perte nette de 379 millions d’euros en 2020 – Foot 2020

31

Les ventes de l’équipementier Faurecia ont fortement rebondi au second semestre 2020, lui permettant de limiter ses pertes nettes à 379 millions d’euros sur l’année, a annoncé le groupe lundi. Les ventes ont atteint 8,484 milliards d’euros au deuxième semestre, soit une baisse de 3,5% sur un an à taux de change et périmètre constants. Elles avaient chuté bien davantage au premier semestre, de 35,4%. Faurecia a pu enregistrer un bénéfice net de 54 millions d’euros lors du deuxième semestre. Sur l’ensemble de l’année, les ventes ont atteint 14,654 milliards d’euros, soit une baisse de 19,6% à taux de change et périmètre constants.

«Au second semestre, grâce à une excellente préparation en vue de la reprise de la production ainsi qu’aux actions de résilience entreprises depuis le début de la crise, Faurecia a dépassé tous ses objectifs financiers», s’est félicité le directeur général de Faurecia, Patrick Koller. «C’est notamment le cas en ce qui concerne la génération de trésorerie, qui a permis de compenser la consommation du premier semestre et a contribué à une réduction significative de la dette», a souligné M. Koller. Le groupe a compensé le milliard d’euros brûlé au premier semestre pour faire face à la crise en enregistrant un milliard de flux net de trésorerie au deuxième semestre. Le groupe prévoit d’enregistrer en 2021 des ventes à hauteur de 16,5 milliards d’euros (+12,6%), avec une marge opérationnelle d’environ 7%, «proche des niveaux pré-Covid».

Lors d’un «Capital markets day» organisé lundi après-midi, le groupe va annoncer ses objectifs pour 2025, soit des ventes d’au moins 24,5 milliards d’euros, avec une marge opérationnelle supérieure à 8% des ventes. Le groupe souhaite notamment se positionner en leader dans le domaine des systèmes de stockage à hydrogène et dans celui des piles à combustible grâce à Symbio, sa coentreprise avec Michelin. La direction du groupe, qui n’avait pas versé de dividende aux actionnaires en 2020, a proposé un dividende d’un euro par action pour l’exercice, un premier pas dans sa «trajectoire de versement de dividendes durable et progressive». Le groupe PSA, qui détenait la majorité de Faurecia, avait cédé fin 2020 7% de son capital, avant son union avec Fiat-Chrysler dans le groupe Stellantis, et doit encore distribuer 39% du capital aux actionnaires de Stellantis.