Prise en main – Nikon D6 et Nikkor 120-300 f/2,8E FL ED SR VR : une association de haute volée – Foot 2020

87

6

Nous avons pu mettre la main sur le dernier fleuron de Nikon, le D6 ainsi que sur le nouvel objectif AF-S Nikkor 120-300mm f/2.8E FL ED SR VR. Une combinaison parfaite pour le sport ou les safaris, c’était sans compter sur le Covid-19.

Le temps d’un week-end le Nikon D6 et l’AF-S Nikkor 120-300mm f/2.8E FL ED SR VR ont su trouver le chemin de l’appartement de votre serviteur. Logés dans un carton aussi gros qu’un lave-linge, les deux engins sont arrivés dans nos contrées perturbées par le coronavirus. Aussi, cette association qui aurait fait merveille lors de l’UEFA Euro 2020 ou encore les Jeux olympiques de Tokyo, se montre moins pertinente alors que l’épidémie actuelle a mené à l’annulation de tous les grands événements sportifs et culturels. C’est dans ce contexte troublé que nous avons pu utiliser, avec modération, l’appareil et son (gros) caillou.

Déménagement et télétravail obligent, on excusera l'arrière-plan chargé de ce cadrage. © Louis Royer

Déménagement et télétravail obligent, on excusera l’arrière-plan chargé de ce cadrage. © Louis Royer

Le Nikon D6 ou plutôt : le Nikon D5 mark II ?

Pour qui passe beaucoup de temps avec les appareils photo hybrides, du capteur 4/3″ au moyen format, il est facile d’oublier à quel point les reflex monoblocs sont lourds et imposants. Avec l’AF-S Nikkor 120-300mm f/2.8E FL ED SR VR, vous obtenez plus de 4 700 g sur la balance — l’équivalent du poids d’un chat que vous porteriez à bout de bras. Un monopode est donc recommandé dans la plupart des situations, notamment pendant de longues sessions photo, et vous évitera de perdre un bon cliché à cause d’une crampe survenue au mauvais moment.

À bout de bras (gauche), il est difficile d'avoir le recul nécessaire pour capturer cette combinaison dans son intégralité. © Louis Royer

À bout de bras (gauche), il est difficile d’avoir le recul nécessaire pour capturer cette combinaison dans son intégralité. © Louis Royer

Le D6 gagne une rafale un peu plus véloce, avec 14 images par seconde avec l’obturateur mécanique (contre 12 i/s pour le D5). Une donnée honorable, mais éloignée du Canon EOS-1D X Mark III et ses 20 i/s en obturateur mécanique (ou électronique), ou bien le Sony Alpha 9 II (A9 II), grimpant également à 20 i/s en électronique. De même, le processeur Expeed 6 permet un traitement plus rapide des images, ce qui, allié à la meilleure connectivité du D6, autorise un transfert plus optimisé des photos.

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
1/2000 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
200 ISO

Focale, décalage expo
3000/10 mm, 0/6 IL

Malgré les 20 Mpx, il est possible d'obtenir une image très propre. Fichiers RAW développés. © Louis Royer

Malgré les 20 Mpx, il est possible d’obtenir une image très propre. Fichiers RAW développés. © Louis Royer

Un autofocus efficace

Si le D6 embarque moins de collimateurs que le D5 (105 contre 153), tous sont désormais sélectionnables, ce qui permet un meilleur ajustement de l’autofocus. Également, le suivi 3D est plus efficace que jamais en utilisant la visée reflex pour suivre des papillons virevoltants ou bien des oiseaux, et ce, à quelques mètres de distance comme à plusieurs dizaines de mètres, nous avons été bluffés par la capacité d’acquisition du boîtier. Ce dernier était aussi bien aidé par les moteurs autofocus du 120-300 mm particulièrement travaillés pour suivre les mouvements aléatoires d’après Nikon.

