Pas de complaisance de la BCE face aux risques d’un euro fort, dit son chef économiste – Euro 2020

10
Découvrez la méthode incroyable des Gains aux paris sportifs qui peut atteindre jusqu'à 1.800€ en 18 jours en jouant toujours la même mise sur chaque match ! Pas de martingale ! Pas d'artifice ! Que du simple et vrai ! Accédez à la méthode

Il n’y aura pas de complaisance de la Banque centrale européenne face aux risques d’un euro fort, a affirmé vendredi son chef économiste, venant renforcer les propos, la veille, de la présidente de l’institution, jugés trop modérés par les marchés.

Les perspectives de reprise économique et d’évolution des prix ont été «sensiblement atténuées» par la récente appréciation de l’euro, a écrit l’Irlandais Philip Lane dans un blog publié sur le site de la BCE. «Il faut qu’il soit clair qu’il n’y a pas de place pour la complaisance» de la part de la BCE à ce sujet, a affirmé M. Lane.

Pour 2020, l’institution de Francfort prévoit désormais une inflation de 0,3%, puis 1,0% en 2021 et 1,3% en 2022, soit loin de son objectif d’une hausse des prix «proche mais inférieure à 2%» pour que la machine économique tourne.

Jeudi, lors de sa conférence de presse de politique monétaire, la présidente de la BCE Christine Lagarde avait déclaré que son mandat était de «maintenir la stabilité des prix» et, dans ce cadre, «l’appréciation de l’euro est quelque chose à surveiller attentivement». Mais elle avait aussi estimé que «les risques déflationnistes sont en baisse».

Dans la foulée de ces propos jugés pas assez tranchants sur l’envolée de l’euro par les marchés, la monnaie unique avait de nouveau grimpé. Vendredi matin, elle prenait encore 0,38% face au billet vert, à 1,1865 dollar. Depuis le mois de mai, la devise européenne a pris plus de 10% face au dollar.

L’outil le plus efficace pour opérer sur le marché des changes est le taux directeur mais l’expérience a montré que d’autres moyens non conventionnels, tels que les programmes d’achat d’actifs et les prêts géants aux banques (TLTRO), jouent aussi un rôle, soulignait-on vendredi à la BCE.

La banque centrale a réitéré jeudi son intention d’utiliser «tous ses instruments (…) de manière appropriée» afin de soutenir l’activité et ramener le taux d’inflation vers l’objectif assigné.