PLFC : La déclaration obligatoire de devises pour les voyageurs revue à la baisse – Euro 2020

19
dispositif de facilitation

La barre du montant des devises qui devraient être déclarées et justifiées de la part des voyageurs à leurs sorties ou rentrée au territoire national est revue à la baisse, passant de 5000 à 1000 euros.

« La déclaration des devises par les voyageurs résidents et non-résidents n’est obligatoire à l’entrée ou à la sortie du territoire douanier, que pour les montants dépassant les milles euros (1000 €) ou leur équivalent en d’autres devises » précise le projet de la loi de finances complémentaire PLFC 2020 adopté dimanche dernier au Conseil des ministres.

Le gouvernement vient de revoir à la baisse le plafond du montant des devises qu’un voyageur peut amener avec lui quand il voyage à et de l’étranger en l’a fixant à son ancien seuil qui est de 1000 euros.

En effet, après avoir augmenté cette somme à 5000 Euros, lors de la dernière loi de finance de 2020, l’exécutif veut amender ce dispositif afin de faire face à d’éventuels fuite de capitaux notamment en cette période caractérisée par la chute drastique des réserves de changes et des ressources des hydrocarbures.

Ainsi dans l’exposé des motifs, le gouvernement explique cette mesure par « la baisse de la valeur du dinar face à l’Euro et l’érosion des réserves de change de l’Algérie, la modification susvisée a aggravé le déficit en monnaie étrangère (baisse des réserves) et elle a favorisé le recours au marché informel des devises ».

L’exécutif évoque aussi la signature des accords avec le groupe d’action financière (GAFI), qui « instaurent des normes de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, l’Algérie est appelée à prendre des mesures préventives, notamment celles relatives au contrôle des transferts de fonds et des flux financiers en monnaies nationale et étrangères, effectués par les différents intervenants sur le marché des devises (établissements financiers, les personnes … etc.) ».