RTL 5minutes – Ligue des nations: l’Italie, avec Caputo pour que tout aille bien – Euro 2020

9

Pour repartir du bon pied après des mois de pause, l’équipe d’Italie peut compter sur l’invité surprise Francesco Caputo, attaquant travailleur peu habitué aux lumières, dont le message tout simple – “Tout ira bien” – avait réconforté l’Italie pendant le confinement.

A 33 ans, et à peine plus de deux saisons en Serie A, celui qui a longtemps traîné l’image d’un buteur surtout taillé pour la 2e division est convié pour la première fois chez les Azzurri, aux côtés des Bonucci, Chiellini, Immobile, Zaniolo ou Insigne…

Une récompense pour lui après une saison pleine avec Sassuolo (21 buts), mais aussi un message pour tous: plus que le palmarès ou l’écusson brodé sur le maillot, le travail est une valeur qui compte pour le sélectionneur Roberto Mancini sur la route de l’Euro-2020 reporté d’un an, où l’Italie fera partie des favoris.

Cette valeur, “Ciccio” Caputo l’incarne à coup sûr. Ce fils de maçon, né dans le sud de l’Italie (Pouilles), a failli laisser tomber le foot jeune avant de devenir professionnel. Marqué par Antonio Conte, qui fut son entraîneur à Bari et Sienne, il a arpenté pendant presque dix ans la 2e division italienne.

La Serie A, il ne l’avait connue que six mois avec Bari en 2010 avant de la retrouver, et s’y imposer avec Empoli et Sassuolo ces deux dernières saisons.

– “Responsabilité sociale” –

En Italie, il est aussi devenu un peu plus qu’un joueur de foot en mars dernier, à l’occasion du match Sassuolo-Brescia, le dernier disputé avant l’interruption des compétitions pour cause de coronavirus galopant. Après un but, il se dirige vers une caméra et montre une feuille: “Andrà tutto bene. Restate a casa”: tout ira bien, restez à la maison.

Ce mot d’ordre va rythmer la vie des Italiens pendant le confinement, martelé par les autorités et repris par tout un pays, aux fenêtres comme sur les réseaux sociaux.

Pendant cette période difficile pour l’Italie, “il y a eu beaucoup de messages positifs du monde du football, de ce point de vue c’est assez encourageant”, explique à l’AFP le sociologue et blogueur italien Pippo Russo.

“Le football a donné le sentiment d’assumer une responsabilité sociale, ce qui n’a pas toujours été le cas”, ajoute-t-il.

“Depuis ce message, au niveau personnel tout est allé bien”, a reconnu cette semaine devant la presse Francesco Caputo qui, pendant le confinement, s’était également impliqué en récoltant des fonds pour le monde médical.

“Cette convocation est un signe, il faut croire en ses rêves”, a-t-il ajouté à Florence, où est rassemblée l’équipe d’Italie.

– Chope de bière –

Il ne prend pas ombrage de sa réputation de joueur “provincial”, pour ne pas dire de second rang: “C’est une étiquette que je porte depuis longtemps, mais cela ne me dérange pas, au contraire, ça donne de la force pour avancer. Je suis fier de mon parcours”, dit celui qui, pour fêter ses buts, mime le fait de boire une chope de bière pour rappeler qu’il est aussi associé au sein d’une brasserie de sa région natale.

Dans une sélection élargie de 37 joueurs, il n’est évidemment pas certain de connaître sa première sélection, contre la Bosnie vendredi ou les Pays-Bas lundi, en Ligue des nations.

Mais son efficacité post-confinement et sa faculté à se fondre dans un collectif en font une réelle option en cette période de reprise, où les joueurs sont dans des états de forme très divers.

Actuellement, “il n’y a pas beaucoup d’attaquants plus forts que lui”, a assuré à Sky Sport Roberto De Zerbi, l’entraîneur de Sassuolo (8e de Serie A).

“Si un joueur convainc par ses qualités techniques, cela a finalement peu d’importance qu’il n’ait que peu d’expérience en Serie A ou qu’il soit déjà âgé”, confirme Pippo Russo, pour qui “Mancini ne regarde pas le pedigree mais ce qu’un joueur peut apporter à la Nazionale”.