Societe Generale : T4 2020 Rsultats Financiers Communiqu de Presse – Championnat d’Europe 2020

28

RÉSULTATS AU 31 DÉCEMBRE 2020

Communiqué de presse

Paris, le 10 février 2021

T4-20 : CONFIRMATION DE L‘AMÉLIORATION DES PERFORMANCES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES

Résilience des revenus dans un contexte toujours marqué par la crise (+1,6%*/T3-20, -2,3%*/T4-19) Maintien de la discipline dans la gestion des coûts (-3,0%(1)*/T4-19) avec un effet de ciseaux positif Coût du risque à 54 points de base résultant de la très bonne tenue du portefeuille de crédits tout en intégrant un provisionnement prudent

Résultat net part du Groupe sous-jacent à 631 M EUR (470 M EUR en publié)

ANNÉE 2020 : GESTION RESPONSABLE DE LA CRISE, RÉSILIENCE DES MÉTIERS ET SOLIDITÉ DU BILAN

Accompagnement permanent des clients, mobilisation exceptionnelle des collaborateurs Résultat net part du Groupe sous-jacent à 1,4 Md EUR (Résultat publié à -258 M EUR)

Frais de gestion sous-jacents à 16,5(1) Md EUR (-5,2%(1)/2019)

Coût du risque contenu à 64 points de base (dont 1,4 Md EUR de provisionnement sur encours sains, soit 41% du total)

Gestion disciplinée du capital : ratio de CET1 à 13,4%(2), environ 440 points de base au-dessus de l’exigence réglementaire

Paiement d’un dividende en numéraire calculé conformément au maximum autorisé par la recommandation de la Banque Centrale Européenne (« BCE ») : 0,55 euro par action

Programme de rachat d’actions, au quatrième trimestre 2021, d’un montant équivalent à celui consacré au paiement du dividende (environ 470 M EUR, soit un impact d‘environ 13 points de base sur le ratio CET1 du Groupe), sous réserve de la non-reconduction de la recommandation de la BCE et de l’autorisation de sa mise en œuvre

PRIORITÉ 2021 : EXÉCUTION DISCIPLINÉE DE LA FEUILLE DE ROUTE STRATÉGIQUE

Première année de préparation du rapprochement des réseaux Société Générale et Crédit du Nord Finalisation du repositionnement des activités de marchés

Accélération des moteurs de croissance

Approfondissement des dynamiques en matière de Responsabilité sociale et environnementale Renforcement des efforts d’efficacité opérationnelle notamment à travers la digitalisation des processus

Frédéric Oudéa, Directeur Général du Groupe, a commenté : « Les résultats de ce trimestre confirment le rebond de nos métiers observé au 3ème trimestre après un début d’année marqué par les impacts de la crise COVID. Confiants dans la qualité de nos franchises et de notre bilan, nous appuyant sur l’engagement exceptionnel de nos équipes, nous avons tracé au second semestre des trajectoires stratégiques ambitieuses et créatrices de valeur pour nos métiers, montrant notre capacité d’adaptation et de transformation dans un environnement durablement plus incertain. Nous nous engageons donc dans l’année 2021 avec confiance et détermination, avec comme priorité l’exécution de notre feuille de route stratégique. Cohérents avec notre raison d’être, nous continuerons à accompagner nos clients dans toutes les transformations que cette crise accélère, qu’elles concernent l’utilisation croissante des technologies digitales ou l’attention renforcée aux enjeux de responsabilité sociale et environnementale. »

  • (1) Données sous-jacentes (cf. note méthodologique 5 pour le passage des données comptables aux données sous-jacentes)

  • (2) Ratio phasé ; ratio non-phasé à 13,2%

Le renvoi *dans ce document correspond à des données à périmètre et taux de change constants

1. RÉSULTATS CONSOLIDÉS DU GROUPE

En M EUR

Produit net bancaire Frais de gestion

T4-20 5 838 (4 351)T4-19 6 213 (4 503)

Frais de gestion sous-jacent(1)

Résultat brut d’exploitation Résultat brut d’exploitation sous-jacent(1)

(4 318) 1 487

(4 595) 1 710

-6,0% -3,4% -6,0% -13,0%

-2,3%* -0,2%* -3,0%* -7,8%*

22 113 (16 714)

24 671 (17 727)

(17 411)

  • 6 944

    -10,4% -5,7% -5,2% -22,2%

    -7,6%* -3,4%* -2,8%* -18,8%*

    1 618

    -6,0%

    -0,1%*

  • 7 260

-22,7%

-19,5%*

Coût net du risque

(371)

Coût net du risque sous-jacent (1)

Résultat d’exploitation

Résultat d’exploitation sous-jacent(1)

Gains ou pertes nets sur autres actifs Gain et pertes nets sur autres actifs sous-jacent(1)

(669) 798 851 (94)

(371) 1 339 1 247 (125)

