Revenus fonciers : vous payez peut-être plus d’impôts que vous ne croyez – Championnat d’Europe de Football 2020

24

En cas de revenus fonciers, l’impôt est payé via un acompte prélevé sur votre compte bancaire tous les mois. (© DR)

Les revenus issus de la location d’un bien immobilier subissent l’impôt au même titre que les salaires. Toutefois, leur mode de prélèvement est différent. Comme le fisc ne peut pas ponctionner directement les loyers que vous touchez, il prélève un acompte sur votre compte bancaire. Mais cet acompte ne reflète pas vraiment le coût fiscal de vos revenus locatifs. Explications et exemples.

Ils ne vous ont sans doute pas échapper. Si vous touchez des loyers de la location d’un logement, l’administration fiscale vous prélève certainement des acomptes, aux alentours du 15 de chaque mois.

Cet acompte est l’équivalent, pour les revenus fonciers, du prélèvement à la source pour les salaires, pensions, indemnités chômage etc. L’argent que vous touchez de vos investissements locatifs est en effet imposé au barème de l’impôt sur le revenu, ainsi qu’aux prélèvements sociaux de 17,2%, et payé directement via une ponction sur votre compte bancaire.

Un impôt estimé via le taux marginal

Pour estimer le niveau de fiscalité qui s’applique aux revenus fonciers, il est d’usage de leur appliquer le taux marginal d’imposition du foyer fiscal auquel s’ajoute les prélèvements sociaux.

Ainsi, si vos salaires imposables sont supérieurs à 25.659 euros en 2020 (après abattement de 10% et pour une part fiscal), chaque euro de revenus supplémentaires sera taxé à 30% (jusqu’à 73.369 euros). Votre taux marginal est donc de 30%.

On considère alors que vos éventuels revenus locatifs, après abattements ou déduction de charges, seront imposés à hauteur de 47,2% (30% + 17,2% de prélèvements sociaux).

Par exemple, si vous touchez 10.000 euros de loyers sous le régime du micro foncier (location vide), vos revenus locatifs après abattement de 30% s’élèvent à 7.000

Lire la suite sur LeRevenu.com