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
1/250 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
3200 ISO

Focale, décalage expo
2500/10 mm, 0/6 IL

Un bon niveau de détails. Fichiers RAW développés. © Louis Royer

Un bon niveau de détails. Fichiers RAW développés. © Louis Royer

À noter que ce système de suivi, très bon en visée reflex, fut beaucoup plus décevant avec la visée par écran. Contrairement au nouveau boîtier sport de Canon, Nikon n’a pas trop peaufiné cet aspect et son D6 est avant tout un reflex. Nous n’avons pas eu le temps de passer l’appareil ou l’optique dans notre laboratoire, néanmoins, les fichiers RAW que nous avons pu retravailler nous ont semblé d’une très bonne facture, avec un très bon piqué.

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
1/2000 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
110 ISO

Focale, décalage expo
3000/10 mm, 0/6 IL

Au vol. Fichiers RAW développés. © Louis Royer

Au vol. Fichiers RAW développés. © Louis Royer

Mais où est l’autofocus sur les yeux ?

Si notre prise en main fut de courte durée, nous avons tout de même pu ressentir une certaine frustration quant à la détection des yeux. Annoncée comme fonctionnant même avec la visée reflex, il a été impossible au rédacteur de ces lignes de l’activer. Il faut reconnaître que les menus de Nikon pour ce D6 sont très encombrés et, selon nous, même un “nikoniste” averti s’y serait cassé les dents. Cela dit, lors d’un précédent essai dans les bureaux de Nikon France, nous avions pu assister à une démonstration de cet autofocus sur les yeux avec un appareil configuré en ce sens par les équipes de Nikon. En résumé, cela fonctionne bien, mais encore faut-il exhumer la fonction des entrailles de la bête.

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
1/1600 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
100 ISO

Focale, décalage expo
3000/10 mm, 0/6 IL

Le look tendance printemps 2020. Fichiers RAW développés. © Louis Royer

Le look tendance printemps 2020. Fichiers RAW développés. © Louis Royer

À l’heure de tirer nos premières conclusions, nous pouvons dire que malgré le poids (lourd) de l’ensemble, il fut assez agréable d’utiliser le Nikon D6 et l’AF-S Nikkor 120-300mm f/2.8E FL ED SR VR. Ils forment un ensemble très cohérent et qui sera parfait pour le sport. Nous regrettons bien entendu le petit conservatisme de Nikon pour son boîtier. Le D6 est bien parti pour être le dernier appareil reflex professionnel de la firme japonaise et un grain de folie pour ce tour de piste final n’aurait pas été de trop. Nous vous donnons rendez-vous dans quelque temps pour un test plus approfondi de l’appareil et de l’objectif, avec, nous l’espérons, quelques photos d’actions sportives de haute volée à vous proposer cette fois-ci.

Fichiers RAW édités

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
1/2000 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
140 ISO

Focale, décalage expo
3000/10 mm, 0/6 IL

© Louis Royer

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
1/2000 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
100 ISO

Focale, décalage expo
2700/10 mm, 0/6 IL

© Louis Royer

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
1/2000 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
180 ISO

Focale, décalage expo
1650/10 mm, 0/6 IL

© Louis Royer

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
1/2000 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
110 ISO

Focale, décalage expo
3000/10 mm, 0/6 IL

© Louis Royer

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
1/2500 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
100 ISO

Focale, décalage expo
3000/10 mm, 0/6 IL

© Louis Royer

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
1/2000 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
110 ISO

Focale, décalage expo
3000/10 mm, 0/6 IL

© Louis Royer

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
1/2000 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
100 ISO

Focale, décalage expo
1200/10 mm, 0/6 IL

© Louis Royer

Jpeg issus du boîtier

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
10/20000 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
160 ISO

Focale, décalage expo
3000/10 mm, 0/6 IL

© Louis Royer

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
10/20000 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
200 ISO

Focale, décalage expo
3000/10 mm, 0/6 IL

© Louis Royer

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
10/20000 s, ouverture : f/5.6

Sensibilité
500 ISO

Focale, décalage expo
3000/10 mm, 0/6 IL

© Louis Royer

Afficher l’EXIF

Marque
NIKON CORPORATION

Modèle
NIKON D6

Vitesse
10/20000 s, ouverture : f/2.8

Sensibilité
125 ISO

Focale, décalage expo
3000/10 mm, 0/6 IL

© Louis Royer