+85,7% +80,3% -40,4% -31,7% +24,8%

+92,4%* +86,8%* -36,4%* -26,8%* +24,9%*

(1 278)

(3 286) 2 093 2 323 (12)

(1 260)

  • 5 666

  • 6 000 (327)

    x 2,6 x2,6 -63,1% -61,3% +96,3%

    x 2,7* *x2,7* -61,6%* -59,8%* +96,3%*

    12

    -41,7%

    -40,7%*

    59

x2,8

x2,8*

Quote-part des résultats net des entreprises mises en équivalence Quote-part des résultats net des entreprises mises en équivalence sous-jacent(1)

Perte de valeur des écarts d’acquisition

3 3 0

(154)

4 0

Impôts sur les bénéfices Résultat net part du Groupe Résultat net part du Groupe sous-jacent(1)

(125) 470

(230) 654

n/s n/s n/s -45,7% -28,1%n/s n/s n/s -46,9%* -17,6%*

3 3

(129)

29 0

(1 264) 3 248

n/s n/s n/s -4,8% n/s

n/s n/s n/s +9,2%* n/s

875

-27,9%

-20,3%*

4 061

-64,7%

-63,9%*

ROE ROTE

ROTE sous-jacent (1)

2,4% 2,7% 4,1%

3,7% 5,0% 6,2%

5,0% 6,2% 7,6%

(1) Ajusté des éléments exceptionnels et de la linéarisation d’IFRIC 21

Le Conseil d’administration de Société Générale, réuni le 9 février 2021 sous la présidence de Lorenzo Bini Smaghi, a examiné les résultats du quatrième trimestre et arrêté le résultat de l’année 2020 du Groupe Société Générale.

Les différents retraitements permettant le passage des données sous-jacentes aux données publiées sont présentés dans les notes méthodologiques (§10.5).

Produit net bancaire

L’année 2020 a été marquée par une crise sanitaire mondiale se traduisant par un produit net bancaire du Groupe de 22 113 millions d’euros, en retrait de -7,6%* par rapport à 2019. Après un premier semestre marqué par les effets de la crise sanitaire et une dislocation des métiers, la performance des trois métiers s’est nettement améliorée au deuxième semestre, dans un environnement toujours incertain.

Le produit net bancaire hors provision PEL/CEL des activités de la Banque de détail en France affiche une progression sur le second semestre 2020 de +2% par rapport au premier semestre avec une contraction annuelle de -6,1% par rapport à 2019. La dynamique de rebond semestriel s’observe également sur les revenus de la Banque de détail et Services Financiers Internationaux (+2,6%* /S1-20) ; son évolution annuelle est de -2,9%*.

Le produit net bancaire de la Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs sur le second semestre est également en fort rebond de +17% par rapport au premier semestre dans un contexte de normalisation des conditions de marché. Sur l’année, les revenus sont en baisse de -12,5% (-11,8%*).

Le quatrième trimestre confirme l’amélioration des revenus observée au troisième trimestre, et ce malgré le durcissement de la crise sanitaire dans plusieurs géographies. Les trois métiers contribuent à la croissance du produit net bancaire du Groupe qui ressort ainsi à 5 838 millions d’euros en hausse de +1,6%* à périmètre et change constant par rapport au T3-20.

Frais de gestion

Les frais de gestion sous-jacents sont en forte baisse sur l’année à 16 504 millions d’euros en (-5,2%/2019, -2,8%*), en ligne avec la cible annuelle.

Les frais de gestion intègrent une charge de restructuration de 210 millions d’euros comptabilisée au quatrième trimestre et ressortent de fait à 16 714 millions d’euros, en baisse de -5,7% par rapport à 2019 (-3,4%*). Ils intégraient une provision pour restructuration de 316 millions d’euros en 2019.

L‘ensemble des métiers du Groupe contribuent à cette contraction : les coûts de la Banque de détail en France sont en retrait de -4,9% par rapport à 2019, ceux de la Banque de détail et Services Financiers Internationaux reculent de -9,6% sur l’année et ceux de la Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs de -8,7%.

Le Groupe s’engage à une baisse de ses frais de gestion sous-jacents à compter de 2023 par rapport à 2020. Plusieurs initiatives, déjà lancées, contribueront à cette dynamique avec des bénéfices attendus dès 2022 (une baisse des coûts sous-jacents d’environ 450 millions d’euros dans les Activités de Marché d’ici 2022/2023 et d’environ 450 millions d’euros dans la Banque de détail en France à horizon 2025 – dont environ 80% devrait être réalisée dès 2024 – ainsi que des réductions additionnelles attendues notamment suite à la finalisation des efforts de remédiation et l’industrialisation des process).

Sur l’année 2021, le Groupe entend poursuivre une gestion stricte de ses coûts et vise un effet ciseaux positif avec des coûts légèrement en hausse.

