TELEPERFORMANCE : forte croissance de l’activité, mais bénéfice en repli – Foot 2020

33


Publié le

TELEPERFORMANCE : forte croissance de l'activité, mais bénéfice en repli
Pixabay

(AOF) – Téléperformance a publié un chiffre d’affaires 2020 de 5,732 milliards d’euros, en hausse de 11,6% à données comparables, dont +23,3% au quatrième trimestre 2020. Les activités core services & D.I.B.S. (Digital Integrated Business Services) ont affiché une chiffre d’affaires de 5,08 milliards d’euros, en hausse de 9,2%, en raison principalement de la dépréciation par rapport à l’euro des principales devises d’Amérique latine, de la roupie indienne et au second semestre du dollar US. L’activité de “services spécialisés” a en revanche reculé de 7,5%.

L’EBITA courant a atteint 735 millions d’euros contre 764 millions d’euros l’an passé, soit un retrait limité à 3,8%. Cette évolution s’explique principalement par l’arrêt quasi total des activités de TLScontact dans les services spécialisés depuis avril, mais aussi par un effet de disruption des capacités du groupe au plus fort de la crise. Les mesures de confinement des populations ont en effet occasionné de nombreuses fermetures de sites, notamment en Inde, aux Philippines et en Tunisie, sur les activités core services & D.I.B.S. du groupe.

Le résultat opérationnel (EBIT) s’est établi à 555 millions d’euros contre 621 millions d’euros l’an passé. Il inclut l’amortissement des actifs incorporels liés aux acquisitions pour 104 millions d’euros, contre 109 millions d’euros l’an passé ; une charge comptable relative aux plans d’actions de performance pour un montant de 37 millions d’euros ; ainsi que d’autres charges comptables non récurrentes pour 37 millions d’euros, correspondant à des pertes de valeur de goodwill liées essentiellement aux activités francophones.

Au final, le résultat net part du groupe s’élève à 324 millions d’euros, contre 400 millions d’euros l’an passé. Le résultat net dilué par action s’est élevé à 5,52 euros en 2020, contre 6,81 euros en 2019.

Pour 2021, le spécialiste des centres d’appels vise une croissance organique d’au moins 9%, et un taux de marge d’EBITA courant sur chiffre d’affaires supérieur à 14% (contre 14,3% en 2020).

AOF – EN SAVOIR PLUS

Des signaux encourageants

Certaines études estiment que les investissements sur le marché publicitaire français devraient bondir de 9,5% l’an prochain pour s’établir à 13,4 milliards d’euros. Le marché retrouverait ainsi son niveau pré-Covid (13,2 milliards en 2019). La ruée des annonceurs vers les leviers numériques contribuera significativement à cette croissance. Après un développement de 10,5% l’an prochain, le numérique devrait capter 55,7% du marché français. Un ensemble de facteurs positifs comme les grands événements sportifs de 2021 (Euro, Jeux olympiques de Tokyo), 2022 (Coupe du monde de football) et 2024 (Jeux olympiques de Paris) porteront également le marché.

Sur le plan mondial, les professionnels prévoient un rebond de 12,3 % en 2021, après une décroissance de 5,8% cette année.