Nouveaux objectifs financiers après une croissance soutenue en 2020 – Foot 2020

17

PARIS (Reuters) – Après une année 2020 marquée par une croissance sans précédent depuis deux décennies et une amélioration de sa rentabilité, Carrefour a présenté jeudi de nouveaux objectifs financiers qui incluent d’importantes réductions de coûts mais visent aussi à afficher sa confiance dans le succès de sa stratégie.

Le groupe de grande distribution, dont le projet de rachat par le canadien Alimentation Couche-Tard s’est heurté le mois dernier à l’opposition du gouvernement français, a enregistré un résultat opérationnel courant (ROC) annuel de 2,173 milliards d’euros, en hausse de 16,4% sur un an à taux de change constants et normes comparables.

Son chiffre d’affaires (CA), à 78,609 milliards d’euros, a progressé de 7,8% à données comparables, sa meilleure performance depuis au moins 20 ans.

La croissance des ventes, favorisée par le contexte de la crise du coronavirus, qui a contraint une part importante des consommateurs à passer plus de temps à leur domicile et donc à accroître leurs dépenses alimentaires, a atteint 3,6% en France à données comparables, 7,1% en Espagne et 18,2% au Brésil.

L’année 2020 a aussi permis à Carrefour d’atteindre l’objectif de trois milliards d’euros de réductions de coûts qu’il s’était fixé dans le cadre de son plan de transformation.

Dans la foulée, il a annoncé viser 2,4 milliards d’euros d’économies de coûts supplémentaires en année pleine à l’horizon 2023, ainsi qu’une génération de trésorerie disponible (“free cash-flow”) supérieure à un milliard dès cette année.

“Nous sommes confiants pour l’avenir, et traduisons cette confiance par de nouveaux engagements opérationnels et financiers”, a déclaré le PDG, Alexandre Bompard, cité dans le communiqué de résultats.

Le groupe va aussi normaliser sa politique de dividende: après dix ans de distribution en actions, il prévoit de verser 0,48 euro par action en numéraire cette année.

Carrefour suspend parallèlement sa politique de réduction de 350.000 m2 de la surface globale de ses hypermarchés dans le monde, une décision qu’il justifie par le contexte de la crise sanitaire.

En France, où Alexandre Bompard a fait de la relance des ventes en hypermarché une priorité du groupe, le bénéfice opérationnel a augmenté de 13,2% à 629 millions d’euros en 2020. Tous les segments, hypermarchés compris, ont vu leur chiffre d’affaires progresser.

(Marc Angrand et Dominique Vidalon, édité par Blandine Hénault)