pardin dans les cages auraient pu faire la différence face aux Suédois qui ont récité leur handball et n’ont jamais douté. Mais les motivations ne manqueront pas pour aller chercher une 3e médaille de bronze après celles obtenues à l’Euro-2018 et au Mondial-2019.

Une lueur d’espoir pour l’avenir

Un succès sur l’Espagne “ferait du bien à la tête”, selon Ludovic Fabregas qui se projette aussi vers le chapitre suivant : le tournoi de qualification pour les Jeux de Tokyo, mi-mars à Montpellier face à la Croatie, à la Tunisie et au Portugal. “On va aussi essayer de récompenser les anciens”, souligne le pivot. Les monuments Guigou (38 ans) et Abalo (36 ans) comptaient à eux deux autant de sélections (565) que toute l’équipe de Suède réunie vendredi soir. Ils auront probablement Tokyo-2021 comme horizon final de leur carrière internationale gorgée de titres : quatre sacres Mondiaux (trois pour Abalo, absent sur blessure en 2015), trois Euros, et deux fois champions olympiques en 2008 et 2012.

Les retrouvailles avec une Espagne aguerrie

Parmi les dernières rencontres entre les deux nations, les “Hispanos” s’étaient imposés 27-23 en demi-finale de l’Euro-2018. Les Bleus, les avaient battus 26-22, pour la demie du Mondial-2015 au Qatar. Les hommes de Jordi Ribeira, doubles champions du monde (2005, 2 013) et doubles champions d’Europe (2 018,2020) ne s’étaient pas qualifiés pour le dernier carré depuis 2015 et feront tout pour décrocher leur 2e médaille de bronze après celle de 2011. L’Espagne s’est fait une place parmi les meilleures équipes mondiales, notamment grâce à ses cadres : Entrerrios (39 ans), le maître à jouer Sarmiento (37 ans) et Morros (36 ans). Le gardien Pérez de Vargas, discret au début de la demi-finale face aux Danois, a réalisé des arrêts décisifs dans le money-time et sera déterminant contre la France, tout comme Corrales. La muraille des Bleus devra stopper les ardeurs des deux frères Dujshebaev, Daniel, meilleur buteur face aux Scandinaves (7 buts) et Alex (4 buts).

Un air de réunion de famille règne sur cette petite finale. Sarmiento, le demi-centre de Saint-Raphaël connaît par cœur les Tricolores, comme nombre de ses compatriotes : Solé et Morros à Paris, Figueras à Nantes. Ce match pour la 3e place sera aussi les retrouvailles entre les Barcelonais, Fabregas, Mem et N’Guessan d’un côté, Entrerrios, Gomez, Perez de Vargas, Arino de l’autre.