Au quatrième trimestre, les frais de gestion sous-jacents ressortent à 4 318 millions d’euros en baisse de -6,0% par rapport à T4-19, après retraitement d’une charge de restructuration de 210 millions d’euros et une charge au titre de l’ajustement d’IFRIC 21 de -177 millions d’euros. A périmètre et change constant, les frais généraux sous-jacents sont en baisse de -3%, permettant un effet de ciseaux positif.

Coût du risque

Le coût du risque commercial est de 64 points de base en 2020 soit un coût net du risque de 3 306 millions d’euros (1 278 millions d’euros en 2019). Cette hausse s’explique majoritairement par une augmentation des provisions au titre des encours sains (classés en Etape 1 et Etape 2) pour un montant total de 1 367 millions d’euros dont 1 010 millions d’euros d’impact sont liés à la revue des scénarios macro-économiques.

Le taux brut d’encours douteux est resté à des niveaux bas tout au long de l’année et s’élève à 3,3%(1) au 31 décembre 2020 (3,1% au 31 décembre 2019). Le taux de couverture brut des encours douteux du Groupe s’établit à 52%(2) au 31 décembre 2020 (56% au 31 décembre 2019).

Sur le quatrième trimestre, le coût du risque commercial ressort à 54 points de base (40 points de base au T3-20 et 29 points de base au T4-19). Le coût net du risque de 689 millions d’euros intègre des provisions relatives aux encours sains (classés en Etape 1 et Etape 2) pour un montant total de 367 millions d’euros.

Le montant total des moratoires au sens de la définition de l’EBA accordés à fin septembre 2020 était d’environ 35 milliards d’euros, dont environ 5 milliards d’euros toujours en vigueur au 31 décembre 2020.

  • (1) Ratio de NPL calculé selon la nouvelle méthodologie de l’EBA

  • (2) Ratio entre le montant des provisions sur les encours douteux et le montant de ces mêmes encours

Sur le total des moratoires accordés au 31 décembre 2020, 2,2% sont classés en Etape 3 (encours douteux).

Le Groupe a également accordé 19 milliards d’euros de prêts garantis d’état sur l’ensemble de ses géographies dont 18 milliards en France. L’exposition nette du Groupe sur les prêts garantis par l’Etat en France (« PGE ») est d’environ 2 milliards d’euros. Au 31 décembre 2020, 2,3% des prêts garantis par l’Etat sont classés en Etape 3 (encours douteux).

En 2021, le Groupe s’attend à un coût du risque commercial en baisse par rapport à celui de 2020.

Gains ou pertes nets sur autres actifs

Le poste « Gains et pertes nets sur autres actifs » s’élève à 12 millions d’euros en 2020 et -94 millions d’euros au T4-20.

Résultat net part du Groupe

En M EUR

T4-20

T4-19

2020

2019

Résultat net part du Groupe comptable

470

654

(258)

3 248

Résultat net part du Groupe sous-jacent(1)

631

875

1 435

4 061

En %

T4-20

T4-19

2020

2019

ROTE (données brutes)

2,7%

5,0%

-0,4%

6,2%

ROTE sous-jacent(1)

4,1%

6,2%

1,7%

7,6%

Distribution aux actionnaires

Le Conseil d’administration a décidé de proposer à l’Assemblée générale ordinaire des actionnaires du 18 mai 2021 le versement d’un dividende de 0,55 euro par action en numéraire selon la méthodologie recommandée par la Banque Centrale Européenne (« BCE »). Le dividende sera détaché le 25 mai 2021 et mis en paiement le 27 mai 2021.

Le Groupe envisage de lancer un programme de rachat d’actions, au quatrième trimestre 2021, d’un montant équivalent à celui consacré au paiement du dividende (environ 470 M EUR, soit un impact d‘environ 13 points de base sur le ratio CET1 du Groupe), sous réserve de la non-reconduction de la recommandation de la BCE et de l’autorisation de sa mise en œuvre. Le ratio proforma non-phasé serait de 13% à fin décembre 2020 (ratio proforma phasé de 13,3%).

Informations complémentaires

Le Conseil d’administration de Société Générale réuni le 14 janvier 2021, a décidé de soumettre à l’Assemblée Générale des actionnaires de mai 2024, qui approuvera les comptes de l’exercice 2023, la nomination des cabinets KPMG et PwC à compter du 1er janvier 2024 en qualité de commissaire aux comptes pour un mandat de 6 ans en remplacement des cabinets Deloitte et EY, dont les mandats arriveront alors à échéance et qui ne pourront plus être renouvelés en application des dispositions légales. Cette décision fait suite à un processus d’appel d’offres piloté sous la supervision du comité d’audit et de contrôle interne. Le comité a auditionné tous les candidats et exercé son choix de manière indépendante du management. Il a présenté au Conseil d’administration les différents choix possibles avant de formuler sa proposition.

(1) Données sous-jacentes. Cf note méthodologique 5 pour le passage des données comptables aux données sous-jacentes