solide performance 2020 malgré les restrictions sanitaires – Championnat d’Europe 2020

32

Avec un patrimoine de 25,7 milliards d’euros (17,1 MdE pdg) d’actifs en Europe, en croissance de 1,4 MdE (+9%), Covivio a construit son développement sur la diversification dans des activités où il joue un rôle d’acteur de premier plan

Covivio s’appuie sur sa base locative solide, composée principalement de grands groupes et de locataires résidentiels. Ainsi, en 2020, 97% des loyers quittancés ont été collectés (94% y compris franchises et différés de paiement). En bureaux et résidentiel, le taux de collecte s’élève à 98%. En hôtels, 92% des loyers quittancés ont été payés (73% en incluant les franchises et différés de paiement accordés).

Les revenus locatifs 2020 se sont élevés à 609 ME (875 ME à 100%), contre 679 ME en 2019. La performance à périmètre constant en bureaux et logements (85% du patrimoine) continue à être dynamique, en croissance de +1% à périmètre constant sur un an, alors que la crise a réduit les revenus hôteliers (15% du patrimoine) de 55% à périmètre constant.

Pénalisé par la baisse des revenus des hôtels, l’EPRA Earnings se réduit de -67 ME sur un an, soit -15%, pour s’établir à 385 ME à fin 2020 (452 ME en 2019). Ce résultat est supérieur à la guidance communiquée en juillet (380 ME), et ce malgré le 2e confinement, notamment grâce au regain d’activité rapide des hôtels cet été, dès que les restrictions ont été levées.

Par action, l’EPRA Earnings s’établit à 4,21 euros (5,31 euros en 2019). Le bénéfice net ressort à 360 ME.

Au cours de l’année, Covivio a su consolider son profil financier grâce au succès du plan de ventes, à l’augmentation de capital de 343 ME issue de l’option de paiement du dividende en actions (choisie par 82,3% du capital) et à l’émission obligataire de 500 ME à 10 ans et 1,625%, émise en mai 2020. Ainsi, la LTV à fin décembre s’établit à 40,9%, proche de la politique de levier inférieur à 40%. L’ICR s’élève à 6,1x pour un taux moyen de la dette de 1,29%. Covivio peut également s’appuyer sur une liquidité abondante, avec 2,5 MdE de trésorerie ou équivalent à fin décembre.

L’ensemble de ces éléments ont contribué à la confirmation de la notation de crédit de Covivio par S&P en mai dernier, à ‘BBB+’, perspective ‘stable’.

L’indicateur EPRA Net Tangible Assets (EPRA NTA) a progressé de 360 ME et 4% sur un an, à 9,5 MdE. Par action, l’EPRA NTA atteint 100,1 euro, stable hors effet du paiement du dividende en actions (-4% y compris impact du paiement en actions) et en progression de 2% sur le second semestre.

L’ANR de liquidation (EPRA NDV – Net Disposal Value) s’élève qà 8,5 MdE et 89,3 euros/action, et l’ANR de reconstitution (EPRA NRV – Net Reinstatement Value) atteint 10,5 MdE et 110,3 euros/ action.

“L’année 2020 a été marquée par notre renforcement significatif en Allemagne, la réussite de notre plan de ventes et le succès de notre stratégie RSE. Notre patrimoine a montré sa résilience grâce à sa diversification et à sa qualité, dans un contexte de crise sans précédent. La centralité de nos actifs, le potentiel de nos développements, la flexibilité de nos offres et l’expertise reconnue de nos équipes, au plus près des clients, constituent les bases d’une performance durable”, commente Christophe Kullmann, Directeur Général de Covivio.

Dividende

Covivio proposera à l’Assemblée générale du 20 avril 2021 la distribution d’un dividende de 3,6 euros par action en numéraire, correspondant à un taux de distribution de 86% de l’EPRA Earnings.

Perspectives

La diversification du patrimoine et sa centralité sont autant d’atouts pour tirer parti de la reprise à venir.

Covivio prévoit de poursuivre les cessions, avec un objectif supérieur à 600 ME.

Compte tenu de l’incertitude sur le calendrier de la reprise hôtelière, avec un 1er trimestre pénalisé par les nouvelles restrictions en Europe, Covivio se donne un objectif d’Epra Earnings entre 380 ME et 395 ME (4 et 4,2 euros/action), en fonction du profil de la reprise en hôtels.

Dans ce domaine, Covivio est bien positionné pour bénéficier de la reprise à venir. Les revenus variables, concentrés en France et Allemagne, ainsi que les revenus du portefeuille britannique, sont générés essentiellement par une clientèle domestique ou régionale, qui voyage individuellement pour le loisir. La bonne dynamique de ces marchés, notamment la France et l’Allemagne, s’est vérifiée durant l’été 2020, avec une reprise rapide suite à la levée des restrictions gouvernementales. Entre avril et août, les performances de RevPar en France et en Allemagne ont surperformé le reste de l’Europe, de respectivement 31 et 17 points.