Sport lorrain | Euro 2020 : et maintenant, place aux équipages ! – Euro 2020

8

Piges fédérales

À Libourne

Désormais, c’est aux sélectionneurs de trancher ! Après une première revue d’effectif à Vaires-sur-Marne début juillet, les internationaux tricolores en ont terminé ce dimanche avec trois jours de « piges » à Libourne. En clair : des essais de compositions censés permettre aux techniciens fédéraux d’affiner leurs choix en vue des prochains Championnats d’Europe de Poznan (9-11 octobre)… Pour peu, bien sûr, que leur tenue se confirme. Verdict définitif le 15 août prochain.

Un séjour douloureux pour Hugo Beurey

Pour Pierre Houin et Hugo Beurey, l’association aura été de courte durée… Le second s’étant déplacé une vertèbre à l’échauffement vendredi, c’est en skiff que le champion olympique toulois a conclu son week-end en Gironde ! Préservé par l’encadrement tricolore, Hugo Beurey devrait en être quitte pour quelques jours de repos. Embêtant, forcément, mais pas rédhibitoire pour la suite. Compte tenu de l’avance prise par les deux Lorrains sur la concurrence, le staff a aujourd’hui « verrouillé » le double poids léger qui s’alignera en Pologne !

Les frères Onfroy mettent le clignotant

Après avoir maîtrisé leur sujet en deux sans barreur, Valentin et Théophile Onfroy ont, eux, zappé le dernier jour de ces piges. L’aîné des « O’Brothers » (Théophile) souffrant d’une tendinite tenace au coude… Mais, là encore, cette sortie écourtée ne devrait pas avoir d’incidence sur la participation des Meusiens à l’Euro en pair-oar.

Thibaut Verhoeven de retour aux affaires

Blessé au genou et absent au rassemblement de Vaires-sur-Marne, le Verdunois – associé cette année à Dorian Mortelette – a fait son retour au milieu des prétendants à une coulisse dans le quatre sans barreur (liste complétée par Th. Turlan, E. Jonville, B. Brunet et B. Demey). « J’appréhendais un peu. Mais je n’ai pas ressenti de douleur et, au final, je ne m’en suis pas trop mal sorti », estime Thibaut Verhoeven, « impatient » de voir les compositions se préciser… Pas forcément un exercice facile pour les coaches tricolores, au vu des écarts finalement assez peu significatifs entre les différents équipages qui s’étalonnaient ce week-end face à leurs homologues suisses.